Deuxième bataille de Narvik, 13 avril 1940 - Destroyer allemand en feu

Deuxième bataille de Narvik, 13 avril 1940 - Destroyer allemand en feu



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Deuxième bataille de Narvik, 13 avril 1940 - Destroyer allemand en feu

L'une d'une série de neuf photos de la bataille de Narvik le 13 avril 1940, prises depuis le Swordfish attaché au navire amiral britannique, le HMS Warspite

La légende originale se lit comme suit : ses canons se sont tus et brûlant furieusement, le destroyer a dérivé toute la nuit, illuminant le fjord. Au matin, elle a coulé.

Tiré de Fleet Air Arm, HMSO, publié en 1943, p.50


Deuxième bataille de Narvik, 13 avril 1940 - Destroyer allemand en feu - Histoire

RÉSUMÉ DES CAMPAGNES DE LA GUERRE MONDIALE 2

MARINE DE SURFACE ALLEMANDE EN GUERRE - Navires capitaux, croiseurs, destroyers, torpilleurs et aventuriers du commerce

Chaque résumé est complet à part entière. Les mêmes informations peuvent donc être trouvées dans un certain nombre de résumés connexes

(pour plus d'informations sur le navire, accédez à la page d'accueil de l'histoire navale et saisissez le nom dans la recherche sur site)

1933 - Achèvement du cuirassé de poche allemand "Deutschland"

1934 - Achèvement du cuirassé de poche allemand "Amiral Scheer"

1935 - En vertu de l'accord naval anglo-allemand, l'Allemagne a été autorisée à construire une flotte de surface jusqu'à 35% du tonnage total britannique.

1936 - Achèvement du cuirassé de poche allemand "Admiral Graf Spee"

1938 - L'Allemagne élabore le grand programme de réarmement naval, le plan "Z", pour rapprocher la Marine de l'égalité avec la Grande-Bretagne d'ici le milieu des années 1940. Le croiseur de bataille "Gneisenau" achevé, le porte-avions "Graf Zeppelin" a été lancé mais n'a jamais été achevé.

1939 - L'Allemagne abroge l'accord naval anglo-allemand de 1935 en avril. Le croiseur de bataille "Scharnhorst" a achevé les cuirassés "Bismarck" et "Tirpitz" lancés avant septembre 1939. Des sous-marins allemands et deux cuirassés de poche naviguent vers leurs stations de guerre dans l'Atlantique fin août.

1939

SEPTEMBRE 1939

Allemagne - Les avions du RAF Bomber Command effectuèrent leurs premières attaques contre des navires de guerre allemands à Wilhelmshaven et Brunsbuttel le 4. Le croiseur "Emden" a été légèrement endommagé par le crash d'un avion.

atlantique - Le cuirassé de poche "Admiral Graf Spee" a coulé son premier navire dans l'Atlantique au large du Brésil le 30 septembre.

OCTOBRE 1939

Océans Atlantique et Indien - Le cuirassé de poche "Graf Spee" a revendiqué quatre autres navires marchands dans l'Atlantique Sud avant de se diriger vers le sud de l'océan Indien. Sept groupes de chasseurs alliés se sont formés dans l'Atlantique et un dans l'océan Indien pour la rechercher. Au total, les marines royale et française ont déployé trois navires capitaux, quatre porte-avions et 16 croiseurs. Pendant ce temps, le navire jumeau "Deutschland", après avoir compté deux navires dans l'Atlantique Nord, a reçu l'ordre de rentrer. Elle a atteint l'Allemagne en novembre et a été rebaptisée « Lutzow ».

L'Europe  - Le croiseur de bataille "Gneisenau" et d'autres navires de la marine allemande sont sortis le 8 au large de la Norvège pour attirer la Home Fleet à portée de sous-marins et d'avions. Les navires capitaux "Hood", "Nelson", "Repulse", "Rodney" et "Royal Oak" ainsi que le porte-avions "Furious", des croiseurs et des destroyers ont navigué pour diverses positions, mais aucun contact n'a été établi.

NOVEMBRE 1939

océan Indien - Le cuirassé de poche "Graf Spee" a coulé un petit pétrolier au sud-ouest de Madagascar et s'est dirigé vers l'Atlantique Sud. D'autres groupes de chasseurs alliés se sont formés.

atlantique - Le croiseur marchand armé "RAWALPINDI" de la Northern Patrol a été coulé le 23 par le croiseur de bataille de 11 pouces "Scharnhorst" alors qu'il et son navire jumeau "Gneisenau" tentaient de percer dans l'Atlantique. Après l'action au sud-ouest de l'Islande, ils firent demi-tour et retournèrent en Allemagne après avoir évité de fouiller les navires de la Home Fleet britannique.

DÉCEMBRE 1939

La mer du Nord - Le sous-marin britannique "Salmon" a torpillé et endommagé les croiseurs allemands "Leipzig" et "Nurnberg" dans la mer du Nord le 13 alors qu'ils couvraient une opération de mouillage de mines au large de l'estuaire de la Tyne, dans le nord-est de l'Angleterre.

13e - Bataille de River Plate - De retour dans l'Atlantique Sud, le “Graf Spee” (ci-dessous - Courtesy Maritime Quest) a fait trois autres victimes pour porter le total à neuf navires de 50 000 tonnes, avant de se diriger vers les voies maritimes sud-américaines au large de River Plate. Le Cdre Harwood avec le groupe de chasse G - les croiseurs canonnés de 8 pouces “Exeter” et “Cumberland” et les croiseurs légers de 6 pouces “Ajax” et la Nouvelle-Zélande “Achilles” – ont correctement anticipé sa destination. Malheureusement, “Cumberland” était maintenant aux Malouines.

À 06.14 le 13e, à 150 milles à l'est de l'estuaire de la Plate, le “Graf Spee” (Capt Langsdorff) a été signalé au nord-ouest des trois croiseurs. Face à l'armement plus lourd de "Graf Spee", le Cdre Harwood a décidé de diviser ses forces en deux et d'essayer de diviser ses canons principaux. ils ont manœuvré. Le “Graf Spee” a concentré ses deux tourelles de 11 pouces sur “Exeter” qui a été durement touché. À 6 h 50, tous les navires se dirigeaient vers l'ouest, “Exeter” avec une seule tourelle en action et en feu. pour rompre et se diriger vers le sud pour les Malouines.

“Ajax” et “Achilles” ont continué à harceler le cuirassé de poche depuis le nord, mais à 07h25, "Ajax" a perdu ses deux tourelles après un coup de 11 pouces. L'Achille avait déjà subi des dommages causés par des éclats, mais le navire allemand n'a toujours pas réussi à maintenir son avantage. À 08h00, toujours avec seulement des dommages superficiels, il se dirige vers le port uruguayen neutre de Montevideo, les croiseurs faisant de l'ombre. “GRAF SPEE” (au dessous de) entré au port à minuit. Alors que d'autres groupes de chasseurs alliés se dirigeaient vers la région, de nombreuses manœuvres diplomatiques ont eu lieu pour l'y maintenir. Enfin, sur le 17e, le Capt Langsdorff a poussé son navire dans l'estuaire où il a été sabordé et a explosé. Seul “Cumberland” était arrivé à ce moment-là. Langsdorff s'est alors suicidé.

1940

FÉVRIER 1940

la mer du Nord - Des destroyers allemands ont été attaqués par erreur par leurs propres avions en mer du Nord le 22 et se sont heurtés à un champ de mines posé par des destroyers de la Royal Navy. “LEBERECHT MAASS” et “MAX SCHULTZ” ont été perdus au nord-ouest des îles allemandes de la Frise.

MARS 1940

Raiders allemands - Converti à partir d'un navire marchand et lourdement armé, le croiseur auxiliaire “Atlantis” a navigué pour l'océan Indien autour du cap de Bonne-Espérance. En 1941, elle a déménagé dans l'Atlantique Sud et les opérations ont duré 20 mois au total jusqu'à sa perte en novembre 1941. Elle était le premier des neuf raiders actifs, dont sept sont sortis en 1940. Un seul a éclaté pendant une seconde. croisière. Leur succès n'était pas tant dû à leurs naufrages et captures - une moyenne honorable de 15 navires de 90 000 tonnes pour chaque raider, mais aux perturbations qu'ils causaient dans chaque océan. A une époque où la Royal Navy manque de navires, des convois doivent être organisés et des patrouilles instituées dans de nombreuses régions. En 1940, les raiders représentaient 54 navires de 370 000 tonnes. Le premier raider allemand n'a été capturé qu'en mai 1941 - dans 14 mois.

AVRIL 1940

Raiders allemands - “Orion” a navigué pour les océans Pacifique et Indien autour du Cap Horn en Amérique du Sud. Elle était absente pendant 16 mois avant de rentrer en France.

Campagne de Norvège

8e - Les destroyers de la Royal Navy ont posé des champs de mines, réels et simulés au large des côtes norvégiennes, y compris près de Bodo. Battlecruiser “Renown” et d'autres destroyers ont fourni une couverture. L'un des écrans, “GLOWWORM”, a été détaché pour rechercher un homme à la mer juste au moment où le croiseur de 8 pouces “Amiral Hipper” se dirigeait vers Trondheim. Ils se sont rencontrés au nord-ouest du port et le destroyer a rapidement coulé, mais pas avant qu'il ne percute et n'endommage le “Hipper”.

9e - L'Allemagne envahit le Danemark et la Norvège: Les forces de la marine allemande comprenaient un cuirassé de poche, six croiseurs, 14 destroyers, torpilleurs et dragueurs de mines pour les débarquements dans les six ports norvégiens, avec des croiseurs de bataille “Scharnhorst” et “Gneisenau” couvrant les deux atterrissages les plus au nord. Tôt dans la matinée du 9, le croiseur de bataille "Renown" était en action avec les deux croiseurs de bataille allemands à l'ouest de Vestfiord. “Gneisenau” était abîmé et “Renown” légèrement. Les Allemands se retirèrent. Alors que "Renown" était en action, les forces d'occupation allemandes se dirigeant vers Oslo ont été la cible de tirs nourris des défenses côtières norvégiennes. Des canons et des torpilles à terre dans le fjord d'Oslo ont coulé le croiseur lourd “BLUCHER”. Ce soir-là, le croiseur allemand “KARLSRUHE” a quitté Kristiansand et a été torpillé par le sous-marin “Truant”. Elle a été sabordée le lendemain.

10 - Première bataille de Narvik - La 2e flottille de destroyers (Capt. Warburton-Lee) avec “Hardy”, “Havock”, “Hostile”, “Hotspur” et “Hunter”, est entrée à Ofotfiord pour attaquer les navires allemands affectés à l'occupation de Narvik. Ceux-ci comprenaient 10 grands destroyers. Plusieurs transports ont été coulés avec les destroyers “ANTON SCHMITT” (AS) et “WILHELM HEIDKAMP” (WM) dans la baie de Narvik. D'autres destroyers allemands ont été endommagés, mais lorsque la 2e flottille britannique a pris sa retraite, le “HARDY” a été touché, le “HUNTER” a coulé et le “Hotspur” a été gravement endommagé par les navires allemands restants.

Les bombardiers en piqué Skua de la flotte Air Arm des 800 et 803 escadrons volant depuis les îles Orcades ont coulé le croiseur allemand "KOENIGSBERG" à ses amarres à Bergen. Elle a été endommagée plus tôt par des batteries à terre lors des débarquements. Ce fut le premier grand navire de guerre coulé par une attaque aérienne.

11ème - De retour du débarquement d'Oslo, le cuirassé de poche allemand “Lutzow” a été réquisitionné et gravement endommagé par le sous-marin “Spearfish” dans le Skagerrak.

13e - Deuxième bataille de Narvik - Le cuirassé « Warspite » et neuf destroyers ont été envoyés dans les fjords de Narvik pour achever les navires allemands restants. Les huit destroyers allemands survivants – “BERND VON ARNIM” (BA), “DIETHER VON ROEDER” (RD), “ERICH GIESE” (PAR EXEMPLE), “ERICH KOELNNER” (CE), “GEORG THIELE” (GT), “HANS LUDEMANN” (LH), “HERMANN KUNNE” (HK) et “WOLFGANG ZENKER” (WZ) ont tous été détruits ou sabordés. Les Britanniques “Eskimo” et “Cossack” ont été endommagés.

MAI 1940

Raiders allemands - “Widder” se dirige vers les opérations de l'Atlantique central avant de rentrer en France six mois plus tard. En route vers l'océan Indien, “Atlantis” a posé des mines au large de l'Afrique du Sud.

JUIN 1940

L'Italie déclare la guerre

Raiders allemands - Deux autres ont mis les voiles. “Thor” a fait pour l'Atlantique Sud et est revenu en Allemagne onze mois plus tard. “Pinguin” partit pour l'océan Indien autour du cap de Bonne-Espérance, opéra plus tard dans l'Antarctique et fut finalement perdu en mai 1941. Pendant ce temps, “Orion” qui partit en avril 1940 posait des mines au large de la Nouvelle-Zélande qui représentaient pour la doublure de transport de lingots d'or “Niagara”.

Campagne de Norvège - Conclusion et conséquences.

Le 8, à la fin de l'évacuation, le porte-avions britannique “GLORIOUS” avec les destroyers d'escorte “ACASTA” et “ARDENT” a navigué vers la Grande-Bretagne indépendamment des autres forces en retrait. À l'ouest des îles Lofoten, ils ont rencontré des croiseurs de combat de 11 pouces “Scharnhorst” et “Gneisenau” naviguant pour attaquer des navires présumés alliés au large de Harstad. Les navires britanniques ont rapidement été submergés et coulés, mais pas avant que “Acasta” ait frappé “Scharnhorst” avec une torpille. Pertes navales des deux côtés étaient lourds et, dans le cas des Allemands, incluaient des dommages au croiseur de bataille "Scharnhorst" (suivi peu après par "Gneisenau") et au cuirassé de poche "Lutzow".

