Les systèmes d'écriture en Amérique du Sud ?

Les systèmes d'écriture en Amérique du Sud ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Quelles cultures en Amérique du Sud avaient des systèmes d'écriture avant l'arrivée des Européens ?

Je suis peut-être un peu mal informé, mais contrairement à la Méso-Amérique, il n'y avait pas beaucoup de cultures en Afrique du Sud qui reposaient sur une forme d'écriture.

Je connais les Quipus des Incas, et sais aussi que de nombreux hiéroglyphes, ou du moins des dessins, ont été trouvés tout autour de SA, mais comptent-ils comme systèmes d'écriture ?

Peut-être n'avaient-ils que des systèmes simples qui ont été rapidement remplacés par les Européens par la pression culturelle et militaire.

Merci de m'éclairer sur ce sujet.


Cette page Wikipédia a une belle vue d'ensemble sur les systèmes d'écriture précolombiens en mésoamérique. Ce sont de véritables systèmes d'écriture, capables de représenter le langage parlé. Certains d'entre eux ont été déchiffrés et traduits.

De plus, il existe deux autres systèmes extérieurs à la Méso-Amérique, le système andin quipu et les Ojibwés wiigwaasabak, qui peuvent également représenter des systèmes d'écriture, mais qui sont radicalement différents de ceux actuellement utilisés, et peuvent être une proto-écriture plutôt qu'une écriture réelle. Malheureusement, il ne reste pas assez d'exemples de l'un ou de l'autre pour être traduits de manière adéquate.


Lorsque vous regardez à travers l'histoire, à peu près n'importe quelle société avec suffisamment de commerce pour exiger une tenue de livres et suffisamment stratifiée pour soutenir les rois aura développé (ou emprunté) une sorte d'écriture.

La culture avancée au Pérou et dans les Andes en Amérique du Sud était trop isolée des autres sociétés de ce type pour emprunter leurs systèmes. de ficelles colorées et nouées stratégiquement pour communiquer des informations (numériques certes, mais beaucoup argumentent beaucoup plus).

Les seuls autres dessins précolombiens en Amérique du Sud que je connaisse sont les lignes de Nazca du sud du Pérou. Ils sont plutôt étranges, en ce sens qu'ils ne peuvent pas vraiment être appréciés au niveau du sol (bien qu'il y ait généralement des collines à proximité d'où ils pourraient être appréciés par leurs créateurs). Il existe de nombreuses théories sur leur utilité, mais peu d'entre elles incluent le stockage d'informations, comme vous le feriez avec un système d'écriture approprié.

La raison pour laquelle il s'agit du seul système d'écriture connu en Amérique du Sud est probablement relativement simple : la région andine contenait la seule véritable civilisation avancée d'Amérique du Sud (l'Inca à l'époque de Pizarro).


Pour faire court, s'il y avait eu un système d'écriture en Amérique du Sud fait par les indigènes, il aurait pu être détruit par les jésuites.

HerneHunter déclare :

Curiosamente do mesmo Estado da Paraíba, surgiram diversas menções acerca da existência de um tipo de escrita, desenvolvida pelos indígenas da região, e que teria sido empregados em livros, fabricados com made papel de entre-casca emcadira dura dura . Esta história, que a primeira vista pode ser tachada como fantasiosa, consta de várias obras e comunicações jesuítas, e está referida no livro do pesquisador inglês Robert Southey, "História do Brazil", conforme pode ser verificado na pela edi 1977, onde encontra-se relatado que os livros teriam sido "feitos por inspiração demoníaca, com caracteres ensinados pelo Diabo", razão porque os jesuítas trataram de destruir aqueles "livros malditos". O que vem de encontro a citação do Padre Simão de Vasconcelos, de que na entrada da cidade da Paraíba existia uma pedra muito antiga, incrustada num penedo, coberta por sinais que tinham sido feitos por "inspiração demoníaca", como consta em sua da Companhia de Jesus".

Traduit:

Curieusement, dans le même État de Paraíba, sont apparues diverses références à l'existence d'un type d'écriture, développé par les peuples autochtones de la région, et qui avait été stocké dans des livres, fabriqués avec du papier d'écorce d'arbre et reliés en bois dur . Cette histoire, qui à première vue pourrait être considérée comme fantastique, se compose de divers travaux et communications jésuites, et est référencée dans le livre du chercheur anglais Robert Southey, " History of Brazil ", comme on peut le vérifier dans l'édition publiée par Melhoramentos en 1977, où l'on trouve rapporté que les livres avaient été "faits d'inspiration démoniaque, avec des personnages enseignés par le Diable", raison pour laquelle les jésuites ont tenté de détruire ces "livres mauvais". Ce qui va à l'encontre de la citation du Père Simon de Vasconcelos, c'est qu'à l'entrée de la ville de Paraíba il y avait une pierre très ancienne, enfoncée dans un rocher, couverte de signes qui avaient été faits par « l'inspiration démoniaque », comme l'indique son "Chronique de la Compagnie de Jésus."


1996.5.3, Daniels/Bright, éd., World’s Writing Systems

Ma première réaction en prenant ce livre s'apparente à l'excitation d'un enfant à qui on vient de donner un énorme lapin en chocolat. Il y avait la délicieuse idée qu'il fournirait des jours et des jours de lecture sur l'un des sujets les plus fascinants au monde, suivi de l'idée délicieuse qu'après l'avoir lu, on comprendrait réellement les principes derrière les systèmes d'écriture. Hélas, ce lapin est en partie creux : je doute que beaucoup de lecteurs en comprennent beaucoup plus à la fin qu'ils n'en comprenaient au début. C'est toujours un livre merveilleux, cependant, et le plaisir n'est pas tant perdu que réduit par la pensée à quel point il aurait pu être meilleur.