13e - Cinq jours après le naufrage du “Glorious”, des avions de l'“Ark Royal” ont attaqué le “Scharnhorst” endommagé à Trondheim mais sans grand effet.

20e - Alors que le cuirassé endommagé “Scharnhorst” se dirigeait vers l'Allemagne, “Gneisenau” feintait vers l'Islande. À l'ouest de Trondheim, il a été torpillé et endommagé par le sous-marin britannique “Clyde”. Les deux croiseurs de bataille étaient hors de combat pendant les phases critiques de la bataille d'Angleterre jusqu'à la fin de l'année. Navires de guerre allemands - À ce jour, sur les 23 navires de surface de la taille d'un destroyer et plus qui ont participé à l'invasion de la Norvège, 17 ont été coulés ou endommagés.

L'Europe  - LA FRANCE capitule et l'acte de capitulation franco-allemand est signé le 22. Ses dispositions comprenaient l'occupation allemande des côtes de la Manche et de la Biscaye, y compris la principale base de Brest.

JUILLET 1940

L'Europe  - Alors que le "Gneisenau" endommagé se dirigeait vers l'Allemagne depuis la Norvège le 26, le sous-marin "Swordfish" a mené une attaque et a coulé en escortant le torpilleur "LUCHS".

Raiders allemands - Seulement 11 mois avant que les Allemands n'attaquent la Russie, le “Komet” a navigué pour le Pacifique à travers le passage du Nord-Est à travers le sommet de la Sibérie avec l'aide de brise-glaces russes. Il a opéré dans les océans Pacifique et Indien jusqu'à son retour en Allemagne en novembre 1941, le dernier de la première vague de raiders de surface à quitter l'Allemagne.

atlantique - Au large des côtes du Brésil le 28, le raider allemand “Thor” a gravement endommagé le croiseur marchand armé “Alcantara” dans un duel au canon.

OCTOBRE 1940

Navires de guerre de surface allemands et Raiders - Le cuirassé de poche "Amiral Scheer" a quitté l'Allemagne pour l'océan Atlantique et plus tard l'océan Indien. Il rentre chez lui en mars 1941. Pendant ce temps, le raider allemand "Widder" arrive en France après six mois d'opérations dans l'Atlantique central où il coule ou capture 10 navires de 59 000 tonnes.

NOVEMBRE 1940

la mer du Nord - Une attaque planifiée le 7 par des torpilleurs allemands (petits destroyers) au large des côtes écossaises a pris fin lorsque le "T-6" a été miné sur le barrage de la côte est britannique et est tombé.

Perte du "Jervis Bay" - Le convoi Hali fax/UK HX84 avec 37 navires et son escorte solitaire, le croiseur marchand armé "Jervis Bay" a été attaqué le 5 par le cuirassé de poche de 11 pouces "Amiral Scheer" au milieu de l'Atlantique. Le convoi a reçu l'ordre de se disperser alors que le "JERVIS BAY" se dirigeait vers le "Scheer", les canons tirant. La fin ne faisait aucun doute et elle a coulé, mais son sacrifice a sauvé tous les navires marchands sauf cinq. "L'amiral Scheer" s'est dirigé vers l'Atlantique central et plus tard vers l'Atlantique Sud.

DÉCEMBRE 1940

Raiders allemands - "Kormoran" a été le premier de la deuxième vague de raiders à partir pour les opérations. Elle a commencé dans l'Atlantique central et a ensuite déménagé dans l'océan Indien, où elle a été perdue en novembre 1941. Beaucoup plus loin dans le Pacifique Sud-Ouest, "Komet" et "Orion" ont participé au naufrage de cinq navires près de l'île aux phosphates de Nauru. Plus tard dans le mois, "Komet" a bombardé les installations de Nauru.

atlantique - Le croiseur marchand armé "Carnarvon Castle" a été gravement endommagé le 1er en action avec le raider "Thor" au large du Brésil, le deuxième combat du navire allemand et tout aussi réussi avec un AMC.

Navires de guerre lourds allemands - Plus tôt dans le mois, le croiseur lourd de 8 pouces "Amiral Hipper" a quitté l'Allemagne et est passé dans l'Atlantique par le détroit du Danemark. Le 25 décembre, le jour de Noël, à 700 milles à l'ouest du cap Finisterre, au nord-ouest de l'Espagne, il rencontra le convoi de troupes du Moyen-Orient WS5A, l'un des « Winston's Specials », escorté par des croiseurs. Ils étaient accompagnés du transporteur "Furious" convoyant des avions à destination de Takoradi en Afrique de l'Ouest. Dans un échange de coups de feu, le croiseur lourd "Berwick" et deux navires marchands ont été légèrement endommagés. " Hipper " a pris sa retraite et est bientôt entré Brest. Il fut le premier des grands navires allemands à atteindre les ports français de Gascogne. De là, elle et ses compagnons constituent une menace majeure pour les routes des convois de l'Atlantique jusqu'au grand navire "Channel Dash" de février 1942.

1941

JANVIER 1941

Navires de guerre lourds allemands et Raiders - Le cuirassé de poche "Amiral Scheer" chassait dans l'Atlantique Sud, tandis que les cuirassés "Scharnhorst" et "Gneisenau" en Allemagne et le croiseur lourd "Hipper" à Brest, en France, se préparaient à naviguer. A la fin du mois, les deux cuirassés partent en Atlantique pour deux mois d'opérations avant de regagner Brest. Six des sept raiders d'origine étaient toujours en mer - "Orion" et "Komet" dans le Pacifique, "Atlantis" sur l'île désolée de Kerguelen dans le sud de l'océan Indien, "Kormoran" dans le centre et "Thor" dans le sud Atlantique. Enfin " Pinguin " était dans l'Antarctique. Tous les six ont déménagé dans différentes régions au cours des prochains mois. Jusqu'en juin 1941, les navires de guerre allemands ont coulé 37 navires de 188 000 tonnes et les raiders 38 navires de 191 000 tonnes. Par la suite, aucun des deux types n'a infligé de nombreuses pertes, car des convois mondiaux ont été organisés et les navires de ravitaillement des raiders ont coulé.

FÉVRIER 1941

Navires de guerre lourds allemands - Au début du mois, le croiseur lourd "Amiral Hipper" a appareillé de Brest. Sur le 12e, loin à l'ouest de Gibraltar, il a coulé sept navires du convoi lent sans escorte SLS64 à destination de la Grande-Bretagne depuis la Sierra Leone. De retour à Brest, en mars, il retourne en Allemagne via le détroit du Danemark et n'a plus participé à des raids commerciaux indépendants. Sur le 8e, les cuirassés « Scharnhorst » et « Gneisenau » aperçurent le convoi HX106 escorté par le cuirassé solitaire « Ramillies » au sud du Groenland, mais refusèrent d'attaquer en cas de dommages possibles. Deux semaines plus tard, cinq navires sans escorte ont été coulés à l'est de Terre-Neuve, avant de se diriger vers les routes de la Sierra Leone. Pendant ce temps, le cuirassé de poche "Amiral Scheer" dans l'océan Indien a opéré avec succès au large de Madagascar avant de se préparer à retourner en Allemagne.

MARS 1941

Navires lourds allemands - Les croiseurs de bataille "Scharnhorst" et "Gneisenau" ont été aperçus par des avions du cuirassé "Malaya" escortant le convoi SL67 au large des îles du Cap Vert. Les navires allemands sont retournés dans la région de Terre-Neuve et, les 15 et 16, ont coulé ou capturé 16 navires sans escorte. Ils revinrent à Brest le 22, ayant compté 22 navires de 116 000 tonneaux, mais ne prirent plus jamais part avec succès à des raids commerciaux.

AVRIL 1941

atlantique - Le 4, le croiseur marchand armé "VOLTAIRE" est coulé dans un duel au canon avec le raider allemand "Thor" à l'ouest des îles du Cap-Vert.

Raiders allemands - Le "Thor" rentre maintenant en Allemagne après une absence de 11 mois, ayant compté 11 navires de 83 000 tonneaux plus le "Voltaire".Le cuirassé de poche "Amiral Scheer" est également rentré en Allemagne après cinq mois dans les océans Atlantique et Indien crédité de 16 navires de 99 000 tonnes et du "Jervis Bay".

Navires lourds allemands - L'arrivée des croiseurs de bataille "Scharnhorst" et "Gneisenau" à Brest a entraîné une longue série de raids de bombardiers lourds de la RAF. Ceux-ci n'ont pas pris fin avant le Channel Dash en février 1942. Pendant ce temps, les deux navires ont subi des dommages variables. Le 6, le "Gneisenau" fut torpillé et gravement endommagé par un Beaufort de la RAF du No 22 Squadron, Coastal Command.

MAI 1941

océan Indien - En patrouille au nord des Seychelles dans l'océan Indien, le croiseur lourd "Cornwall" a trouvé et coulé le raid allemand "PINGUIN" le 8. Ce fut le premier raider à être traqué, ayant représenté 28 navires de 136 000 tonnes.

18-28 - Chasse au "Bismarck", Phase 1 - Sur le 18e, le nouveau cuirassé allemand de 15 pouces "Bismarck" et le croiseur lourd "Prinz Eugen" ont navigué de Gdynia dans la Baltique pour l'Atlantique via la Norvège. Une sortie simultanée des cuirassés "Scharnhorst" et "Gneisenau" depuis Brest fut heureusement empêchée par les dégâts infligés par la RAF. Sur le 20e, ils ont été aperçus dans le Kattegat par un navire de guerre suédois. 21 - Dans la soirée, les navires allemands ont été aperçus dans un fjord au sud de Bergen, en Norvège. Deux des navires capitaux de la Home Fleet, le « Hood » et le « Prince of Wales » (ce dernier n'est pas complètement terminé et toujours en état de marche), ont navigué de Scapa Flow vers l'Islande pour soutenir les croiseurs de la patrouille du Nord.

22e - "Bismarck" a été signalé en mer et le corps principal du Flotte domestique sous Adm Tovey a quitté Scapa Flow et s'est dirigé vers l'ouest. Le cuirassé "King George V", le porte-avions "Victorious", les croiseurs et les destroyers ont ensuite été rejoints par le croiseur de bataille "Repulse". "Victorious" était également un ajout récent à la flotte et toujours en activité. 23e - En début de soirée, les croiseurs lourds "Suffolk" et bientôt "Norfolk" ont aperçu les navires allemands au nord-ouest de l'Islande et les ont suivis vers le sud-ouest à travers le détroit de Danemark séparant l'Islande du Groenland à l'ouest. « Hood » et « Prince of Wales » ont insisté pour intercepter l'ouest de l'Islande. 24 - Ce matin-là, les gros navires se sont rencontrés et ont ouvert le feu. Environ 06.00, après avoir tiré deux ou trois salves, "Bismarck" a frappé "HOOD" qui a explosé avec seulement trois survivants. C'était maintenant au tour du "Prince de Galles" d'être la cible. Après avoir été touché à plusieurs reprises, il a fait demi-tour mais pas avant d'endommager le "Bismarck" et de lui faire perdre du fioul à la mer.

Phase 2 - L'amiral allemand Lutjens a décidé de se diriger vers St Nazaire en France, avec sa grande cale sèche, et s'est dirigé vers le sud-ouest et plus tard le sud du détroit du Danemark. Les deux croiseurs de la Royal Navy, et pendant un moment le "Prince of Wales" endommagé, ont continué à faire de l'ombre. Le SMA Tovey se précipita vers l'ouest avec le reste de la Home Fleet. Avec la perte de "Hood", Forcer H (Adm Somerville) avec le croiseur de bataille "Renown", le porte-avions "Ark Royal" et le croiseur "Sheffield" ont navigué au nord de Gibraltar. Le cuirassé " Ramillies ", libéré des fonctions d'escorte de convoi, et " Rodney ", alors à l'ouest de l'Irlande, se dirigent vers la piste attendue de " Bismarck ". « Ramillies » n'a joué aucun rôle dans les opérations ultérieures. À 18.00, toujours le 24, "Bismarck" feint vers le nord en direction de ses shadowers assez longtemps pour permettre au "Prinz Eugen" de s'échapper. (Le croiseur s'est dirigé vers le sud, a ensuite été ravitaillé en carburant d'un pétrolier et a navigué pendant trois jours avant d'atteindre Brest le 1er juin. Là, il a rejoint les deux croiseurs de bataille sous la lourde attaque de la RAF jusqu'au Channel Dash de février 1942.) minuit, au sud-est de Cape Farewell au Groenland, Swordfish du "Victorious" de l'Amiral Tovey a obtenu un coup sur "Bismarck" après avoir repris sa route vers le sud. Les dégâts étaient négligeables. Peu de temps après, aux premières heures de la 25, il a changé de cap vers le sud-est pour la France et les croiseurs ont perdu le contact. À ce stade, les navires lourds de l'amiral Tovey n'étaient qu'à 100 milles.

25 - "Bismarck" la tenait au sud-est bien sûr, mais a rompu le silence radio. Malheureusement, le service de goniométrie britannique l'a mise sur un au nord-est titre. Le SMA Tovey a navigué dans cette direction pendant un certain temps avant de se diriger vers le sud-est à sa poursuite. Maintenant, il était bien en arrière de sa proie. Ce n'est qu'en la ralentissant que la destruction deviendrait possible. Pendant ce temps, la Force H continue de naviguer vers le nord pour prendre une position de blocage entre "Bismarck" et son nouveau but de Brest. 26e - Après un intervalle de 30 heures, "Bismarck" a été de nouveau aperçu, cette fois par un Catalina de la RAF du No 209 Squadron, et à seulement 30 heures de chez lui. Dans l'après-midi, une frappe d'espadon de l'"Ark Royal" de la Force H a attaqué le croiseur "Sheffield" par erreur. Ils ont raté. Une deuxième grève a eu lieu dans le soirée par les escadrons 810, 818 et 820 avec 15 Swordfish dirigés par le Lt-Cdr Coode. Ils ont torpillé le "Bismarck" à deux reprises et un coup a endommagé ses hélices et a bloqué le gouvernail. Alors que le "Bismarck" tournait, les destroyers de la 4e flottille (Capt Vian) sont arrivés minuit, et a fait une série d'attaques à la torpille et au fusil mais avec des résultats incertains. Les "Cossack", "Maori", "Sikh", "Zulu" et "Piorun" polonais du Capt Vian avaient été détachés du convoi de troupes ("Winston's Special") WS8B, une indication de la gravité de la menace "Bismarck". À cette époque, la force de navires lourds de l'Adm Tovey avait perdu "Repulse" pour se ravitailler, mais avait été rejointe par "Rodney". Ils sont maintenant venus de l'ouest mais n'ont pas encore attaqué. 27e - "King George V", "Rodney" et le "Bismarck" toujours en cercle ont tous ouvert le feu autour 08.45. Seul le navire allemand a été touché et par 10.15 elle était une épave flamboyante. Le croiseur lourd "Dorsetshire", ayant quitté le convoi SL74 la veille, a tiré des torpilles pour l'achever. "BISMARCK" a coulé un t 10.36 au sud-ouest de l'Irlande. Le croiseur d'observation "Norfolk" était là à la fin.

JUIN 1941

L'Allemagne envahit la Russie

atlantique - Le cuirassé de poche "Lutzow" a tenté de percer. Attaqué le 13 au large des côtes norvégiennes par un Beaufort de la RAF, il est touché par une torpille et vient tout juste de regagner l'Allemagne.

Bataille de l'Atlantique - Suite à la capture du matériel de code Enigma allemand “U-100”, la Royal Navy a traqué les navires de ravitaillement déjà en position pour soutenir le "Bismarck" ainsi que d'autres raiders et U-boot. En 20 jours, six pétroliers et trois autres navires ont été coulés ou capturés dans l'Atlantique Nord et Sud.

JUILLET 1941

Navires lourds allemands - Le RAF Bomber Command a gravement endommagé le croiseur de bataille "Scharnhorst" à La Pallice, France le 24. Le croiseur lourd "Prinz Eugen" a également été endommagé en juillet. Avec "Gneisenau" à Brest et "Lutzow" de retour en Allemagne, tous deux en cours de réparation, la principale menace des grands navires provenait du nouveau cuirassé "Tirpitz".

AOT 1941

Raiders allemands - "Orion" rentre en France depuis l'Océan Indien via le Cap de Bonne Espérance. En 16 mois, il avait représenté 9 1/2 navires de 60 000 tonnes, certains en coopération avec "Komet".

NOVEMBRE 1941

Raiders allemands - Indiens et océans Atlantique - Loin de l'océan Indien au large de l'Australie occidentale, le croiseur australien "Sydney" croise le 19 avril le raider allemand "Kormoran". Apparemment pris au dépourvu, « SYDNEY » a été mortellement endommagé et perdu sans laisser de trace. "KORMORAN" est également descendu. Au cours d'une croisière d'une durée de 12 mois, il avait coulé ou capturé 11 autres navires de 68 000 tonnes. Alors qu'il réapprovisionnait le "U-126" au nord de l'île de l'Ascension le 22, le raider "ATLANTIS" fut surpris et coulé par le croiseur lourd "Devonshire". Les opérations du raider dans les océans Atlantique et Indien avaient coûté aux Alliés 22 navires marchands de 146 000 tonnes. "Komet" est revenu en Allemagne par l'Atlantique après avoir atteint le Pacifique à travers le sommet de la Sibérie quelque 17 mois plus tôt. Son score n'était que de 6 1/2 navires, certains en opération avec "Orion".

Navires de guerre lourds allemands - Alors que le "Tirpitz", navire jumeau du "Bismarck" achevé, se préparait pour les opérations, des unités de la Home Fleet britannique ont navigué vers les eaux islandaises pour couvrir toute évasion possible. Encore à court de guerre, l'US Navy s'appuie alors sur un escadron de combat

DÉCEMBRE 1941

Le Japon déclare la guerre

1942

JANVIER 1942

Navires de guerre de surface allemands - Les gros navires allemands inquiétaient beaucoup l'Amirauté. "Scharnhorst", "Gneisenau" et "Prinz Eugen" tous maintenant réparés, étaient prêts pour une éventuelle percée de Brest dans l'Atlantique. Dans le même temps, le nouveau cuirassé "Tirpitz" s'est déplacé vers Trondheim au milieu du mois d'où il a pu s'attaquer aux convois russes. En fait, Hitler avait ordonné le retour de l'escadre de Brest en Allemagne. Début février, l'Amirauté avait eu vent du "Channel Dash" proposé et s'était préparée en conséquence.

Raiders allemands - Le Raider "Thor" est parti de France pour sa deuxième croisière. Elle était le seul raider à le faire avec succès. Les opérations dans l'Atlantique Sud et l'océan Indien se sont poursuivies jusqu'à sa perte en novembre 1942. Aucun raider allemand n'avait été en mer depuis le mois de novembre précédent, et "Thor" a été le premier des trois à éclater en 1942. Au cours des six premiers mois du année, ils ont coulé ou capturé 17 navires de 107 000 tonnes.

Guerre aérienne - Le Bomber Command de la RAF poursuit son offensive contre l'Allemagne et l'Europe occupée. Des attaques ont été menées en janvier sur Brême, Emden et Hambourg et les grands navires de guerre en Brest.

11-13 - The Channel Dash - L'escadron Bres t (Vice-Adm Ciliax) avec "Scharnhorst", "Gneisenau" et "Prinz Eugen", fortement escorté par l'air et d'autres forces navales, est parti tard le 11ème pour l'Allemagne dans l'opération 'Cerberus'. L'objectif était de traverser le détroit du Pas de Calais vers midi le lendemain. Un certain nombre de problèmes ont concouru à empêcher les patrouilles permanentes de la RAF de détecter leur départ. La première indication de l'évasion est venue avec un rapport de la RAF vers 10h45 sur le 12e alors que la force allemande se dirigeait vers Boulogne. Cela laissait peu de temps pour que les attaques soient montées. Peu après midi, le premier a été effectué par cinq vedettes lance-torpilles de Douvres et six bombardiers-torpilleurs Swordfish du 825e Escadron (Lt-Cdr Esmonde), mais aucun coup n'a été effectué. Tous les espadons ont été abattus.

À partir de ce moment, les événements se sont déroulés rapidement. A 14h30 au large de l'Escaut, le "Scharnhorst" est légèrement endommagé par une mine. Une heure plus tard, les attaques de torpilles par six destroyers de Harwich ont échoué. Vingt minutes plus tard, une attaque massive de la RAF échoue. Les navires allemands ont continué et en début de soirée au large des îles néerlandaises de la Frise, d'abord "Gneisenau" puis "Scharnhorst" (pour la deuxième fois) ont touché des mines. Les deux ont été endommagés, mais avec le "Prinz Eugen" ont atteint les ports allemands aux premières heures du 13. L'évasion était un embarras pour le gouvernement britannique, mais une victoire tactique pour la marine allemande était aussi un gain stratégique pour la Royal Navy. L'escadron de Brest ne menaçait plus directement les routes des convois de l'Atlantique, les deux croiseurs de bataille ont été endommagés et dix jours plus tard, le "Prinz Eugen" a été gravement endommagé. Deux semaines plus tard, le "Gneisenau" a été encore endommagé lors d'un raid de la RAF sur Kiel et n'a plus jamais repris la mer. Un début a été fait sur sa réparation, mais au début de 1943, il a été désarmé.

Navires de guerre de surface allemands - Après le "Channel Dash", le croiseur lourd "Prinz Eugen" a navigué avec le cuirassé de poche "Admiral Scheer" pour rejoindre "Tirpitz" en Norvège. Au large de Trondheim, le sous-marin "Trident" torpilla et l'endommagea lourdement le 23.

Raiders allemands - Le Raider "Michel" a navigué pour l'Atlantique Sud et plus tard les océans Indien et Pacifique.

Convoi russe PQ12 et retour QP8 - À l'heure actuelle, Germ, un cuirassé « Tirpitz », le navire qui a dicté les politiques de la Royal Navy dans les eaux du nord pendant si longtemps, avait été rejoint en Norvège par le cuirassé de poche « Admiral Scheer ». Les prochains convois à destination de la Russie et de retour partirent donc le même jour, le 1er, afin qu'ils puissent être couverts par la Home Fleet avec les cuirassés "Duke of York", "Renown", "King George V" et le porte-avions "Victorious". Les convois PQ12 et QP8 passèrent au sud-ouest de Bear Island et avec le "Tirpitz" signalé en mer, la Home Fleet tenta de se placer entre elle et les convois. Il n'y a eu aucun contact entre les navires de surface, mais sur le 9e, l'avion de "Victorious" a attaqué mais n'a pas réussi à toucher "Tirpitz" au large des îles Lofoten. Sur les 31 navires marchands de deux convois, un seul retardataire du QP8 a été perdu au profit des forces allemandes.

Convoi russe PQ13 - Le PQ13 et son escorte, comprenant le croiseur "Trinidad" et les destroyers "Eclipse" et "Fury", ont été dispersés par de violents coups de vent et fortement attaqués. Sur le 29 trois destroyers allemands rencontrèrent l'escorte au nord de Mourmansk. "Z-26" était sun k, mais dans l'action "Trinidad" a été touché et désactivé par l'une de ses propres torpilles. Alors que le croiseur boitait vers Kola Inlet, une attaque du "U-585" a échoué et il a été coulé par le "Fury". Cinq des 19 navires avec PQ13 ont été perdus - deux à des sous-marins, deux à des avions et un par les destroyers. "Trinidad" a atteint la Russie.

Raid sur St Nazaire - Préoccupé par l'éventualité d'une percée du cuirassé « Tirpitz » dans l'Atlantique, il a été décidé de mettre hors service la seule cale sèche de France capable de l'accueillir, le « Normandie » à St Nazaire. L'ancien destroyer américain "Campbeltown" devait être chargé d'explosifs puissants et percuté les portes de l'écluse tandis que des commandos britanniques, transportés dans des ML de la Royal Navy ou des lancements à moteur, devaient atterrir et détruire les installations de cales sèches. La force a navigué du sud-ouest de l'Angleterre sur le 26e, et par un certain nombre de ruse a pénétré le port fortement défendu au début de la 28. Face à des tirs intenses, "Campbeltown" a été placé exactement en position et de nombreux commandos ont débarqué pour mener à bien leur mission. Les pertes en hommes et en embarcations des forces côtières étaient lourdes, mais lorsque le "CAMPBELTOWN" a explosé, les portes de l'écluse ont été mises hors service pour le reste de la guerre.

Convoi de retour russe QP11 - QP11 a quitté la Russie le 28 avril et sur le 30e le croiseur "Edimbourg" a été torpillé à deux reprises par un sous-marin. Alors qu'il regagnait la Russie en boitant, trois destroyers allemands ont attaqué le QP11, mais n'ont réussi à couler qu'un retardataire. Ils ont trouvé le croiseur sur le 2e. Dans une série de combats confus au milieu d'averses de neige et d'écrans de fumée, "Edinburgh" a désactivé le "Hermann Schoemann" par des coups de feu, mais a ensuite été torpillé pour la troisième fois par "Z-24" ou "Z-25". Les destroyers d'escorte "Forester" et "Foresight" ont également été endommagés. "EDINBURGH" et "HERMANN SCHOEMANN" ont été sabordés sur le 2e.

Navires de guerre de surface allemands - En plus des avions et des sous-marins, les Allemands disposaient désormais de "Tirpitz", "Amiral Scheer", "Lutzow", "Hipper" et près d'une dizaine de gros destroyers à Narvik et Trondheim. Avec la lumière du jour désormais continue tout au long du voyage, l'Amirauté a insisté pour que les convois soient interrompus, mais ils ont continué pour des raisons politiques.

Raiders allemands - Le raider allemand “Stier” a quitté Rotterdam pour la Manche et les opérations dans l'Atlantique Sud. Au large de Boulogne le 13, il est attaqué par les forces côtières de la RN. Un VTT a été perdu, mais les torpilleurs allemands d'escorte “ILTIS” et “SEEADLER” ont été torpillés et coulés. “Stier” était libre pendant quatre mois jusqu'à son naufrage éventuel.

Destruction du convoi russe PQ17 - Le PQ 17 a quitté Reykjavik en Islande le 27 juin avec 36 navires, dont deux sont revenus. L'escorte rapprochée du Capf J. E. Broome comprenait six destroyers et quatre corvettes. Deux croiseurs britanniques et deux américains avec destroyers étaient en soutien (Rear-Adm LHK Hamilton), et une couverture éloignée était assurée par la Home Fleet (Adm Tovey) avec les cuirassés "Duke of York" et l'US "Washington", porte-avions "Victorious" , croiseurs et destroyers. L'Amirauté britannique croyait que les Allemands concentraient leurs navires lourds dans le nord de la Norvège. En fait, le cuirassé de poche "Lutzow" s'était échoué au large de Narvik, mais cela laissait toujours le cuirassé "Tirpitz", le cuirassé de poche "Admiral Scheer" et le croiseur lourd "Admiral Hipper" - tous des adversaires redoutables, qui atteignirent Altenfiord le 3. A cette époque, le PQ17 venait de passer au nord de Bear Island, après quoi des avions allemands coulaient trois navires marchands. La crainte d'une attaque des navires allemands a conduit le First Sea Lord, Adm Pound, loin à Londres, à décider du sort du convoi. Dans la soirée du 4, les croiseurs de soutien reçurent l'ordre de se retirer et le convoi de se disperser. Malheureusement, l'amiral Hamilton emmena avec lui les six destroyers d'escorte. Les navires marchands étaient maintenant au nord du Cap Nord. Trente et un ont tenté de se diriger vers les îles isolées de Novaya Zemlya avant de se diriger vers le sud vers les ports russes. Entre le 5 et le 10 juillet, 20 d'entre eux ont été perdus, la moitié chacun à cause des avions et des sous-marins envoyés pour les traquer. Certains se sont abrités pendant des jours au large des côtes sombres de Novaya Zemlya. Finalement, 11 survivants et deux navires de sauvetage ont atteint l'Archangel et les ports voisins entre le 9 et le 28. En fait, le « Tirpitz » et les autres navires ne quittèrent Altenfiord que le 5 au matin, après l'ordre « le convoi devait se disperser ». Ils ont abandonné la sortie le même jour. Plus aucun convoi russe n'a couru jusqu'en septembre.