Le travail vise à couvrir les systèmes d'écriture passés et présents du monde, en utilisant une définition large du terme « écriture » (l'impression, la notation musicale et la chorégraphie font partie des types de système d'écriture inclus). Il est divisé en treize parties de longueur inégale : ‘Grammatology’ (l'étude des systèmes d'écriture), ‘Ancient Near Eastern Writing Systems’ (écriture cunéiforme, égyptienne du hiéroglyphique au démotique, linéaire A et B, chypriote, le alphabet avant sa transmission aux Grecs, etc.), ‘Déchiffrement’ (techniques et histoire du déchiffrement, suivi d'un examen détaillé de quatre écritures pas encore complètement comprises : Proto-Elamite, Indus, Maya et Rongorongo), puis cinq parties couvrant les scripts par région, examinant dans chaque cas les systèmes d'écriture depuis leurs origines (sauf si couvert dans la partie 2) jusqu'à nos jours : ‘East Asian Writing Systems’, ‘European Writing Systems’, ‘South Asian Systèmes d'écriture’, ‘Systèmes d'écriture d'Asie du Sud-Est’ et ‘Systèmes d'écriture du Moyen-Orient’. Suivez ensuite les parties sur ‘Scripts Invented in Modern Times’ (cherokee, cri, etc.), ‘Use and Adaption of Scripts’ (y compris de longues sections sur la façon dont les écritures romaines, cyrilliques, hébraïques et arabes ont été adaptées pour diverses langues vivantes), « Sociolinguistique et scripts » (les facteurs sociaux et politiques qui influencent actuellement le choix des systèmes d'écriture dans certains pays), « Systèmes de notation secondaire » (y compris les chiffres, la sténographie, la notation musicale et la chorégraphie) ) et ‘Impression et impression’.

Cette immense étendue de couverture signifie inévitablement qu'aucun sujet n'est discuté en détail. L'objectif n'est pas d'offrir de nouvelles contributions à la recherche sur les systèmes d'écriture concernés, mais de fournir un ouvrage de référence général aux linguistes et autres chercheurs intéressés. Pour chaque écriture, une brève explication de son histoire et de son étendue géographique est donnée, ainsi que des informations sur la ou les langues pour lesquelles elle est utilisée. La majeure partie de chaque entrée consiste en une description du fonctionnement exact de l'écriture (sens d'écriture, types du son représenté, utilisation de signes diacritiques et de digrammes, etc.). Dans la plupart des cas, un tableau du script concerné et sa translittération standard sont également fournis, et dans presque tous les cas, il y a un échantillon de texte réel dans le script. Le texte est généralement accompagné non seulement d'une traduction, mais aussi d'une translittération (dans le format standard de cette langue), d'une transcription phonétique et d'une analyse mot à mot. Un élément particulièrement utile est la bibliographie qui, plutôt que d'être entassée dans une masse informe à la fin de l'ouvrage, est donnée à la fin de chaque chapitre, classée par écriture et langue. Ainsi, chaque chapitre doit donner à un lecteur qui n'est pas du tout familiarisé avec le texte en discussion suffisamment d'informations pour lui permettre de trouver une partie de la littérature récente la plus importante sur le sujet (évidemment, les bibliographies sont loin d'être complètes, mais en général elles sont à jour) et de comprendre cette littérature.

Certaines améliorations sur le cadre théorique pour l'étude des scripts sont également encouragées, et elles sont très bienvenues. L'ancienne classification tripartite des systèmes d'écriture en logographie, syllabaire et alphabet a donné lieu à des querelles stupides (mais malheureusement passionnées) pour savoir si des écritures comme le Devanagari et l'hébreu devraient être appelées alphabets ou syllabaires, et si c'est possible pour une écriture. d'évoluer dans plus d'un sens le long de cette classification. Le problème est soigneusement résolu par l'ajout de deux termes supplémentaires à la classification, abjad (pour les scripts comme l'hébreu non vocalisé dans lequel seules les consonnes sont représentées) et abugida (pour les scripts comme Devanagari dans lesquels les signes dénotent des consonnes suivies d'une voyelle particulière, des signes diacritiques sont ajoutés si aucune voyelle ou une voyelle différente ne suit). En général, j'aurais souhaité plus d'attention aux problèmes théoriques dans les chapitres individuels, en particulier plus d'accent sur les caractéristiques uniques ou inhabituelles d'un script particulier, mais peut-être qu'une telle discussion aurait été déplacée dans un livre de ce type.

Des enquêtes sur les langues du monde et sur les systèmes d'écriture du monde existent déjà, et ce travail n'est pas tant destiné à les remplacer (bien que dans certains cas ils pourraient effectivement le faire avec le remplacement) qu'à les compléter en expliquant comment les scripts représentent les langues pour lesquelles ils sont utilisés (p. xxxv). L'objectif est louable et la nécessité d'un tel travail est réelle, mais au fur et à mesure que l'on avance dans ce livre, on peut difficilement s'empêcher de se demander s'il était judicieux d'essayer de l'accomplir dans le format utilisé ici.

Les treize parties sont divisées en 74 sections écrites par 79 contributeurs (dont la plupart sont des experts dans les domaines sur lesquels ils écrivent) et assemblées par deux éditeurs en un volume massif qui, au total, compte un peu moins de 1000 pages. On ressent un énorme respect pour les éditeurs, dont la tâche a dû être horrible, mais néanmoins une incohérence globale se fait sentir quand on lit le livre du début à la fin. L'organisation est particulière : on pourrait s'arrêter pour débattre de la question de savoir si la Grèce mycénienne peut être considérée à juste titre comme faisant partie du « Proche-Orient ancien », mais il ne fait aucun doute que l'Espagne et la Numidie ne sont pas et n'ont jamais été des parties du Proche-Orient. . Si leur inclusion dans ce chapitre est basée sur le fait que leurs écritures peuvent être d'origine phénicienne, alors la Grèce classique et l'Italie devraient également être incluses dans le même chapitre au lieu de sous « Systèmes d'écriture européens ». Si la classification est vraiment basée sur la date par opposition à l'emplacement, alors l'écriture démotique égyptienne, du VIIe siècle av. utilisé jusqu'au IIe siècle avant notre ère) devrait vraiment être classé avec le grec classique plutôt qu'avec le linéaire B. La table des matières et l'index sont cependant assez détaillés, de sorte que le système d'organisation est plus un irritant qu'un obstacle.

Cependant, l'organisation a aussi tendance à fragmenter les sujets qui gagneraient à un traitement unifié. Ainsi, les origines de l'alphabet phénicien sont traitées dans un chapitre, sa transmission aux Grecs et de là à l'Italie, ainsi que les modifications de la forme des lettres de l'alphabet romain écrit et imprimé jusqu'à nos jours, se retrouvent dans une série de chapitres commençant 160 pages plus tard (après des sections intermédiaires sur l'ibérique, le berbère, le linéaire B, le luvien hiéroglyphique, les principes de déchiffrement et le chinois) et les changements dans la façon dont les lettres de l'alphabet romain représentent les sons dans diverses langues apparaissent dans un autre chapitre commençant 300 pages au-delà (après discussions sur toutes les autres écritures européennes et asiatiques et sur les systèmes d'écriture récemment inventés pour les langues amérindiennes).

Un problème plus sérieux avec le format est que les 79 contributeurs ont donné au livre 79 façons différentes d'organiser les chapitres, 79 ensembles de jargon différents et presque 79 systèmes différents d'analyse de texte. Le livre dans son ensemble aurait été beaucoup plus facile à utiliser si un système global avait été imposé. En l'état, il y a même parfois des contradictions entre un chapitre et un autre. Par exemple, à la p. 653 il est indiqué que ‘X et z ont reçu leurs prononciations [anglaises] actuelles, différentes des originaux grecs, en latin’ cette déclaration est fausse, car X était déjà prononcé [ks] dans le dialecte grec occidental importé à l'origine en Italie, et les faits sont énoncés correctement aux pp. 263, 272 et 301-2. De même p. 789, il est indiqué que l'anglais oui était dérivé de j à peu près au même moment que je et j sont devenus des lettres séparées, et que s et z‘former un groupe déroutant, et il serait difficile de retracer leurs pérégrinations à travers l'alphabet’ en fait oui a été emprunté à l'upsilon grec au premier siècle avant notre ère (bien plus de 1000 ans avant la séparation de je et j), et les mouvements des sifflantes (même si les raisons de leur déplacement initial en passant du phénicien au grec ne sont pas bien comprises) sont parfaitement attestés (cf. pp. 265-6, 301). Par rapport à ces problèmes, la tendance gênante des orthographes à changer d'un chapitre à l'autre (e.g. Boghazköi p. 66, Bôgazköy p. 120) est un irritant mineur.

Le résultat global est que la qualité du livre varie considérablement d'un chapitre à l'autre. Parmi les sections dont je suis compétent pour juger de l'exactitude, la meilleure est la contribution de Leslie Threatte sur l'alphabet grec, qui est claire, correcte et aussi complète que possible en dix pages. On peut dire à peu près la même chose du chapitre de Larissa Bonfante sur les écritures italiques, bien que la plus grande complexité de sa tâche signifie que son chapitre de 15 pages est moins complet que la section grecque (et notez qu'à la p. 311 l'auteur de Les iscrizioni sudpicene devrait être ‘Marinetti’, pas ‘Marinelli’). Plusieurs des chapitres chinois semblent également très bons, tout comme un certain nombre d'autres éparpillés dans le livre. La section sur la transmission de l'écriture phénicienne aux Grecs, par Pierre Swiggers, est généralement exacte mais ignore une découverte récente importante qui a placé le premier exemple d'écriture alphabétique grecque non pas en Grèce mais en Italie (Gabii in Latium). L'écriture se produit sur un fragment de pot d'une tombe intacte et est solidement datée par son contexte archéologique à c. 770 avant notre ère (voir E. Peruzzi, ‘Cultura Greca a Gabii nel Secolo VIII’, Parola del Passato, 47 (1992): 459-68). Cette section aurait probablement aussi dû reconnaître les arguments importants (sinon universellement acceptés) de Barry Powell dans Homère et l'origine de l'alphabet grec (Cambridge 1991).

Emmett L. Bennett, dans le chapitre sur les écritures égéennes, fait face à la tâche presque impossible d'expliquer le linéaire B, le syllabaire chypriote, le linéaire A et le disque de Phaistos, le tout sur un total de neuf pages. Bien qu'il dispose très judicieusement des deux derniers scripts dans un paragraphe chacun et se concentre sur ceux dont nous savons réellement quelque chose, la discussion est encore loin d'être terminée. Les règles d'orthographe du linéaire B ne sont pas entièrement expliquées, et l'explication qui apparaît est si compressée que je doute qu'elle soit pleinement intelligible pour quiconque ne connaît pas déjà quelque chose sur le sujet. Les améliorations distinctes de ces règles offertes par Chypriote sont à peine mentionnées, et Chypre est divisée en la période chypro-minoenne (1500-1200 avant notre ère) et la période ultérieure de 800-200 avant notre ère sans mention de la découverte récente d'un certain nombre de broches, inscrit dans le syllabaire chypriote avec ce qui est certainement du grec chypriote (non mycénien) et daté du XIe siècle, qui fait maintenant le lien entre les deux périodes (voir O. Masson, Les inscriptions chypriotes syllabiques (Paris 1983), p. 408). De plus, la bibliographie de cette section omet ce qui est incontestablement l'ouvrage de référence standard sur Linear B, Michael Ventris et John Chadwick’s Documents en grec mycénienne (Cambridge 1973). Les chercheurs n'ayant aucune connaissance préalable du linéaire B auraient également apprécié l'inclusion de J.T. Manuel de Hooker’s Linéaire B : une introduction (Bristol 1980). Il y a un certain nombre d'erreurs mineures et d'incohérences dans le traitement de l'échantillon de texte chypriote, ainsi qu'une dans le premier échantillon de Linear B.

S'éloignant des écritures strictement gréco-romaines, les chapitres sur l'écriture cunéiforme sont généralement bons, bien que trop courts pour rendre justice au sujet. La bibliographie sur le hittite aurait pu bénéficier de l'inclusion du manuel standard (bien que quelque peu inutile) hittite cunéiforme, J. Friedrich’s Hethitisches Keilschrift-Lesebuch (Heidelberg 1960). En outre, la question des phénomènes sandhi (changements de prononciation causés par la proximité d'un mot à un autre, comme l'alternance entre OU), , et en grec en fonction du son initial du mot suivant) est traité de manière erratique dans de nombreuses langues Les changements de sandhi ne sont normalement pas reflétés dans l'orthographe, mais dans d'autres, l'application détaillée des règles de sandhi a un effet significatif sur l'apparence de presque tous les mots. Sandhi est discuté en relation avec quelques scripts (par exemple pp. 454, 635), mais il n'est même pas mentionné dans le chapitre sur Devanagari, le locus classique pour le phénomène.