Raiders allemands - Après avoir coulé seulement trois navires, le raider allemand "STIER" a rencontré le cargo américain "Stephen Hopkins" dans l'Atlantique Sud le 27. Le "Hopkins" a été coulé, mais pas avant que son unique canon de 4 pouces n'endommage le raider si gravement qu'il a dû être abandonné.

Raiders allemands - Le raider allemand "KOMET" a tenté de traverser la Manche le 14 en repartant pour une seconde croisière. Une force de destroyers d'escorte et de VTT britanniques attaqua au large de Cherbourg, et malgré une forte escorte, il fut torpillé et coulé par le MTB.236.

Attaque à la torpille humaine sur "Tirpitz" - Le cuirassé "Tirpitz" représentait une telle menace pour les convois russes et retenait tellement la force de la Home Fleet que presque toutes les mesures pour l'immobiliser étaient justifiées. Une tentative galante a été faite en octobre lorsqu'un petit navire de pêche norvégien "Arthur", a pénétré à quelques miles du cuirassé à Trondheimfiord transportant du personnel de la Royal Navy avec leur Chariot torpillé humain en bandoulière. Juste avant la cible, ils se sont détachés et tous les efforts ont été vains.

Raiders allemands - Le 30, le raider allemand "THOR" a été détruit à Yokohama, au Japon, lorsqu'un navire de ravitaillement posé à côté a pris feu et a explosé. Depuis son départ de France en janvier, il avait coulé ou capturé 10 navires de 56 000 tonnes.

Bataille de la mer de Barents et convois russes JW51A et JW51B - Après un écart de trois mois, le premier des convois JW partit. JW51 navigué en deux sections. Partie A a quitté le Loch Ewe, en Écosse, sur le 15e avec 16 navires à destination de Kola Inlet. Tous sont arrivés sains et saufs le jour de Noël, le 25 accompagnés des croiseurs de soutien "Jamaica" et "Sheffield". JW51B (14 navires) laissés sur le 22e escorté de six destroyers, d'un dragueur de mines et de quatre navires plus petits sous le commandement du Capt St. V. Sherbrooke à "Onslow". Le SMA Burnett avec « Jamaïque » et « Sheffield » a rejoint le convoi au sud-ouest de Bear Island sur le 29 fournir une couverture rapprochée à travers la mer de Barents. Le "Tirpitz", le cuirassé de poche "Lutzow", le croiseur lourd "Admiral Hipper", les croiseurs légers "Koln" et "Nurnberg" et un certain nombre de destroyers de 5 pouces et 5,9 pouces se trouvaient dans les eaux norvégiennes. L'Amirauté supposa qu'il s'agissait d'attaques contre des convois russes. En fait, ils étaient en Norvège parce que Hitler craignait une invasion. Convoi JW51B a été signalé un 30e et 8in "Hipper" (Adm Kummetz), 11in "Lutzow" et six destroyers mis à la mer d'Altenfiord pour intercepter au nord du Cap Nord. Tôt le 31, le réveillon du Nouvel An, les navires britanniques étaient en quatre groupes (1-4) . Le convoi principal (1) avec cinq destroyers restants de 4 pouces ou 4,7 pouces "Achates", "Onslow", "Obdurate", "Obedient" et "Orwell" se dirigent vers l'est. (Une partie de l'escorte et des navires marchands avaient été dispersés par des coups de vent et n'ont jamais regagné le convoi). Au nord-est du convoi, le dragueur de mines détaché "Bramble" (2) recherchait les navires disparus. Les deux croiseurs de 6 pouces de l'Adm Burnett (3) couvert au nord. Plus au nord toujours un navire marchand et un chalutier d'escorte (4) essayé d'atteindre le convoi. Le Capt Sherbrooke avait l'intention d'utiliser la même tactique que le SMA Vian lors de la deuxième bataille de Syrte et de se diriger vers l'ennemi pendant que le convoi s'éloignait sous la fumée. Malheureusement pour les Britanniques, Adm Kummetz a divisé ses forces en deux [1-2] et prévu d'attaquer par l'arrière des deux côtés - " Hipper " [1] et trois destroyers dans le nord et "Lutzow" [2] avec les trois autres au sud.

Sur le 31 environ 09.30, l'action a commencé avec les trois destroyers « Hipper » [1] se dirigeant vers le nord à travers l'arrière du convoi (1) , et ouvrant le feu sur "Obdurate". Le convoi a ensuite tourné comme prévu, mais vers le sud en direction de "Lutzow" [2]. Puis "Onslow", Orwell" et Obedient" ont aperçu Hipper" [1] et l'a retenue jusqu'à ce que, à 10.20, "Onslow" a été touché et le Capt Sherbrooke grièvement blessé (le Capt Rupert St. V. Sherbrooke RN a reçu la Croix de Victoria pour bravoure). Pendant ce temps, les croiseurs d'Adm Burnett (3) , à la suite d'un contact radar, s'était dérouté vers le nord vers le traînard et escortait (4) . Ils se sont seulement dirigés vers l'action autour 10.00. Toujours au nord du convoi, " Hipper " [1] et ses destroyers sont tombés sur le malheureux "BRAMBLE" (2) et l'a envoyé au fond autour 10.40. Ils se sont dirigés vers le sud, et 40 minutes plus tard, le croiseur de 8 pouces [1] approché JW51B (1), a ouvert le feu et touché "ACHATES" qui a coulé une fois la bataille terminée. Lutzów [2] avait déjà rejoint le convoi en provenance du sud mais n'a pas rejoint la bataille avant 11.45. Elle a été chassée par les destroyers restants. A présent " Jamaïque " et " Sheffield " (3) était arrivé sur les lieux. Ils ont rapidement frappé " Hipper " [1] et a coulé le destroyer « FRIEDRICH ECKOLDT ». " Hipper " a essayé de revenir au convoi mais encore une fois les destroyers l'ont habilement tenu à distance. Par midi les navires allemands se retiraient avec les deux croiseurs à leur poursuite. Le contact a été rapidement perdu. Aucun des navires marchands n'a été plus que légèrement endommagé et tous les 14 ont atteint Kola sur le 3 janvier. Convoi de retour RA51 laissé Kola sur le 30 décembre. Après avoir été soutenus en partie par « Jamaïque » et « Sheffield », les 14 navires marchands ont été livrés sains et saufs au Loch Ewe sur le 11 janvier. Quand Hitler a appris que ses gros navires avaient été chassés par des croiseurs légers et des destroyers, il est devenu furieux et a ordonné qu'ils soient tous payés. Le Grand-Adm Raeder a démissionné en signe de protestation et a été remplacé en janvier par le SMA Doenitz en tant que C-in-C, Marine allemande. L'ordre de remboursement a été révoqué.

Attaque du sous-marin midget sur "Tirpitz" - Près d'un an plus tôt, une attaque infructueuse avait été menée sur le cuirassé "Tirpitz" à l'aide de torpilles humaines Chariot. C'était maintenant au tour des sous-marins miniatures - le X-craft chacun avec deux charges de selle de 2 tonnes. Six sont partis pour le nord de la Norvège remorqués par des sous-marins de classe 'S' ou 'T'. Deux ont été perdus au passage, mais sur le 20e au large d'Altenfiord, "X-5", "X-6" et "X-7" se lancent à l'attaque de "Tirpitz" et "X-10" pour le "Scharnhorst". "X-5" a été perdu et "X-10" n'a pas pu attaquer, mais "X-6" (Lt Cameron) et "X-7" (Lt Place) ont pénétré toutes les défenses pour atteindre "Tirpitz" couché dans Kaafiord à l'extrémité d'Altenfiord sur la 22e. Les deux larguèrent leurs charges sous ou près du cuirassé avant qu'ils ne coulent et que certains de leurs équipages s'échappent. "Tirpitz" a réussi à légèrement changer de position, mais pas assez pour éviter des dommages lorsque les charges ont augmenté. Elle a été inactive pendant six mois.

Actions de la chaîne anglaise - Le croiseur "Charybdis", accompagné de deux flottes et de quatre destroyers de classe "Hunt", a appareillé de Plymouth pour intercepter un coureur de blocus allemand au large des côtes bretonnes dans le cadre de l'opération "Tunnel". Tôt le matin du 23, la force a été surprise par un groupe de torpilleurs. "CHARYBDIS" a été touché à deux reprises par des torpilles tirées par des "T-23" et "T-27" en train de couler avec de lourdes pertes en vies humaines. Le destroyer d'escorte de classe « Hunt » « LIMBOURNE » l'a suivi après avoir été touché par un « T-22 ».

Bataille dans le golfe de Gascogne - Onze destroyers et vedettes lance-torpilles allemands se sont rendus dans le golfe de Gascogne pour amener le porteur de blocus "Alsterufer". Il a été coulé par un Liberator tchèque du RAF Coastal Command le 27, et le lendemain, le 28, alors que les navires de guerre allemands retournaient à la base, ils ont été interceptés par les croiseurs 6 pouces "Glasgow" et "Enterprise". Bien qu'inférieurs en nombre et en armes, ils ont coulé le destroyer de 5,9 pouces "Z-27" et les torpilleurs "T-25" et "T-26".

Bataille du Cap Nord et convoi russe JW55B - Les convois russes naviguaient encore en deux sections. JW55A a quitté le Loch Ewe, en Écosse, sur le 12e et est arrivé sain et sauf avec les 19 navires marchands sur le 20e. Adm Fraser avec "Duke of York" est allé directement en Russie pour la première fois avant de retourner en Islande.

Convoi JW55B, également avec 19 navires, a navigué pour la Russie sur le 20e. >>>

<<< Trois jours plus tard, retour du convoi RA55A (22 navires) sont partis.

La couverture des deux convois à travers la mer de Barents devait être assurée par le vice-amiral R. L. Burnett avec les croiseurs « Belfast », « Norfolk » et « Sheffield » (1) qui ont quitté Kola Inlet le même jour que le RA55A - le 23e. L'Amirauté attendait le croiseur de bataille de 11 pouces "Scharnhorst" (ci-dessous - Quête maritime) attaquer les convois et l'Adm Fraser avec le "Duke of York" et le croiseur "Jamaica" (2) J'ai quitté l'île et me suis dirigé vers la région de Bear Island. "Scharnhorst" (Rear-Adm Bey) et cinq destroyers [1] parti d'Altenfiord tard le 25, Le jour de Noël. Tôt le lendemain matin JW55B était à 50 milles au sud de Bear Island, le temps était orageux, alors que les Allemands se dirigeaient vers le nord pour intercepter. Pendant ce temps, l'Adm Fraser (2) était à 200 milles au sud-ouest et les croiseurs de l'Adm Burnett (1) s'approchaient du convoi par l'est.

À 07.30 sur le 26e les destroyers allemands ont été détachés pour rechercher le convoi, n'ont pas réussi à établir le contact et ont ensuite reçu l'ordre de rentrer chez eux. Ils n'ont joué aucun rôle dans la bataille. Premier contact (par groupe 1) était juste avant 09.00 le 26, lorsque « Belfast » a détecté « Scharnhorst » par radar alors qu'il se dirigeait vers le sud et à seulement 30 milles à l'est du convoi. "Norfolk" s'est engagé et a heurté le croiseur de bataille qui a tourné vers le nord et s'est éloigné pour essayer de contourner le JW55B. Le SMA Burnett a anticipé ce mouvement et, au lieu de faire de l'ombre, a continué vers le convoi. "Belfast" a repris contact à le midi et les trois croiseurs (1) a ouvert le feu. Dans les 20 minutes suivantes, "Scharnhorst" a été touché et "Norfolk" a été gravement endommagé par des obus de 11 pouces. Le navire allemand se dirigeait maintenant vers le sud loin du convoi alors que l'Adm Burnett était suivi par le radar. À ce moment-là, l'amiral Fraser (2) était maintenant au sud-sud-ouest et en mesure de lui couper la retraite. Il a établi un contact radar peu de temps après 16.00 à une distance de 22 milles et s'est rapproché. Cinquante minutes plus tard à 1650, "Belfast" (1) "Scharnhorst" illuminé avec starshell et croiseurs d'Adm Burnett (1) engagé d'un côté et "Duke of York" et "Jamaïque" (2) de l'autre. Durement touché, en particulier par les obus de 14 pouces du cuirassé, l'armement principal du navire allemand a finalement été réduit au silence. Enfin, les croiseurs et les destroyers qui les accompagnaient ont tiré des torpilles, dont 10 ou 11 ont frappé à la maison, et peu de temps après 19.30 "SCHARNHORST" a baissé. Seuls 36 hommes ont pu être secourus. Seulement maintenant « Tirpitz » restait une menace potentielle de gros navires pour les convois russes. Sur le 29 JW55B a atteint Kola en toute sécurité. Le convoi de retour RA55A était bien loin de Bear Island au moment où la bataille avait commencé et a atteint le Loch Ewe le 1er janvier. La deuxième mi-temps retour - RA55B de huit navires - a quitté la Russie le dernier jour de l'année et est entré le 8 janvier.

1944

AVRIL 1944

Attaque de la Fleet Air Arm sur "Tirpitz" - Le da mage infligé par les sous-marins nains au "Tirpitz" en septembre 1943 est presque réparé et l'Amirauté décide de lancer une attaque de la Fleet Air Arm. Le 30 mars, l'Adm Fraser quitte Scapa Flow avec les cuirassés "Duke of York" et "Anson", les porte-avions "Victorious" et l'ancien "Furious", les porte-avions d'escorte "Emperor", "Fencer", "Pursuer" et "Searcher ", croiseurs et destroyers, divisés en deux forces, et se dirigent vers le nord, en partie pour couvrir JW58. Par le 2e les deux forces s'étaient jointes à 120 milles au large d'Altenfiord et tôt le lendemain matin sur la 3e, deux vagues chacune de 20 bombardiers Barracuda avec couverture de chasse ont surpris "Tirpitz" à l'ancre. Au total, 14 coups ont été touchés, mais les dégâts n'étaient pas graves. Cependant, le cuirassé était hors de combat pendant encore trois mois. Home Fleet était de retour à Scapa le 6e. Une opération similaire a été tentée plus tard dans le mois, mais le mauvais temps a empêché toute attaque. Au lieu de cela, un convoi allemand a été trouvé dans la région et trois navires ont coulé. Le temps a de nouveau sauvé Tirpitz de deux sorties en mai 1944, mais la flotte et les avions d'escorte ont réussi à couler plusieurs autres navires marchands à ces moments et à d'autres au cours du mois.

Actions de la chaîne anglaise - Deux actions de surf ont eu lieu dans la Manche au large de la Bretagne, impliquant toutes deux des destroyers canadiens. Le 26, le croiseur "Black Prince" avec quatre destroyers - trois de la Marine royale du Canada - était en patrouille dans la Manche occidentale à partir de Plymouth. Tôt ce matin-là, ils ont rencontré des torpilleurs allemands "T-24", "T-27" et "T-29" lors d'une mission de mouillage de mines. Le « T-27 » a été endommagé et le « T-29 » coulé par la classe « Tribal » canadienne « Haida ». Puis, le 29, le "Haida" et le navire jumeau "Athabaskan" couvraient le mouillage de mines allié, quand ils ont été surpris par le "T-24" survivant et ont réparé le "T-27". "ATHABASKAN" a été touché par une torpille de "T-24" et a explosé, mais "Haida" a réussi à conduire "T-27" à terre où il a ensuite été détruit. Le "T-24" survivant a heurté une mine mais est entré dans le port.

JUIN 1944

Invasion de la Normandie - Les tentatives des forces légères allemandes d'interférer avec la navigation d'invasion ont eu peu d'effet et elles ont subi de lourdes pertes. Cependant, le jour J, des torpilleurs ont coulé le destroyer norvégien "SVENNER". Puis la nuit du 8/9 une autre force de destroyers et de torpilleurs a tenté de percer depuis Brest mais a été interceptée par la 10e flottille de destroyers de 'Tribals' au large d'Ouessant. Le destroyer "ZH-1" (ex-néerlandais) a été endommagé par "Tartar", puis torpillé et coulé par "Ashanti", et "Z-32" chassé à terre par les canadiens "Haida" et "Huron" et plus tard explosé.

JUILLET 1944

Attaque des FAA sur "Tirpitz" - Les bombardiers-torpilleurs Barra cuda des porte-avions Home Fleet « Formidable », « Indefatigable » et « Furious » ont tenté de frapper « Tirpitz » à Altenfiord le 17e, mais a échoué, en partie à cause des écrans de fumée défensifs.

AOT 1944

Attaque des FAA sur "Tirpitz" - Convoi russe JW59 (33 navires) ont quitté le Loch Ewe sur le 15e avec une escorte lourde comprenant les porte-avions d'escorte "Striker" et "Vindex" et les 20e et 22e groupes d'escorte. Home Fleet, sous le commandement de l'Adm Moore, a navigué en deux groupes, en partie pour couvrir le convoi mais surtout pour lancer de nouvelles attaques de la FAA sur « Tirpitz » à Altenfiord. Un groupe comprenait « Formidable », « Indefatigable » et « Furious » et le cuirassé « Duke of York », le second escortait les porte-avions « Trumpeter » et le « Nabob » à équipage canadien ainsi que le 5th EG (Cdr Macintyre). Entre le 22 et le 29, trois frappes ont été effectuées, mais dans deux d'entre elles, le navire allemand a été obscurci par la fumée et bien qu'un coup ait été obtenu le 24, la bombe n'a pas explosé.

SEPTEMBRE 1944

Attaque de la RAF sur "Tirpitz" - Maintenant, c'était au tour du RAF Bomber Command de frapper le cuirassé "Tirpitz" (ci-dessus - Quête maritime) à Altenfiord dans l'extrême nord de la Norvège. Volant dans des conditions difficiles depuis des bases russes près d'Archangel le 15, les Lancaster ont réussi à obtenir un coup malgré les écrans de fumée habituels. En partie à cause des dommages, le cuirassé a été déplacé vers le sud à Tromso.

NOVEMBRE 1944

RAF Destruction du « Tirpitz » - Le "TIRPITZ" endommagé a finalement été détruit le 12 alors qu'il mouillait au large de Tromso, en Norvège. Les Lancaster des escadrons nos 9 et 617 (Dambuster) du RAF Bomber Command utilisant des bombes de 12 000 livres ont mis fin au navire qui avait amarré la Home Fleet pendant si longtemps. Après plusieurs coups et presque ratés par des bombes pesant plus de 5 tonnes, elle s'est transformée en tortue piégeant près de 1 000 hommes à l'intérieur.

1945

MARS 1945

Navires de guerre lourds allemands - La fin des gros navires allemands restants était en vue. Le croiseur de bataille « GNEISENAU », hors service depuis 1942 et maintenant sur carcasse, a été coulé en tant que blockship à Gdynia (Gotenhafen) sur le 27e. Le croiseur léger "KOLN" a été coulé à Wilhelmshaven par les bombardements alliés. Il ne restait que deux cuirassés de poche, deux croiseurs lourds et trois croiseurs légers, et la plupart d'entre eux ne survivraient que quelques semaines de plus.

AVRIL 1945

Dernier mois de la flotte de surface allemande - Lors des raids de la RAF sur Kiel au début du mois, le cuirassé de poche "ADMIRAL SCHEER" a chaviré et le croiseur lourd "Admiral Hipper" et le croiseur léger "Emden" ont été gravement endommagés. Quelques jours plus tard, le cuirassé de poche "Lutzow" fut également mis hors service à Swinemunde.

MAI 1945

La semaine dernière - Le cuirassé de poche "LUTZOW" à Swinemunde et le croiseur lourd "ADMIRAL HIPPER" et le croiseur léger "EMDEN" à Kiel, tous gravement endommagés lors des bombardements d'avril, ont été sabordés au cours de la première semaine de mai. Lorsque l'Allemagne capitula, seuls trois croiseurs survécurent. "Prinz Eugène" a été utilisé dans des essais de bombe A dans le Pacifique "Leipzig" sabordé en mer du Nord en 1946 chargé de munitions à gaz toxique et "Nürnberg" cédé à la Russie. Une dizaine de gros destroyers sont également restés à flot.

8e reddition de l'Allemagne


Historique des services

Le destroyer Leberecht Maass a été le premier destroyer à être construit en Allemagne depuis la Première Guerre mondiale, avec Georg Thiele posé et lancé les mêmes jours que le premier mais mis en service un mois et demi plus tard. Les navires de ce type souffraient d'un certain nombre de problèmes. Ils ont absorbé une grande quantité d'eau en haute mer, rendant l'artillerie avancée inutilisable, présentaient une faiblesse structurelle et de graves vibrations causées par les moteurs. Un nouveau système de turbine installé dans les navires s'est avéré initialement prometteur mais rapidement déçu et les a limités à une courte portée, ceci étant l'un des deux facteurs décisifs contre les navires lors des batailles de Narvik, l'autre étant le stockage limité de munitions des navires. aptitude.

Le Georg Thiele fut le seul des quatre destroyers Type 1934 à ne pas être présent le 22 février 1940, lorsque ses deux navires jumeaux, Leberecht Maass et Max Schultz furent coulés dans un incident de tir ami.

Au début de la guerre en septembre 1939, le navire effectua des opérations dans la baie de Dantzig, avec les croiseurs Köln, Leipzig et Nürnberg.

Le destroyer était l'un des dix navires, avec le Z22 Anton Schmitt, le Z21 Wilhlem Heidkamp, ​​le Z17 Diether von Roeder, le Z12 Erich Giese, le Z13 Erich Koellner, le Z11 Bernd von Arnim, le Z18 Hans Lüdemann, le Z19 Hermann Künne et le Z9 Wolfgang Zenker, à transporter la 3e division de montagne, commandée par Eduard Dietl, à Narvik, dans le cadre de l'opération Weserübung. Le navire a participé aux batailles de Narvik du 10 au 13 avril 1940, perdant 27 de son équipage dans le processus. Le 13 avril, après avoir épuisé toutes ses munitions dans le combat avec les destroyers britanniques HMS Eskimo, HMS Hero et HMS Kimberley, couvrant le débarquement des équipages des autres destroyers allemands, Georg Thiele s'est sabordé à Rombaksbotten après s'être échoué. L'équipage survivant du navire a pris part aux combats terrestres à Narvik dans les semaines suivantes. Max-Eckart Wolff, le dernier commandant du navire, a servi comme commandant de bataillon dans le Marine-Regiment Berger pendant la bataille terrestre. Il a reçu la Croix de fer de première classe en mai 1940 et la Croix de chevalier en août suivant pour sa direction de Z2 à Narvik.


Un navire coulé dans la bataille de Narvik retrouvé après 68 ans

Un destroyer britannique qui a été coulé lors d'une bataille acharnée avec la marine allemande a été retrouvé après avoir reposé sans être dérangé au fond d'un fjord norvégien pendant près de 70 ans.

Le ministère de la Défense a annoncé que le HMS Hunter, qui faisait partie d'une flottille qui a participé à la bataille de Narvik au début de la Seconde Guerre mondiale, avait été localisé par un chasseur de mines norvégien lors d'un exercice impliquant les marines britannique, norvégienne et néerlandaise ainsi que des navires. d'Espagne, de Belgique et d'Allemagne.

Plus de 100 membres d'équipage, les deux tiers de ceux à bord, ont été perdus lorsque le HMS Hunter, lancé sur le Tyne à Wallsend en 1936 et gravement endommagé par une mine au large de l'Espagne un an plus tard, a été coulé à 5h30 du matin le 10 avril 1940. Le le site sera désormais marqué comme sépulture de guerre.

Le HMS Hunter, avec cinq autres destroyers de classe H, avait navigué vers le nord pour attaquer les navires participant à l'invasion allemande de la Norvège. Le groupe a coulé deux destroyers allemands et gravement endommagé un troisième lors de la bataille d'Ofotfjord à l'entrée du port de Narvik.

Cinq destroyers allemands qui avaient été ancrés dans d'autres fjords ont attaqué la flottille britannique alors qu'elle tournait pour s'échapper. Le HMS Hunter a été coulé et le vaisseau amiral, le HMS Hardy, gravement endommagé. Le capitaine Bernard Warburton-Lee, commandant l'opération depuis le HMS Hardy, est tué et reçoit à titre posthume la première VC de la guerre.

Hunter a été retrouvé dans 300 m (1 000 pieds) d'eau par un échosondeur sur le navire norvégien Tyr. Son identité a été confirmée par des informations provenant d'équipements sous-marins télécommandés.

Un porte-parole du ministère de la Défense a déclaré qu'une cérémonie de dépôt de couronnes avec des navires naviguant en ligne devant le site du navire coulé aurait lieu demain et impliquerait des navires britanniques, norvégiens et néerlandais.

"Trouver le HMS Hunter a été un moment poignant et pouvoir rendre hommage à nos alliés norvégiens et néerlandais est particulièrement approprié pour ceux qui ont perdu la vie", a déclaré le général de division Garry Robinson, commandant de la force amphibie britannique participant à l'exercice Armatura. Borealis dans les eaux norvégiennes.

Le colonel John Ogland, porte-parole du quartier général national norvégien, a déclaré : « Pouvoir accueillir ce grand exercice multinational est formidable pour nous, mais trouver le HMS Hunter en le faisant le rend vraiment très spécial. Nous restons des alliés proches et sommes éternellement reconnaissants envers ceux qui ont aidé à préserver notre liberté.

La nouvelle de la découverte sera chaleureusement accueillie par les familles des personnes décédées et survivantes, ainsi que par les membres de la HMS Hunter Association.

Sur un site Web consacré aux souvenirs de guerre, Rob Ward écrit : « Mon père, Fred Ward, a servi sur le HMS Hunter. Il a été détenu dans la ville de Narvik dans un bâtiment appelé Bjornfjell. destructeurs.

« Les Allemands ont ensuite fait marcher de force [les membres d'équipage britanniques] à travers les montagnes jusqu'en Suède. Pendant qu'il [en] Suède, il a tenté sa chance et a fait une course. La course était sur un navire appelé Skteren, chargé de minerai de fer pour la Grande-Bretagne, et les emmènerait à travers le Skaggerak. Un patrouilleur allemand et un destroyer se sont approchés d'eux et le capitaine a sabordé le navire. Mon père a été emmené au Danemark.


Événements de l'histoire en 1940

Accord de L'intérêt

18 mars Benito Mussolini et Adolf Hitler se rencontrent au col du Brenner où le dictateur italien accepte de se joindre, en temps voulu, à l'effort de guerre imminent de l'Allemagne à l'ouest

Événement de L'intérêt

19 mars Le gouvernement français d'Édouard Daladier tombe

    Paul Reynoud devient Premier ministre français La résolution de Lahore (Qarardad-e-Lahore), appelant à un ou plusieurs États musulmans indépendants, est adoptée par la Ligue musulmane de l'Inde

Théâtre Première

26 mars "The Fifth Column", une pièce d'Ernest Hemingway et adaptée par Benjamin Glazer créée à New York avec l'aimable autorisation de la Theatre Guild

Élection d'intérêt

27 mars Peter Fraser devient Premier ministre de la Nouvelle-Zélande après le décès de son prédécesseur Michael Joeseph Savage des suites d'un cancer

    Début de la construction du centre d'exposition pour accueillir la foire commerciale internationale de Thessalonique La RSS carélo-finlandaise devient la 12e république soviétique (jusqu'en 1956)

Événement de L'intérêt

1er avril Le président philippin Quezon autorise officiellement l'impression et la publication de la grammaire et du dictionnaire préparés par l'Institut de la langue nationale.