Les références des contributeurs individuels portent à croire qu'ils sont généralement dignes de confiance, et dans les sections du travail que je suis compétent pour juger, je n'ai pas trouvé beaucoup d'erreurs dans les langues et les scripts discutés. La plus grave de ces erreurs se trouve à la p. 385, où les signes Devanagari pour pe, pai, po et pau sont incorrectement identifiés comme ke, kai, ko et kau (cette erreur est clairement accidentelle, car p est correctement identifié ailleurs). Les trois erreurs grecques ( κατᾶ pour κατά , p. 66, ( αιγύπτιος pour αἰγύπτις , p. 287, et HKATON pour , p. 803) se produisent toutes en dehors de la section sur le grec. La seule erreur de terminologie classique que j'ai relevée (&# 8216Achaemenian’ pour ‘Achaemenid’, p. 379) est dans la section sud-asiatique. La note laconique à la page 582 qu'"aucune analyse du texte Hwa Lisu n'est disponible’, cependant, montre que tous les contributeurs ne réellement compris toutes les langues sur lesquelles ils écrivaient.

Les éditeurs ont évidemment fait un gros effort pour rendre le livre intelligible aux non-linguistes. De nombreux éléments de terminologie sont expliqués dans l'introduction, qui contient également un certain nombre de suggestions utiles quant aux livres recommandés qui seront intelligibles pour les non-spécialistes. La décision de ne pas expliquer les termes phonétiques (si vous devez vous demander ce qu'est une "fricative postale sans voix" n'est peut-être pas pour vous, ce livre risque de frustrer certains lecteurs, mais les éditeurs ont probablement raison d'affirmer qu'une telle explication dépasse le cadre d'un texte déjà surchargé. Dans l'ensemble, le problème d'intelligibilité réside dans les contributeurs individuels, chacun utilisant naturellement non seulement le jargon linguistique, mais aussi la terminologie propre à son domaine. changer radicalement toutes les dix pages environ. Une partie de l'utilité de ce livre, bien sûr, est de nous présenter cette terminologie, et dans la majorité des cas, les termes sont définis lorsqu'ils sont utilisés pour la première fois, la minorité peut cependant provoquer une frustration aiguë. Ainsi par exemple lorsqu'on rencontre p. 451 la phrase ‘L'ordre du dictionnaire pour les rimes n'est pas aussi bien établi que pour les consonnes’, on cherchera en vain le sens spécialisé de ‘rime’ (défini plus tard comme ‘la partie voyelle-plus-ton d'un syllabe (notez que ‘rime’ aux pp. 619-20 est la même chose) dans le glossaire, l'index et plus tôt dans le chapitre.

Le plus grand facteur contribuant au manque d'intelligibilité, cependant, est la décision d'attribuer à peu près la même quantité d'espace à des types de scripts très différents. Cela signifie que toutes les adaptations de l'alphabet romain (qui fonctionnent essentiellement de la même manière, sauf que les lettres représentent des sons différents) sont décrites en détail, de même que les différentes écritures indiennes basées sur Brahmi (dont la plupart partagent la même base principes, bien que ces principes soient répétés par chaque contributeur). Pourtant, les systèmes d'écriture très complexes, tels que l'écriture cunéiforme et certaines écritures asiatiques, sont traités de manière si superficielle que même leurs caractéristiques les plus importantes et les plus intéressantes sont masquées. Il aurait peut-être été préférable d'en faire un ouvrage en deux volumes, ou d'en réduire quelque peu la portée, afin de s'assurer que les scripts les plus compliqués qui sont inclus reçoivent une couverture adéquate.

Certaines caractéristiques de ce livre peuvent être offensantes pour les classiques. Certains contributeurs ont tendance à être abusifs envers ceux qui ont des points de vue opposés, et malheureusement leurs cibles semblent être en grande partie des classicistes (pp. 23-4, 27-8). Je crains, en effet, que ‘l'ignorance et les préjugés’ à la p. 27 résume à peu près le point de vue d'un écrivain sur notre profession. Dans le contexte, la critique n'est pas entièrement injustifiée, mais permettez-moi de noter au passage que le point de vue proposé à ce stade, que tous les types de script sont à peu près aussi faciles à écrire et à lire, est tout aussi stupide que le point de vue du & #8216alphabet parfait’ étant réfuté. Quiconque a fait ce que l'auteur suggère et appris le cunéiforme (comme moi) sait très bien que ce système d'écriture est beaucoup plus difficile à apprendre qu'un système alphabétique et reste, même pour les experts, nettement plus difficile à lire c'est un système bien connu fait (et déclaré par un expert de l'écriture cunéiforme à la page 55) que la plupart des écritures cunéiformes n'étaient pas, et n'étaient pas censées être, efficaces ou faciles à lire. Pour les problèmes d'intelligibilité avec des scripts plus récents, voir par ex. p. 596.

Technologiquement, l'impression d'un livre avec autant de polices de caractères différentes est très impressionnante, et Oxford University Press a également réussi à produire un volume qui, malgré son grand nombre de pages, n'est pas excessivement volumineux, difficile à lire ou susceptible de se désagréger rapidement. Il y a peu d'erreurs d'impression (bien qu'il y en ait : ‘consonontal’ p. 73, ‘revelant’ p. 96, ‘purpase’ p. 148, et une tendance bizarre pour les points sur les i’s à être manquant, par exemple ‘Yazilikaya’ p. 120), mais cet avantage est peut-être contrebalancé par une utilisation de l'anglais qui mettra de nombreux classicistes à cran. Les personnes qui s'opposent à ‘différemment à’ (p. 46), aux participes pendants (p. 857) ou aux fragments de phrase (p. 219) se retrouveront probablement aussi aliénées par l'utilisation de contractions telles que ‘il’s& #8217, ‘don’t’, et ‘won’t’ et des points d'exclamation. Les linguistes s'accordent à dire qu'"un registre plus formel de la parole est approprié dans une situation plus formelle" (p. 10), mais ils sont clairement en désaccord avec la plupart des autres chercheurs en sciences humaines sur ce qui constitue un langage formel (ou peut-être sur la question de savoir si une publication universitaire constitue un situation formelle).