Événement de L'intérêt

7 avril La poste américaine émet le premier timbre-poste de l'éducateur afro-américain Booker T. Washington

    Des croiseurs de bataille allemands coulent le porte-avions britannique Le Glorious croiseur allemand Blucher est torpillé et chavire dans le fjord d'Oslo, l'Allemagne nazie envahit le Danemark et la Norvège, et le Danemark se rend après une bataille de six heures

Événement de L'intérêt

10 avril Vidkun Quisling forme le "gouvernement national" norvégien

    L'Italie annexe l'Albanie Deuxième bataille de Narvik 3 destroyers allemands et un sous-marin coulé par la Royal Navy, 5 autres destroyers allemands sabordés Les troupes alliées débarquent en Norvège RCA a fait une démonstration de son nouveau microscope électronique à Philadelphie Les troupes britanniques débarquent à Narvik, en Norvège "Lake Shore Ltd" déraille speed kill 34 près de Little Falls, New York Le Premier ministre néerlandais De Geer déclare l'état de siège 1ère démonstration au microscope électronique (RCA), Philadelphie, Pennsylvanie [1] Le contre-amiral Joseph Taussig témoigne devant la commission des affaires navales du Sénat américain que la guerre avec le Japon est inévitable

Événement de L'intérêt

27 avril Himmler ordonne la création du camp de concentration d'Auschwitz

    SS-Obersturmbannführer (lieutenant-colonel) Rudolf Höss (pas Hess, nazi différent) devient commandant du camp de concentration d'Auschwitz Le roi norvégien Haakon & gouvernement fuir en Grande-Bretagne Robert Sherwood's play "Il n'y aura pas de nuit" premières à New York Air New Zealand alors connu sous le nom de TEAL fait son vol inaugural avec un vol d'Auckland à Sydney. Devient plus tard la première compagnie aérienne au monde à faire bouillir de l'eau chaude en vol pour offrir à ses clients du thé et du café chauds. 140 Juifs palestiniens meurent alors que les avions allemands bombardent leur navire 21 nazis et communistes "non neutres" arrêtés aux Pays-Bas

Événement de L'intérêt

6 mai Prix Pulitzer décerné à John Steinbeck pour "The Grapes of Wrath"

    Le gouverneur des Indes néerlandaises Van Starkenborch proclame la fin de l'état de siège Seconde Guerre mondiale : l'Allemagne nazie envahit les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France

Événement de L'intérêt

    Seconde Guerre mondiale : les premières bombes allemandes de la guerre tombent sur l'Angleterre à Chilham et Petham, dans le Kent NY La réouverture de l'exposition universelle Les marines françaises occupent St Maarten Les chars allemands conquièrent les ponts de Moerdijk, la blitzkrieg nazie aux Pays-Bas et la conquête de la France commence par la traversée du Muese L'usine de bombes de River British à Breda, aux Pays-Bas, Winston Churchill a déclaré "Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur" dans son premier discours en tant que Premier ministre à la Chambre des communes britannique

Événement de L'intérêt

    Percée allemande à Grebbelinie British Local Defence Volunteers forme, une milice citoyenne armée conçue pour soutenir l'armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est plus tard rebaptisé Home Guard. L'amiral Johannes Furstner, de la marine royale néerlandaise, part pour l'Angleterre Percée allemande à Sedan Lord Beaverbrook nommé ministre britannique de la production aéronautique Les nazis bombardent Rotterdam (600-900 morts), les Pays-Bas se rendent à l'Allemagne La division blindée allemande s'installe dans le nord de la France

Événement de L'intérêt

19 mai contre-attaque française à Pronne sous le général Charles de Gaulle

    Les chars du général allemand Guderian atteignent la Manche (armée expéditionnaire britannique) Menés 7-1 en 9e à Pitts, les Phils gagnent 8-7 Le président d'AVRO Willem Vogt licencie tous les employés juifs Contre-attaque alliée à Atrecht, dans le nord de la France Paul Reynaud forme le gouvernement français Néerlandais Le premier ministre De Geer commence à travailler avec les nazis Le premier ministre britannique Winston Churchill s'envole pour Paris pour décider avec le général Maxime Weygand d'une stratégie pour sauver la ville 1er grand combat aérien entre Spitfires et Luftwaffe La reine néerlandaise Wilhelmina parle à la radio BBC

Événement de L'intérêt

24 mai Adolf Hitler affirme que le général von Rundstedts "Stopbevel"

Événement de L'intérêt

26 mai 1er vol réussi en hélicoptère aux États-Unis : Vought-Sikorsky US-300 conçu par Igor Sikorsky

Miracle de Dunkerque

27 mai Les forces britanniques et alliées commencent l'évacuation de Dunkerque (Opération Dynamo) pendant la Seconde Guerre mondiale

    Seconde Guerre mondiale : dans le massacre de Le Paradis, 97 soldats d'une unité du Royal Norfolk Regiment sont abattus après s'être rendus aux troupes allemandes La Belgique se rend à l'Allemagne, le roi Léopold III se rend les troupes franco-britanniques capturent Narvik, Norvège Commissaire du Reich à La Haye, Pays-Bas Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands s'emparent d'Ostende et d'Ypres en Belgique et de Lille en France

Événement de L'intérêt

31 mai Le général de division Bernard Montgomery quitte Dunkerque

    Winston Churchill s'envole pour Paris pour rencontrer le maréchal français Philippe Pétain qui annonce qu'il est prêt à conclure une paix séparée avec l'Allemagne Café et thé rationnés en Hollande Le général de division Bernard Montgomery retourne à Londres Les occupants nazis expulsent les Juifs de la garde aérienne néerlandaise De lourds bombardements allemands sur Plage de Dunkerque Dernières troupes britanniques et françaises évacuées de Dunkerque Les Britanniques achèvent le "Miracle de Dunkerque" en évacuant 338 226 troupes alliées de France via une flottille de plus de 800 navires dont des destroyers de la Royal Navy, des bateaux de la marine marchande, des bateaux de pêche, des bateaux de plaisance et même des canots de sauvetage

Événement de L'intérêt

14 juin Ouverture du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz dans la Pologne contrôlée par les nazis avec des prisonniers de guerre polonais, puis élargi pour inclure des civils juifs et gitans (environ 3 millions mourraient dans ses murs)

    L'U-47 allemand coule le dirigeable Balmoral 38 bombardiers italiens Fiat bombardent Luc-en-Province Pain et farine rationnés en Hollande Seconde Guerre mondiale : la France se rend à l'Allemagne nazie, les troupes allemandes occupent Paris L'armée soviétique occupe la Lituanie Le gouvernement communiste installé en Lituanie Le général De Gaulle arrive à Bordeaux La France demande à l'Allemagne des conditions de capitulation pendant la Seconde Guerre mondiale Le général De Gaulle quitte Bordeaux pour Londres L'occupant allemand rationne du pain en Hollande L'URSS occupe l'Estonie Seconde Guerre mondiale : naufrage du RMS Lancastria par la Luftwaffe près de Saint-Nazaire, France Les occupants allemands abattent du bétail , des porcs et des poulets Le discours de Winston Churchill "ce fut leur heure de gloire" exhortant à la persévérance pendant la bataille d'Angleterre prononcé devant la Chambre des communes britannique

Événement de L'intérêt

19 juin La 7e division blindée allemande sous le commandement de Rommel occupe Cherbourg

    Hermann Goering ordonne la saisie de chevaux, de voitures, d'autobus et de navires néerlandais Les occupants allemands démantèlent les États généraux/Conseil d'État néerlandais La première navigation réussie d'ouest en est du passage du Nord-Ouest commence à Vancouver, en Colombie-Britannique La France se rend à l'Allemagne nazie, avec le la moitié nord du pays occupée et le sud établi comme État client nazi Vichy France SS rafle 31 juifs allemands/polonais/néerlandais à Roermond, Pays-Bas Ouverture du restaurant Queen, à Joliet, Illinois Marcel Louette cherche le groupe d'opposition "White Brigade" sur les bombes de la RAF à Anvers Schiphol, Pays-Bas Après avoir conquis la France, Adolf Hitler visite Paris et admire la Tour Eiffel et la tombe de Napoléon Bonaparte La France signe un armistice avec l'Italie pendant la Seconde Guerre mondiale Fin du calendrier expérimental de l'URSS réadopté grégorien 6/27 L'armée soviétique attaque la Roumanie

Grégoire à la conquête de Jules César

27 juin L'URSS revient au calendrier grégorien, en utilisant le dimanche comme jour de repos, après 6 ans en utilisant un calendrier russe de six jours


Construction et carrière

Z22 Anton Schmitt a été nommé d'après Bosun's Mate ( Bootsmannsmaat ) Anton Schmitt, qui était le dernier homme au dernier canon opérationnel du croiseur léger en train de couler Frauenlob lors de la bataille du Jutland le 31 mai 1916 et a coulé avec son navire. Le navire a été commandé à AG Weser (Deschimag) le 6 janvier 1936. Il a été mis en chantier au chantier naval de Deschimag à Brême sous le numéro de chantier W924 le 3 janvier 1938, lancé le 20 septembre et mis en service le 24 septembre 1939. Après avoir travaillé, Z22 Anton Schmitt aidé à poser un champ de mines près de la région de Newcastle avec Z21 Wilhelm Heidkamp, Z16 Friedrich Eckoldt, et Z20 Karl Galster dans la nuit du 10/11 janvier 1940. Les destroyers Z14 Friedrich Ihn et Z4 Richard Beitzen étaient également censés participer, mais le premier a eu des problèmes avec ses chaudières qui ont réduit sa vitesse maximale à 27 nœuds (50 &# 160 km/h 31 &# 160 mph) et il a dû être reconduit en Allemagne par ce dernier navire. Le champ de mines n'a réclamé qu'un seul chalutier de 251   tonneaux de jauge brute   (GRT) . [5]

Campagne de Norvège

Z22 Anton Schmitt a été affecté au groupe 1 pour la partie norvégienne de l'opération Weser&# 252bung en avril 1940. La tâche du groupe était de transporter le 139e Régiment d'infanterie de montagne (139. Régiment Gebirgsjöger) et le quartier général de la 3e division de montagne (3. Gebirgs-Division) pour s'emparer de Narvik. Les navires ont commencé à charger des troupes le 6 avril et ont appareillé le lendemain. [6] Lorsqu'ils arrivèrent au large de l'Ofotfjord le matin du 9 avril, Z22 Anton Schmitt et sa soeur Z18 Hans Lüdemann débarquèrent leurs troupes au goulet de Ramnes pour rechercher les positions d'artillerie côtière que les Allemands croyaient à tort commander l'embouchure du fjord. Z17 Diether von Roeder est resté au large pour fournir un soutien si nécessaire et pour servir de navire de piquetage au cas où les Britanniques auraient l'intention d'interférer avec l'opération. Vers 11 heures, les troupes reçoivent l'ordre de remonter à bord de leurs destroyers qui se dirigent vers Narvik. Z22 Anton Schmitt avait fait des piquets de grève la nuit suivante et a ensuite navigué dans le port de Narvik. [7]

Peu après l'aube du 10 avril, les cinq destroyers de la 2e flottille de destroyers britanniques, Robuste, le ravage, chasseur, Hotspur, et Hostile apparut, surprenant totalement les Allemands. chasseur frappé Z22 Anton Schmitt avec un seul obus de 4,7 pouces (120 &# 160 mm) et avec une torpille dans la salle des machines avant. Puis le ravage a frappé le navire avec une autre torpille qui l'a brisé en deux, tuant ou blessant plus de 50 membres d'équipage. Les survivants ont rejoint les autres survivants à terre dans une unité d'infanterie navale ad hoc. [8]


HMS Warspite – Un compte personnel

Le «Grand Old Lady» de la Royal Navy, le célèbre cuirassé HMS Warspite, a été poussé par une tempête sur les rochers de Cornwall le 12 avril 1947 alors qu'il était remorqué vers un chantier de démolition de navires sur la rivière Clyde.

Bien que très attristé d'apprendre le sort ignoble de son ancien navire après avoir survécu à deux guerres mondiales, mon défunt père, le lieutenant Fred Jones, qui était un fier membre de son équipage pendant plus de quatre ans, a déclaré : où elle gisait près d'ouvriers britanniques faisant ce que l'ennemi n'a pas réussi à faire.

Mis en service en 1915, le Warspite de 32 000 tonnes était le septième navire à porter ce nom, qui date du règne de la reine Elizabeth I et des guerres de l'Angleterre avec l'Espagne. La devise sur le blason du navire « Belli dura despicio » signifie « Je méprise les épreuves de la guerre ».

Warspite a pris part à 15 engagements majeurs, du Jutland dans la Première Guerre mondiale 1 à 14 actions dans la Seconde Guerre mondiale. Ceux-ci comprenaient les convois de l'Atlantique, Narvik, Norvège, Calabre, la Méditerranée, les convois de Malte, Matapan, Crète, Sicile, Salerne, le Manche, Normandie et Golfe de Gascogne.

Elle a fait feu pour la dernière fois en bombardant les bastions allemands sur l'île de Walcheren dans l'estuaire de l'Escaut en novembre 1944, remportant le plus grand nombre d'honneurs de bataille jamais décernés à un navire de guerre.