Malgré ces arguties, cependant, le livre reste une contribution précieuse à l'étude de l'écriture et qui sera d'une grande utilité pratique. Même un lapin en chocolat creux peut encore contenir beaucoup de chocolat, et pour ma part, je suis très reconnaissant aux éditeurs et aux contributeurs de nous avoir fourni cette aubaine.


Amérique du Sud : ressources

Entrée encyclopédique. L'économie de l'Amérique du Sud est centrée sur l'exportation de sa riche diversité de ressources naturelles.

Sciences de la Terre, Géologie, Géographie, Géographie humaine, Géographie physique, Sciences sociales, Économie

L'Amérique du Sud, le quatrième plus grand continent, s'étend du golfe de Darié au nord-ouest à l'archipel de la Terre de Feu au sud.

La géographie physique, l'environnement et les ressources de l'Amérique du Sud et la géographie humaine peuvent être considérés séparément.

L'Amérique du Sud a divers produits agricoles, de vastes richesses minérales et une eau douce abondante. Il possède également de riches pêcheries et des ports sur trois plans d'eau : la mer des Caraïbes, l'océan Atlantique et l'océan Pacifique. L'économie du continent est centrée sur l'exportation des ressources naturelles.

Climat et agriculture

L'Amérique du Sud s'étend d'une large zone équatoriale au nord à une étroite zone subarctique au sud. Il peut être divisé en quatre régions climatiques : tropicale, tempérée, aride et froide.

Les climats tropicaux&mdashqui incluent à la fois des climats tropicaux pluvieux et tropicaux humides et secs&mdash couvrent plus de la moitié du continent. Des conditions tropicales pluvieuses se produisent dans le bassin du fleuve Amazone, la côte nord-est et la côte Pacifique de la Colombie. La température quotidienne moyenne de la région est de 30 degrés Celsius (86 degrés Fahrenheit) avec très peu de variation de température tout au long de l'année. Alors que les précipitations annuelles moyennes sont de 262 centimètres (103 pouces), certaines régions reçoivent une quantité extrême de précipitations, la région de Chocó en Colombie, par exemple, reçoit plus de 800 centimètres (315 pouces) de pluie chaque année.

Des conditions tropicales humides et sèches se produisent dans le bassin du fleuve Orénoque, les hautes terres brésiliennes et dans une partie occidentale de l'Équateur. Les températures sont similaires à celles des pluies tropicales, mais ont une plus grande plage quotidienne. Il y a aussi moins de précipitations et une saison sèche prolongée.

De nombreuses cultures prospèrent dans les climats tropicaux d'Amérique du Sud. Les noix de cajou et les noix du Brésil sont cultivées. Des fruits tels que l'avocat, l'ananas, la papaye et la goyave sont également originaires d'Amérique du Sud tropicale.

Deux cultures de rente très importantes sont le café et le cacao, qui est la source du cacao, l'ingrédient de base du chocolat. Le Brésil est le plus grand exportateur mondial de café, et il était autrefois l'un des plus grands exportateurs de cacao. En 2000, un champignon s'est répandu dans de nombreuses plantations de cacao d'Amérique du Sud, dévastant les économies de la région et faisant monter le prix du chocolat. Les industries du chocolat du Brésil, du Venezuela et de l'Équateur se rétablissent lentement, mais la majeure partie du cacao mondial provient désormais de pays d'Afrique tropicale.

Les climats tempérés du continent sont situés au sud du tropique du Capricorne et dans les altitudes moyennes des montagnes des Andes. Les climats tempérés ont une plus grande plage de températures et des températures hivernales plus basses que les climats tropicaux.

Les climats tempérés d'Amérique du Sud abritent un certain nombre de cultures industrielles et d'élevage. Le maïs est produit dans tous les climats tempérés et le soja est devenu une culture de plus en plus lucrative dans la Pampa.

Les vastes pâturages de haute qualité de la Pampa sont également le centre de l'immense industrie de l'élevage en Amérique du Sud. Le Brésil est le troisième exportateur mondial de bœuf (derrière l'Australie et les États-Unis). L'Argentine est également un important exportateur de bœuf.

Les climats arides se trouvent dans les déserts, les zones côtières et les régions intérieures de l'Amérique du Sud. Certains de ces climats sont extrêmement froids, tandis que d'autres sont extrêmement chauds, mais ils reçoivent tous très peu de précipitations. Cela rend la production agricole difficile. Cependant, les cultures fortement irriguées, telles que le riz et le coton, sont cultivées dans les oasis du désert.

Les climats froids se produisent dans les extrémités sud de l'Argentine et du Chili et les plus hautes altitudes des Andes. Les climats froids ont une température annuelle moyenne inférieure à 10 degrés Celsius (50 degrés Fahrenheit). Ces climats sont caractérisés par de longues saisons sèches et des vents violents.

Bien que ces climats froids limitent la production agricole, ils abritent également des milliers d'espèces de pommes de terre indigènes et la plante indigène de quinoa et la culture céréalière mdasha cultivée pour ses graines comestibles. Les pommes de terre et le quinoa sont des féculents de base du régime andin. La pomme de terre est aujourd'hui l'une des plus grandes cultures au monde. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des pommes de terre cultivées dans le monde peuvent être attribuées à une seule espèce cultivée à l'origine dans l'archipel de Chiloé il y a plus de 10 000 ans.

En plus des pommes de terre et du quinoa, les animaux de pâturage tels que les moutons, les lamas, les alpagas et les vicuñas prospèrent également dans les climats froids. Ces animaux sont élevés pour leur viande et leur laine, qui sont utilisées dans des textiles de haute qualité exportés dans le monde entier.

Foresterie et pêche

La foresterie est la gestion des arbres et autres végétaux dans les forêts. C'est une activité économique majeure pour l'Amérique du Sud tropicale, en particulier le bassin du fleuve Amazone. De nombreuses espèces d'arbres de grande valeur, telles que l'acajou et le bois de rose, sont originaires de la forêt tropicale. Le bois de ces arbres est exporté vers les marchés étrangers pour être utilisé dans les armoires et les planchers. Certains pays ont des plantations d'arbres. Le Chili, par exemple, est un important exportateur de copeaux de bois, de contreplaqué et de pâte à papier.

Les bois de qualité inférieure sont importants pour le marché de la construction en Amérique du Sud. Le plus connu de ces bois moins chers est l'eucalyptus. L'eucalyptus n'est pas originaire d'Amérique du Sud, mais il pousse à un rythme incroyablement rapide. L'eucalyptus est utilisé à la fois comme matériau de construction et comme combustible dans les communautés à faible revenu d'Amérique du Sud.

La pêche maritime est l'activité économique la plus importante le long de la côte Pacifique de l'Amérique du Sud, bien que la surpêche ait épuisé de nombreuses populations de poissons. Le courant froid du Pérou amène des eaux riches en nutriments sur la côte, créant une pêcherie avec tout, des baleines aux crevettes. Les captures abondantes d'anchois au Pérou et au Chili sont transformées en farine de poisson, un ingrédient utilisé dans l'alimentation animale et les engrais. Le Chili est un leader mondial du saumon et de la truite d'élevage, tandis que l'Équateur est un important exportateur de crevettes.

Exploitation minière et forage

L'industrie minière est l'un des moteurs économiques les plus importants d'Amérique du Sud. Le continent contient environ un cinquième des réserves mondiales de minerai de fer. Le fer et l'acier (un produit du fer) sont utilisés dans la construction et les machines dans le monde entier.

Plus d'un quart des réserves mondiales de cuivre connues se trouvent en Amérique du Sud, principalement au Pérou et au Chili. Évalué à 26,9 milliards de dollars en 2009, le cuivre représente près d'un tiers des exportations du Chili, le plus grand exportateur mondial de cuivre. Le cuivre est utilisé dans le câblage et les équipements électriques car il est un bon conducteur de chaleur et résiste à la corrosion.

D'autres dépôts métalliques importants comprennent l'étain, utilisé pour souder les surfaces métalliques, le plomb, utilisé dans la construction, les batteries et les balles et le zinc, utilisé comme agent anti-corrosion. Le Brésil, le Pérou et la Bolivie sont les principaux producteurs d'étain. Lead and zinc deposits are found primarily in higher elevations of Peru, Bolivia, southern Brazil, and northern Argentina.

South America is home to some deposits of oil and natural gas, which are drilled for energy and fuel. Oil and gas extraction is the dominant industry of Venezuela, with major deposits found around Lake Maracaibo and the El Tigre region. The oil sector accounts for about one-third of Venezuela&rsquos total gross domestic product (GDP).

The Built Environment

South America&rsquos economic growth over the last half-century has prompted its cities to expand rapidly. These cities, however, often suffer from inefficient transportation and utility systems, pollution, and unregulated residential growth.

São Paulo, Brazil, is an industrial powerhouse and the largest city in the Southern Hemisphere, with a population of more than 11 million. The city lies at the center of the São Paulo metropolitan area (SPMA), which has an estimated 19,889,559 residents and covers more than 7,743 square kilometers (3,067 square miles). The SPMA is defined as a &ldquomegalopolis&rdquo because it covers a vast area and incorporates several distinct cities.

São Paulo&rsquos growth mostly comes from the coffee boom that hit the city in the 1880s. Immigrants from Europe and Japan came to the city to work in the coffee trade. Today, São Paulo produces about half of Brazil&rsquos industrial goods and is the center of South American manufacturing.

São Paulo&rsquos economic opportunities have attracted many poor migrants. This flood of immigration has spurred the creation of massive shantytowns, called favelas. In São Paulo, there are more than 600 favelas. Favelas are often removed from the city center and disconnected from basic city services, such as water, sewage, and electricity.

The drug trade, mostly cocaine, is also centered in favelas. Drug trafficking has become a major economic industry in South America, providing hundreds of millions of dollars to drug organizations, known as cartels. The farmers who produce raw materials for the drug trade rarely benefit as much as the cartels that deliver the drugs to an international market. Drug cartels have become a serious security threat to South American governments, especially in Colombia and Brazil.

Lima, Peru, is the second largest desert city in the world, after Cairo, Egypt. The Lima metropolitan area has a population of almost 9 million people and accounts for about one-fourth of Peru&rsquos total population. Lima is known as the Gastronomical Capital of the Americas for the number and diversity of local dishes. These dishes bring together the city&rsquos roots as a Spanish colonial center and the influences of both international immigrants (African, Chinese, Japanese) and local migrants (Andean, Amazonian).

Lima has the largest export industry in South America. Lima and the nearby port city of Callao are also among the most important fish trade centers in South America. Lima and Callao have regular, efficient maritime routes to coastal Asia.

Much like São Paulo, Lima&rsquos large size causes certain infrastructure problems. Heavy traffic congestion is an effect of Lima&rsquos indirect street and highway network, and unreliable public buses. These older buses are often much smaller and more polluting than new buses. In order to reduce traffic and pollution, Lima is in the process of constructing an above-ground subway-type system.

South America is home to a number of engineering marvels, most of which are connected to managing the continent&rsquos natural resources. The Itaipu Dam, completed in 1984, spans the Paraná River at the Brazil-Paraguay border. The dam generates more hydroelectric power than any other dam in the world. (China's Three Gorges Dam is capable of producing more, however.) In 2008, the dam generated 94.68 billion kilowatt-hours, which supplied 90 percent of Paraguay&rsquos energy and 19 percent of Brazil&rsquos. In 1994, the American Society of Civil Engineers elected the Itaipu Dam as one of the Seven Wonders of the Modern World.

South America has some of the largest mining operations in the world. The Chuquicamata mine in northern Chile is considered the world&rsquos largest open-pit copper mine. It is 4.3 kilometers (2.7 miles) long, 3 kilometers (1.8 miles) wide and more than 847 meters (2,780 feet) deep. The mine produces more than one-fourth of Chile&rsquos copper. Its smelter (which extracts the copper from rock ore) and refinery (which purifies the extracted copper) are also among the largest in the world.