/>Fred Jones

Mon père Fred Jones a rejoint Warspite en mai 1937 après que le navire de 24 ans ait subi un réaménagement à grande échelle dans le chantier naval de Portsmouth. Sa machinerie principale avait été entièrement renouvelée, l'un des deux entonnoirs d'origine a été retiré pour faire place à davantage d'armement anti-aérien, et les huit canons de 15 pouces ont été élevés à 30 degrés pour augmenter leur portée à 32 000 yards (16 miles).

L'armement de défense anti-aérienne avait été porté à quatre supports jumeaux de 4 pouces, deux pompons à huit canons de 2 livres (surnommés « Chicago Pianos » par l'équipage) et des Oerlikons jumeaux. Un hangar a été placé derrière l'entonnoir pour abriter deux hydravions qui pourraient être catapultés et remontés à bord par une grue.

Son équipage était au nombre de 1284, y compris le premier maître/canonnier Fred Jones, qui était capitaine de la tourelle « B ».

Quittant Portsmouth, le HMS Warspite a navigué vers la Méditerranée pour devenir le navire amiral de l'amiral Sir Dudley Pound. Elle était basée à Alexandrie qui, avec la guerre imminente, devait être la base de la flotte.

Le 3 septembre 1939, l'amiral Pound reçut un signal de l'Amirauté qui disait : « Commencez immédiatement les hostilités avec l'Allemagne » et Warspite fut envoyé pour escorter 30 navires marchands en convoi à travers l'Atlantique du Canada vers la Grande-Bretagne.

Lorsque le croiseur marchand armé Rawalpindi a été coulé par le Scharnhorst dans la mer du Nord, le Warspite s'est joint à la recherche du croiseur de bataille allemand, mais il s'est échappé dans le brouillard islandais.

Sa première action majeure fut la bataille de Narvik, livrée le 13 avril 1940 pour empêcher l'expédition de minerai de fer du port norvégien vers l'Allemagne. Le Warspite et neuf destroyers quittèrent Scapa Flow et entrèrent dans le fjord d'Ofot pour attaquer les navires allemands et les défenses côtières. L'avion Swordfish a été catapulté, bombardé et coulé un sous-marin allemand à ses amarres, et a signalé la position et la force des défenseurs.

Bien que le Warspite était à l'avant des cibles et ne pouvait tirer que les quatre canons avancés, neuf destroyers allemands ont été coulés et les installations portuaires ont été gravement endommagées.

En écrivant ses mémoires après la guerre, mon père a décrit les batailles auxquelles il a participé et a expliqué comment les énormes canons de 15 pouces (dans les tourelles "A" et "B" à l'avant et "X" et "Y") à l'arrière) étaient chargés et tirés .

Tourelles A et B

Chaque tourelle pesait environ 700 tonnes. Les canons mesuraient 54 pieds de long et pesaient 100 tonnes. Ils se composaient d'un tube rayé sur lequel était rétrécie l'enveloppe extérieure. La « vie » d'une arme à feu s'est terminée après avoir tiré 335 cartouches et elle a ensuite dû être regarnie.

La machinerie hydraulique d'une tourelle soulevait les munitions se trouvant à environ 50 pieds plus bas dans le magasin. Chaque obus pesait près d'une tonne et un équipage habile pouvait charger un obus par minute. La pratique normale consistait à tirer des salves de quatre canons à partir des canons droits de toutes les tourelles, suivies d'une salve similaire à partir des canons gauches.

Pour un étranger, le bruit incessant et accablant à l'intérieur de la tourelle alors que chaque membre de l'équipage de 70 hommes faisait son travail avec une précision d'une fraction de seconde n'avait d'égal que le flash aveuglant déconcertant et la commotion étonnante du tir. Mais pour les hommes qui contrôlaient et maniaient les grands canons, tout était devenu une seconde nature.

Fred Jones reprend l'histoire :

“Pour nous, la bataille de Narvik commence avec l'ordre « stations d'action ». Les équipes d'artillerie prennent leurs positions et le capitaine de la tourelle fait rapport au contrôle. Nous entendons alors « All guns load » et les cages de chargement des armes à feu montent avec un bruit sourd et sortent les pilonneuses.
Le contrôleur aboie « Salvoes » et le pistolet droit est prêt. Ensuite, « Ennemi en vue » et les viseurs scandent la portée, à ce moment-là, les deux canons sont presque horizontaux en raison de la courte portée.
Le gong de feu sonne « Ding ding », le canon droit tire et recule tandis qu'un « woof » fait basculer la tourelle. Le canon gauche est prêt pendant que le canon droit recharge.
Seize coups ont été tirés dans le fjord et les cibles coulent ou explosent. Le contrôle donne l'ordre « Check fire » et les équipes d'artillerie grimpent par le trou d'homme au sommet de la tourelle pour voir les dégâts.

Le HMS Warspite en action

Le haut commandement allemand a révélé plus tard qu'un deuxième sous-marin chargé de torpiller le cuirassé britannique s'est échoué alors qu'il était submergé et n'a plus pris part à la bataille.

Après un nouveau bombardement du port de Narvik, le Warspite s'embarqua pour Alexandrie et arriva le 10 mai 1940 pour devenir le vaisseau amiral de l'amiral Sir Andrew Cunningham.

Lorsque l'Italie est entrée en guerre en juin, la flotte de Cunningham a effectué un balayage de la Méditerranée centrale, gardé des convois emportant des munitions et des provisions pour la campagne de Wavell en Égypte et a esquivé les bombardements de haut niveau par des avions italiens.

Trouvant le cuirassé Giulio Cesare au large du port de Calabre, Warspite a marqué un coup direct à une distance de 26 000 mètres. Il s'agissait de la plus longue portée d'artillerie sur une cible mobile jamais enregistrée et le navire italien a été mis hors de combat pour le reste de la guerre. Les autres navires de guerre italiens avec sa queue ont tourné la queue et se sont enfuis.

La «Grand Old Lady» (qui lui a été surnommée par l'amiral Cunningham) a ensuite soutenu la Huitième armée en bombardant les fortifications ennemies le long de la côte à Bardia, Fort Capuzzo et Tripoli.

Au début de 1941, les nazis se rendirent compte que les Italiens n'avaient plus le courage de se battre et envoyèrent leurs propres forces aériennes et terrestres en Méditerranée. Mais pas avant que la marine italienne ne soit capturée de nuit par la flotte de Cunningham au large des côtes grecques au cap Matapan. Au cours de l'action, trois croiseurs lourds italiens et deux destroyers ont été coulés dans un barrage d'une durée de moins de cinq minutes.

Le premier maître Jones rapporte :

22.25.30 Ennemi en vue à tribord du Warspite.
22.27.15 Tourelles chargées, prêtes et ciblées.
22.27.55 Nous ouvrons le feu avec des bordées.
22.28.00 Hits sécurisés sur le premier croiseur, qui s'enflamme sur toute sa longueur
longueur.
22.28.40 Deuxième bordée tirée sur la même cible, maintenant en train de couler.
22.29.18 Une troisième bordée de huit canons tire sur le croiseur suivant, qui éclate également
en Flames.
Tels étaient les fruits des artilleurs de la Royal Navy qui pratiquaient constamment les combats nocturnes en temps de paix.

Le 21 avril 1941, le Warspite ouvre le feu avec ses batteries de 15 pouces et 8 pouces sur les quais et les navires du port de Tripoli, causant de gros dégâts. Il a ensuite été engagé dans des travaux de convoi et a survécu à de lourdes attaques de la Luftwaffe en raison du formidable barrage anti-aérien mis en place par la flotte, mais il n'a pas été aussi chanceux lorsqu'il a couvert l'évacuation des troupes britanniques lorsque les Allemands ont attaqué la Crète.

Toute la flotte de Cunningham a de nouveau été bombardée et mitraillée par des avions allemands, et Warspite a été touché par une bombe perforante de 500 lb sur le côté tribord vers l'avant où C.P.O. Jones était debout une minute auparavant alors qu'il réparait un pistolet ack-ack coincé.

Les canons de 4 pouces et tous les artilleurs ont été soufflés par-dessus bord et l'explosion a déclenché un incendie qui a mis les quatre canons de 6 pouces hors de combat. Une chaufferie a dû être abandonnée et la vitesse du navire a été considérablement réduite.

Un officier et 37 hommes ont été tués et 31 autres blessés. Mon père a commenté : « Si je n'avais pas reçu l'ordre de retourner dans ma tourelle pour charger, j'aurais certainement fait partie des victimes.

Il a été mentionné dans les dépêches « pour action galante et méritoire face à l'ennemi » et a reçu des feuilles de chêne qui ont été cousues sur son ruban de médaille.

Warspite est rentré en boitant à Alexandrie et a été réparé avant de partir pour faire effectuer des réparations majeures au Bremerton Navy Yard à Seattle, aux États-Unis, où mon père et d'autres membres d'équipage l'ont laissé et ont été affectés à d'autres navires. Il a servi sur le HMS Resolution jusqu'en octobre 1941, puis est retourné dans la maison et la famille qu'il n'avait pas vues depuis quatre ans et quatre mois.
"C'est la chance de la Marine", a-t-il observé. "Mais au moins je suis revenu vivant."

Bien qu'il ait servi sur d'autres navires, il a suivi la fortune du Warspite jusqu'à la fin de la guerre. Elle a été réparée et prête à nouveau pour le service en janvier 1942, date à laquelle l'Amérique était en guerre. Après avoir participé à la campagne de Sicile en janvier 1943, l'Italie se rendit et elle conduisit les navires survivants de la flotte italienne en captivité à Malte.

L'amiral Cunningham s'adressant à la compagnie navale du HMS Warspite en Méditerranée, août 1943

Le Warspite est à nouveau bombardé à Salerne et, après plus de réparations, est en action le jour J le 8 juin 1944, puis plusieurs autres actions au large des côtes françaises.

Lorsque l'Allemagne capitula en mai 1945, l'Amirauté décida que le « Grand Old Lady » devait être mis au rebut après 30 ans de service.

Il était ironique que le 19 avril 1947, alors qu'il était remorqué par deux remorqueurs jusqu'à une fin ignominieuse dans le chantier de démolition écossaise, une puissante tempête se leva et une mer agitée libéra la fière vieille guerrière de ses ravisseurs.

Un vieil homme de Cornouailles qui a assisté à la fin du cuirassé a décrit la scène : « Oui, le vieux Warspite est là, pointant vers Prussia Cove. Je m'occupe de la nuit où elle est entrée, bordée et terrible à voir. Il y avait un vent violent et une mer puissante, et personne ne pouvait la retenir. Elle a pris le sol à proximité, puis, à la marée haute suivante, elle s'est soulevée à nouveau et a été poussée sur les rochers de la crique.

Les parties restantes de sa coque ont disparu à jamais en 1955 et une pierre commémorative a été dévoilée en 1992 près de sa dernière demeure.

L'adjudant Fred Jones a été démobilisé de la Royal Navy à la fin de la guerre et a quitté l'Angleterre avec sa femme et ses trois fils en 1946 pour devenir le lieutenant Jones, instructeur d'artillerie de la marine sud-africaine, basé au Cap.

Le « vieux sel » qui avait 36 ​​ans lorsqu'il a survécu au bombardement allemand de Warspite en 1941 est décédé d'une pneumonie à l'hôpital Grey's de Pietermaritzburg, trois semaines seulement avant son 91e anniversaire en août 1996.

Dick Jones, aujourd'hui âgé de 86 ans, est un ancien rédacteur de nuit de "The Natal Witness".


Plongée sur épave en Norvège

11 avions Junker-52 ont effectué des atterrissages d'urgence sur la glace à Hartvikvannet, juste en face de Bjerkvik, le 13 avril 1940. 10 d'entre eux ont traversé la glace, et 3 d'entre eux sont toujours dans l'eau.

Georg Thiele

destroyer allemand Georg Thiele. Le navire a coulé le 13 avril 1940 lors de la deuxième bataille navale.

destroyer allemand Georg Thiele. Le navire a coulé le 13 avril 1940 lors de la deuxième bataille navale.

La relique du Erich Giese au fond du fjord. Le navire a coulé le 13 avril 1940 lors de la deuxième bataille navale.

L'épave du destroyer allemand Bernd von Arnim, l'un des quatre destroyers allemands coulés dans le Rombaksfjorden près de Narvik le 13 avril 1940 lors de la deuxième bataille navale.

Un navire britannique à l'extérieur de Narvik, impliqué dans la deuxième bataille navale.

Wilhelm Heidkampf, un destroyer allemand. Au cours de la première bataille navale, le navire a subi de lourds dommages et deux jours plus tard, il a coulé dans le port de Narvik.

Norge-baugen

PS Norge, coulé par Wilhelm Heidkampf le 9 avril 1940 dans le port de Narvik.

destroyer allemand Hermann Künne. Le navire a coulé le 13 avril 1940 lors de la deuxième bataille navale.

Odin cadre et bakken

Inscrivez-vous à la newsletter de plongée sous-marine

Scuba Diving est la source complète des meilleures informations sur la plongée. Obtenez les dernières informations détaillées sur les destinations proches et lointaines, des critiques d'équipements indispensables, des photos sous-marines à couper le souffle, des actualités sur les dernières technologies, des mises à jour sur les problèmes environnementaux et plus encore, le tout directement dans votre boîte de réception !

Narvik est sans aucun doute l'un des meilleurs endroits au monde pour plonger et voir des épaves de la Seconde Guerre mondiale. Au fond d'Ofotfjorden, il est possible d'explorer plus de 10 épaves historiques, dont le navire de défense côtière norvégien PS Norge et Jager Z2 Georg Thiele. Ce dernier était l'un des destroyers les plus récents d'Allemagne et devait être utilisé dans l'attaque prévue contre la Grande-Bretagne plus tard la même année. Il est également possible de plonger et d'explorer les cargos et les avions qui ont participé à la guerre.