Prison Systems In South America

The continent of South America is located in the Southern Hemisphere and includes a total of twelve countries. The countries in the continent include Bolivia, Argentina, Chile, Colombia, Brazil, Ecuador, Paraguay, Peru, Guyana, Uruguay, Venezuela, Suriname and French Guiana- an overseas region of France. The region has had its history of economic downturn and issues in Governance. The overall economic, political and social conditions in South American countries are not encouraging at all. It is also home to some of the world's most notorious prisons and they hold a portion of the total population. Due to the overall economic and governance issues in the region their prison systems are not attractive at all. Currently, they are prone to many avenues of basic human rights violations (Diullio, 1990).

South America has many notorious prisons. Due to lack of governance and minimal allocation of funds for their development, a vast majority of such prisons is marked by corruption, poor living conditions for the inmates and riots (Gilian, 2010). Due to the existence of drug mafias and their vast circulation of money many of the prisons are controlled by gangs. A close analysis of the prisons reveals that many of them have had violent prison rights in the recent history. The prison administration seems to be aloof of the ongoing activities in their prisons and seems to be helpless in their administration.

Major Prisons in South America

Some of the most famous and notorious prisons that are currently prone to Human rights violations and worst living conditions are: Carandiru Prison (Brazil), San Pedro Prison (Bolivia) and La Picota Central Penitentiary in Columbia (Neal, 2005). The economic conditions of the region are replicated in these prisons. They are overpopulated and maintain no adequate system for the well being of its occupants. Also, there are many small prisons in other countries of South America i.e. Uraguay, Peru and Ecuador and are marked by the same issues.

Prison Systems likely to Perpetuate Human Rights Violations

According to Aeberhard (2000), South America can be marked as the region where violations of Human rights are reported on a regular basis. Hence, the prisons in its countries are affected by the general trends and practices outside prisons. One of the main reasons for their occurrence is the lack of Governmental control and law and order situations. Its countries have had a long history of dictatorial regimes and have had difficulties in running democratic setups. It led to the societal disintegration and an increased class difference which has attributed to an increase in the crime rate in the region.

Also, the economy of some of its countries runs primarily on the black money that comes from the illegal drug trade. Drug mafias and corruption in the law enforcement agencies have also contributed to the decline in prison standards and Governmental .


The Andean orogeny

Coincident with most of the Cenozoic Era (i.e., about the past 66 million years) has been the Andean orogeny, the most significant geologic event of the era. The mountain ranges, however, display some of the same features found in the previous orogenies that developed along the western continental margin, such as the classical Andean volcanic belt, the east-vergence sub-Andean thrust and fold belt, and a series of cordilleras trending parallel to the Pacific oceanic trench. Those features are a response to subduction of the ocean crust that was accelerated by the opening of the South Atlantic and that subduction overshadows all other geomorphic processes along South America’s Pacific margin.

The Andean orogeny has three distinct segments, each of which developed in a different geologic setting. The segments are differentiated by their relative abundances of Mesozoic-Cenozoic, metamorphic, and oceanic rocks and are divided into Northern, Central and Southern sectors.


The Trans-Amazonian cycle

Trans-Amazonian rocks can be subdivided into three distinct groups: orogenic belts, such as the Maroni-Itacaiúnas belt of the Amazonia craton or the Salvador-Juazeiro belt of the São Francisco stable cover rocks, such as the Chapada Diamantina formation in Bahia or the Carajás and Roraima platform deposits and large extensional dike swarms (groups of tabular intrusions of igneous rock into sedimentary strata). The orogenic belts represent old mountain chains that had been formed either along the margins of the continent as geosynclines (downwarps of Earth’s crust) and then uplifted, such as the Maroni-Itacaiúnas belt, or were the result of collisions between continental blocks, such as the Tandil belt in Buenos Aires, Argentina.

Such collisions are believed to have formed a supercontinent (sometimes called the first Pangea) some 1.8 billion years ago. The sedimentary cover of that supercontinent (preserved on the Amazonia craton), consisting of postcollision rhyolites and clastic shelf deposits, was deep and widespread and obliterated earlier suture boundaries. Extensive stratified iron and manganese deposits are found in those sequences, such as near Carajás, Brazil. Early phases of continental-plate dispersal produced extensive dike swarms of mafic rock, including a zone some 60 miles (100 km) wide in west-central Uruguay where hundreds of gabbro dikes are now emplaced along a 150-mile (240-km) stretch.


Past and present trends

Along the history of the South American nations, from their constitution as republics in the early nineteenth century to the present, four major migration patterns stand out:

Immigration during the colonial period

Transoceanic immigration originated in the sixteenth century by mercantile and strategic factors, leaving its mark in South American. The European powers, mainly Spain and Portugal, competed for access to sources of supply and materials and for the control of strategic locations. The shortage of labour was met through the slave trade or forced migration and millions of slaves from Africa came by boats to the northern territories of this region (mainly in Brazil, Colombia and Venezuela). After the abolition of slavery in the mid-nineteenth century, contractual work emerged, almost forced, which came mainly from India and the Republic of China, and whose greatest significance was felt in countries with coast on the North Pacific. The consequences of these population movements in the colonial period are manifested in the existence of significant communities, such as the Afro-descendants.

Overseas immigration between 1850 and 1950

The Industrial Revolution and the emergence of new industrial technologies contributed to the movement of a large number of people from Europe to South America. Nearly 9 million people arrived in the region (38% were Italian, 28% Spanish and 11% Portuguese) half settled in Argentina, more than a third in Brazil and part in Uruguay, having a greater impact in the cities (Pardo, 2018). The World Crisis of 1930 and the beginning of the Second World War interrupted migration, but it restarted in 1945 with the emigration of Spaniards and Italians migrants who were displaced by the war and by the formation of the Union of Soviet Socialist Republics (ibid.)

Migration in the second half of the 20th century

Migration from the 1950s to the beginning of the twenty-first century was marked by the coexistence of intraregional and extraregional migration. Intraregional migration resulted from the exchange of populations between the countries of the region, facilitated by geographical proximity and cultural proximity, and driven by structural factors like inequalities of economic and socio-political development. Destination countries, mainly Argentina and Venezuela, could generate jobs and had greater degrees of social equity. Intraregional migration to Argentina increased considerably in the 1960s, with immigrants mainly working in construction, commerce, the textile industry and agriculture female labour migrants were mostly employed in domestic service. In the case of Venezuela, an oil bonanza in the 1970s generated rapid economic growth and a demand for workers, attracting firstly Colombian migrants, and to a lesser extent, migrants from Andean countries (Bolivia, Ecuador and Peru) and from Chile. The migrants worked in commercial activities, restaurants and hotels, social and personal services, the manufacturing industry, agriculture and construction. In the 1990s, other countries such as Brazil and Chile also became destinations countries for intraregional migrant because of economic growth. 1

Extraregional migration to developed countries

In recent decades, while immigration from overseas declined and the intraregional pattern stabilized, outward migration from South America grew. Extraregional migration was driven by social, economic and political causes such as ruptures and the reestablishment of democratic forms of government, which generated forced migration movements between the 1960s and 1980s. Lack of work, low salaries, poor prospects for individual and collective growth, poor quality of social goods and services, among other things, stimulated the permanent exit of populations to mainly the United States and Europe, both of highly qualified migrants as well as manual workers in less specialized sectors. In the south of the continent, the displacement of political exiles, both in Europe and in North America, was a dominant feature in these years. From the beginning of the 1990s, most of the countries in the region experienced accelerated extraregional migration fueled by economic and social crises (and in the case of Colombia, intensified armed conflict). In the last decades, extraregional destinations of South American migration have expanded, mainly to Europe, where Spain is the main destination, following Italy, the Netherlands, Portugal, France and the United Kingdom, reaching a volume of 4.1 million South Americans around 2020 (UNDESA, 2020).


États

To sign up to receive our email with updates on Legal Reform, fill in the following fields. When you hit submit, you consent to our processing of the personal data you provide us with. Thanks and welcome.

Before submitting your personal data, please take a look at our Privacy Notice: General Privacy Notice or EU Privacy Notice. You can also contact us at [email protected]

What do we use cookies for?

We use cookies and similar technologies to recognize your repeat visits and preferences, as well as to measure the effectiveness of campaigns and analyze traffic. To learn more about cookies, including how to disable them, view our Cookie Policy. By clicking "I Accept" or "X" on this banner, or using our site, you consent to the use of cookies unless you have disabled them.


South Western Communications announces the acquisition of All Systems

South Western Communications, SWC, a leading critical communications integrator, announces the acquisition of All Systems, an integrated communications technology, advanced life- safety, and security company specializing in Healthcare, Education, Commercial, and Houses of Worship.

All Systems Vice President David Govro (left), All Systems Founder Gary Venable, SR. (center), and SWC President Todd Lucy (right).

The purchase will expand SWC’s footprint to the Kansas and Missouri markets serving the Kansas City, Columbia, and Wichita areas in addition to its current branches in Atlanta, GA, Decatur, AL, Chattanooga, TN, Nashville, TN, Louisville, KY, Indianapolis, IN and headquarters in Evansville, IN.

“SWC would like to welcome All Systems to SWC’s portfolio of offices,” shared SWC President Todd Lucy. “All Systems has a rich, 40- year heritage of attracting talented team members to serve the critical communications needs of schools, hospitals, and businesses in the Kansas and Missouri markets. We look forward to partnering with them to expand resources in our ongoing effort to improve services to our customers.”

SWC’s acquisition of All Systems aligned with its strategic growth initiative to diversify its business and service area.

“All Systems is excited to become part of SWC. Our long time partnership in the industry has enabled both organizations to gain from shared knowledge and shared best practices. Now by combining forces into one company, we will be able to provide not only the best of breed products, but also a depth of expertise like no other systems integration firm in the region. The excellence that our clients have come to expect from All Systems will continue, and we will have broader resources to meet their needs in the future,” commented All Systems Vice President David Govro.

About South Western Communications

South Western Communications has been an innovative leader in the electronics and communication technology industry since 1976. SWC offers progressive systems technology by integrating flexible communications solutions for Healthcare, Educational, Commercial, and Detention applications. SWC is proud to be a Koch Enterprises Company. Koch Enterprises, Inc. is a global, diversified, privately owned corporation listed in the Indiana Business Journal Top 10 Private Companies. SWC previously expanded in 2009, acquiring Richardson Technology Systems, Inc., and currently employs nearly 200 team members. For more information, visit www.swc.net or connect with us on LinkedIn at www.linkedin.com/company/south- western-communications

About All Systems

More than 40 years ago, engineer Gary Venable Sr. saw a need for better electronic systems, designs, and services. After noticing a growing number of poorly designed and installed systems with little support, he created his own. All Systems was born. Today, the team designs and integrates mission-critical, life-safety systems that solve problems by protecting people and their assets. With nearly 75 employees, their territory encompasses Kansas and Missouri.


Learn More About The Cherokees

Cherokee Indian Tribe An overview of the Cherokee people, language and history.

Cherokee Language Resources Cherokee language samples, articles, and indexed links.

Cherokee Culture and History Directory Related links about the customs and traditions of the Cherokee Indians.

Cherokee Words Cherokee Indian vocabulary lists.

Return to Native Americans for Children
Return to our Native American peoples homepage
Return to our Native American translation webpage


The American North and American South

Within the United States, there are a bevy of cultures both large and small but few have had such a dynamic impact on the American identity as the cultures of the Northeast and the Southwest. One on the cutting edge of technology, innovation and individuality and the other steeped in tradition, hospitality and a collective identity, these cultures have much to teach us about the United States. The South, with its soulful music, vibrant religious identity and “southern charm” is a window into a centuries-old lifestyle and way of thinking. The North, on the other hand, it always changing. The culture values innovation and intellect over “outdated” religions and customs. This has led to the economic and technological of the Northeast and the persevered history of the South.

The website below is dedicated to unpacking the rich diversity found in the leisure systems (music, religion, sports), the nonverbal communication and the verbal communication of these two regions. While it should be noted that there are glaring exceptions to all of these cultural catalysts (such as the football culture in Ann Arbor, Michigan or the soulful swing music that developed in New York City’s Cotton Club in the 1920’s and 30’s) and variables such as location (would the Piedmont region be north or south?), class and individual differences. But on the whole, having an understanding of the good, the bad and the ugly of these two regions can greatly help an American student of culture know the land that they live in.



Commentaires:

  1. Chisholm

    Bravo, tu viens de visiter une merveilleuse idée

  2. Menw

    un charmant message



Écrire un message