Pour commémorer le 70e anniversaire des batailles de Narvik, Visit Narvik, Narvik War Museum et Expedia ont créé une infographie interactive sur l'histoire de ce qui s'est passé dans la ville pendant plusieurs jours dramatiques au début d'avril 1940. La pièce fournit du matériel historique, y compris unique interviews et photos, soulignant pourquoi Narvik était si important pour toutes les personnes impliquées dans la Seconde Guerre mondiale, et pourquoi c'est maintenant un point névralgique de la plongée sur les listes de choses à faire de nombreux plongeurs.


Z2 Georg Thiele

Le Georg Thiele était un destroyer de classe Leberect Maass avec un déplacement de 2200 tonnes et un effectif de 315 officiers et hommes. Elle mesurait 374 pieds de long, 37 pieds de large et avait un tirant d'eau de neuf pieds et demi. Ses machines, ses performances et son armement étaient similaires à ceux de la classe Dieter Von Roeder, sauf qu'il avait quatre canons de 3,7 cm et six canons de 20 mm.

Le Georg Thiele, Z2, a été lancé le 18 août 1935 et a été achevé en février 1937. Il a eu quelques problèmes de démarrage avec ses moteurs, et avant de faire partie du Groupe 1 (Narvik), il était en réparation à Brême pour un problème pompe à eau. Cependant, le 6 avril 1940, tout fut réparé et le George Thiele embarqua deux cents hommes de montagne et partit à toute vitesse au rendez-vous avec le reste de la Task Force.

Après un voyage épouvantable dans des vents violents et en haute mer, le George Thiele, en compagnie du reste du groupe de destroyers, a débarqué avec succès ses troupes à Narvik. Le 10 avril, au début de la première bataille de Narvik, le Georg Thiele et le Bernard Von Armin se trouvaient dans un fjord latéral (Balangenfjord) et sont sortis sur le flanc britannique alors qu'ils se retiraient après avoir coulé avec succès et paralysé cinq destroyers allemands en le port de Narvik.

Entre autres, le George Thiele a tiré sur le destroyer britannique Hardy, marquant coup après coup et a principalement contribué à l'amener à terre. Avec le Bernard Von Armin, elle a ensuite tourné son attention vers le Hunter et le Hotspur, coulant le Hunter avec des coups de feu et une torpille après avoir endommagé le Hotspur si gravement qu'il est devenu incontrôlable et est entré en collision avec le Hunter à trente nœuds. La Georg Thiele a ensuite elle-même été durement touchée dans l'une de ses chaufferies, l'un de ses canons a été détruit et son système de conduite de tir a été mis hors service.

Au moment de la deuxième bataille de Narvik, le 13 avril, le George Thiele n'était qu'à moitié opérationnel. Il pouvait gérer 27 nœuds en une courte rafale, et le reste de ses canons avait été mis sous contrôle local afin qu'ils puissent tous être tirés. En plus de cela, il avait encore six torpilles. Dans la dernière partie de la bataille, lorsque les quatre destroyers allemands survivants mais gravement endommagés se sont retirés du Rombakisfjord, il a servi d'arrière-garde afin que les équipages des destroyers endommagés puissent être débarqués avant ils ont été sabordés.

Malheureusement, elle a été attrapée par les destroyers britanniques Eskimo et Forester, qui l'ont bombardée à plusieurs reprises. Se battant jusqu'au bout, Georg Thiele a lâché l'une de ses torpilles et a fait exploser les Eskimo, avant de s'échouer durement.

C'est l'épave que je suis venu voir. Les étraves sortent de l'eau et la poupe est à 52 mètres. Vue fantastique. Nous sommes descendus jusqu'à l'arbre d'hélice où Steve a dû attacher la corde. C'était un léger problème car il était à 40 mètres de profondeur et nous ne savions pas exactement où se trouvait l'épave. Quoi qu'il en soit, comme d'habitude, Steve l'a réglé, et une fois là-bas était super. Juste en dessous de nous il y avait l'un des canons pointant vers l'arrière, l'autre est à 52 mètres, puis vous remontez la falaise de la coque qui est couchée sur le côté. Sur la droite de la coque se trouve le pont, avec des tubes lance-torpilles, des projecteurs et de nombreux hublots. En montant vers la proue, il y a de grandes cavernes avec beaucoup plus de hublots en verre. Tout autour, il y avait des morceaux de cuivre et des tas d'interrupteurs.

Sur les tubes lance-torpilles de la deuxième plongée, j'ai vu le sélecteur de tir et le reste des morceaux de tube, y compris les bouteilles de gaz. Près de là se trouvait un petit canon à deux canons (probablement antiaérien). Près de cela se trouvait ce qui ressemblait à une brèche d'un autre pistolet étendu sur le sol. D'un côté se trouvait un mât cassé avec plein d'isolateurs électriques partout. Lorsque vous arrivez au bout de l'arc qui a heurté les rochers, vous pouvez descendre un tunnel jusqu'à environ 40 pieds. Toute cette zone est couverte d'anémones plumeuses, et il y a de grandes anémones comme des mèches de serpents mais beaucoup plus grosses.

Lors de la deuxième plongée, c'est la même chose, mais le point culminant était d'aller dans un autre petit tunnel à environ 60 pieds et de remonter à travers l'épave à environ 15 pieds. Le tunnel est devenu de plus en plus étroit, et de chaque côté se trouvaient des trous à travers lesquels vous pouvait voir d'autres compartiments avec des charges de hublots. Au fur et à mesure que cela devenait plus étroit, cela devenait un peu incertain, mais vous pouviez voir du haut, donc tout allait bien. Ensuite, nous avons juste nagé le long de la quille sans vraiment vouloir repartir, et remonté doucement jusqu'à la surface. Parce qu'il est juste sur le rivage, le bateau de plongée aime se tenir debout, il peut donc s'agir d'une longue nage en surface. C'est une excellente plongée sur épave et a été élue la meilleure de toutes celles que nous avons faites.


Zerstörers allemands à Narvik 1940

Publier par Gant » 11 déc 2005, 02:58

En gros, j'ai besoin d'un peu d'aide de vos experts.

J'ai deux questions principales :

1.) Est-ce que certains d'entre vous ont des photos de tous les capitaines/commandants de la Kriegsmarine impliqués ?

Commandant général de l'opération zerstörer :
Commodore Friedrich Bonte

Commandant de la 1re flottille de Zerstörer :
FK Fritz Berger

Commandant de la 3e flottille de Zerstörer :
FK H.-J. Gadow

Z2 "George Thiele":
KK Max-Ekkart Loup

Z9 "Wolfgang Zenker":
FK Gottfried Pönitz

Z11 "Bernd von Arnim":
KK Kurt Rechel

Z12 "Erich Giese":
KK Karl Smidt

Z13 "Erich Koellner":
FK Alfred Schulze-Hinrichs

Z17 "Diether von Roeder":
KK Erich Holthof

Z18 "Hans Lüdemann":
KK Herbert Friedrichs

Z19 "Hermann Künne":
KK Friedrich Kothe

Z21 "Wilhelm Heidkamp":
KK Hans Erdmenger

Z22 "Anton Schmidt":
? ? ?

2.) Quels navires appartenaient à quelle flottille ?

Quelques données

Publier par Ron Klage » 12 déc 2005, 23:20

Pas de photos mais voici ce que j'ai sur la structure de la Force Narvik :

Z-2 "George Thiele" KK Max-Eckart Wolff
Z-9 "Wolfgang Zenker" FK Gottfried Pönitz
Z-11 "Bernd von Arnim" KK Kurt Rechel
Z-12 "Erich Giese" KK Karl Schmidt
Z-13 "Erich Koellner" KKAlfred Schulze-Hinrichs
Z-17 "Diether von Roeder" KK Erich Holtorf
Z-18 "Han Lüdemann" KK Herbert Friedrich
Z-19 "Hermann Künne" KK Friedrich Kothe
Z-21 "Wilhelm Heidkamp" KK Hans Erdmenger
Z-22 « Anton Schmitt » KK Friedrich Böhme

Ce groupe devait naviguer à minuit le 6 avril pour Narvik avec le Gebirgsjäger-Regiment 139 avec trois bataillons [environ 2 000 hommes]. Deux cuirassés, le Gneisenau et le Scharnhorst, devaient escorter le groupe jusqu'à ce qu'il soit au large de Namsos tard le 8 avril, moment auquel les cuirassés se dirigeraient vers le nord pour créer une diversion.

Le matin du 7 avril, les Hudsons du RAF Coastal Command ont repéré des navires allemands naviguant vers le nord et cet après-midi-là, 12 Blenheims de la 107 Wing ont repéré les navires à 80 milles au sud du cap Lindesnes et ils ont attaqué le convoi sans succès. Vers 9 heures le matin du 8 avril, le destroyer britannique Glowworm rencontra le Z-11 « Bernd von Arnim » et le destroyer allemand tenta d'engager le destroyer britannique, mais la mer était trop agitée. L'Amiral Hipper a été appelé et il a rapidement coulé le Glowworm avec seulement 31 survivants récupérés par le Hipper.

Le 9 avril, aux petites heures du matin, le Narvik Gruppe a remonté l'Ofotfjord avec neuf destroyers [Z-12 « Erich Giese » avait 3 heures de retard en raison des dommages subis par la mer agitée.

Le Z-17 « Diether von Roeder », le Z-18 « Han Lüdemann » et le Z-22 « Anton Schmitt » débarquèrent des troupes à Ramnes, à 30 kilomètres à l'ouest de Narvik, pour capturer des batteries norvégiennes qui se révélèrent rapidement inexistantes.

Le Z-9 « Wolfgang Zenker », le Z-13 « Erich Koellner » et le Z-19 « Hermann Künne » ont remonté le fjord d'Herjangen pour débarquer des troupes à Bjerkvik, à 10 kilomètres au nord de Narvik, pour prendre le dépôt de l'armée norvégienne à Elvegardsmoen.

Le Z-2 "George Thiele", le Z-11 "Bernd von Arnim" et le Z-21 "Wilhelm Heidkamp" se dirigeaient vers Narvik. Vers 4 h 15, lors d'une tempête de neige, l'escadrille a croisé le cuirassé norvégien Eidsvold à l'entrée du port. Dans le principal Z-21 « Wilhelm Heidkamp » KzS Bonte a abaissé un petit bateau et a envoyé un officier pour expliquer que les Allemands venaient en Norvège en tant qu'amis pour protéger les Norvégiens contre les Britanniques. L'officier allemand regagna son navire et le capitaine norvégien Odd sachsen Willoch appela son supérieur, le capitaine Petter Askim, à bord du Norge, le deuxième cuirassé norvégien à Narvik. Alors qu'Askim ordonnait à Willoch d'ouvrir le feu, l'envoyé allemand a été rappelé, après quoi Willoch lui a dit qu'il avait l'ordre de résister. L'allemand repartit et le capitaine Willoch ordonna à la batterie bâbord d'ouvrir le feu mais, avant qu'il ne puisse le faire, l'Eidsvold fut touché par trois torpilles du Z-21 "Wilhelm Heidkamp". Elle s'est rapidement brisée en deux morceaux et a coulé et seuls six survivants ont pu être secourus.

Puis, à 4 h 40, le Norge a repéré les deux autres destroyers allemands amarrés calmement au milieu des autres navires amarrés dans le port et a rapidement ouvert le feu avec ses canons de 210 mm et 150 mm. Le Z-11 "Bernd von Arnim" revint avec une série de torpilles et deux d'entre elles trouvèrent le Norge qui fit la gîte et tomba en moins d'une minute. Quatre-vingt-dix de l'équipage ont été sauvés.

Bientôt, le Gebirgsjäger sauta à terre et la garnison norvégienne surprise n'opposa aucune résistance. À 6 h 15, Narvik a été rendu aux Allemands et un seul bataillon de troupes norvégiennes, environ 250 hommes, s'est échappé vers l'est au milieu de la confusion.

Le groupe Narvik devait rentrer en Allemagne dans la soirée du 10 avril, mais le patrouilleur norvégien Nordkapp avait intercepté le pétrolier allemand Kattegat à l'entrée de l'Ofotfjord et le capitaine allemand avait sabordé le pétrolier, ce qui n'avait pas permis de ravitailler les 10 destroyers. .

Dans la soirée du 9 avril, les destroyers Z-21, Z-18, Z-22, Z-17 et Z-19 ont amarré pour la nuit dans le port de Narvik tandis que les Z-9, Z-19 et Z-12 se sont rendus à Bjerkvik à la tête du fjord Herjangen, à 10 kilomètres au nord de Narvik. Les deux destroyers restants, le Z-2 et le Z-11 se sont rendus dans la baie de Ballengen sur la rive sud de l'Ofotfjord, à 25 kilomètres à l'ouest de Narvik.

Tôt le lendemain matin, le 10 avril, cinq destroyers britanniques sont sortis de la brume matinale dans Ofotfjord et ont pris les destroyers amarrés là-bas au dépourvu. Le Z-22 a été coulé et le Z-17 et le Z-21 ont été sérieusement endommagés et ont coulé. KzS Bonte avait été tué à bord. Les Britanniques ont perdu le destroyer Hunter et le destroyer Hardy a dû être cloué au sol.

Le 13 avril, une forte force britannique composée du cuirassé Warspite et de neuf destroyers était entrée dans l'Ofotfjord pour engager les sept destroyers allemands restants. Le Z-12 et le Z-13 ont été coulés et le Z-18 a été touché par une torpille. Les destroyers allemands manquant de carburant ont été sabordés par leurs équipages et sont allés à terre pour continuer à combattre en tant qu'infanterie avec le Gebirgsjäger.

Cela couvre une brève description des dix destroyers allemands dans leurs combats pour Narvik.Je n'ai pas de photos et je n'ai pas d'infos sur l'affectation des destroyers à quelle flottille. En fait ma source note seulement que les 10 destroyers appartenaient à la 1. Zerstörer-Flotille [FK Fritz Berger] et à la 4. Zerstörer-Flotille.


Voir la vidéo: LAT BALTICA-Web 2021