Faiblesse de la Confédération - Histoire

Faiblesse de la Confédération - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Chronologie de l'expansion vers l'ouest

8 mai 1796 La loi foncière est approuvée par le Congrès. La loi prévoit l'arpentage des terres du Territoire du Nord-Ouest. Elle met en vente les terres du territoire pour un minimum de 2 $ et l'acre. Il a fixé la vente foncière minimale de 640 acres. Cela a rendu le coût élevé pour tous les individus

1er juin 1796 - l'état du Tennessee est admis dans l'Union en tant que 16e état. L'État est un État esclave.

30 avril 1802 - Le Congrès a adopté la loi d'habilitation, qui a permis à tout territoire organisé en vertu de l'ordonnance de 1787 de les organiser en tant qu'État. L'Ohio devient le premier État à s'organiser ainsi.

1er mars 1803 - L'Ohio entre dans l'Union en tant que 17e État.

26 mars 1804 La loi foncière de 1804 est adoptée. Il réduit le prix minimum d'un acre de terre à 1,64. Il a réduit le montant minimum à acheter à 160 acres et a donné aux acheteurs 10 ans pour payer le terrain.

30 avril 1812 - L'État de Louisiane entre dans l'Union en tant que 18e État.

11 décembre 1816-Indiana est admis en tant qu'état libre. C'est le 19ème état dans l'Union

10 décembre 1817 - Le Mississippi entre dans l'Union au 20e État. Il permet l'esclavage.

3 décembre 1818- L'Illinois est admis dans l'Union en tant qu'État libre. C'est le 21e état.


Les faiblesses du gouvernement confédéral

Les gouvernements confédérés de l'histoire américaine ont été confrontés à de nombreuses faiblesses, notamment le manque de pouvoir central, l'incapacité de réagir aux besoins de l'État et un système fiscal durable. Les articles de la Confédération ont établi le premier gouvernement de ce type en combinant les 13 États d'origine. Les États confédérés d'Amérique formaient le second en rassemblant quelques États qui voulaient succéder à l'Union.

Explorez cet article


Articles de la Confédération

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Articles de la Confédération, première constitution des États-Unis (1781-1789), qui a servi de pont entre le gouvernement initial du Congrès continental de la période révolutionnaire et le gouvernement fédéral prévu par la Constitution des États-Unis de 1787. Parce que l'expérience de l'autorité centrale britannique autoritaire était vive dans esprits coloniaux, les rédacteurs des articles ont délibérément établi une confédération d'États souverains. Les articles ont été rédigés en 1776-1777 et adoptés par le Congrès le 15 novembre 1777. Cependant, le document n'a été pleinement ratifié par les États que le 1er mars 1781.

Sur le papier, le Congrès avait le pouvoir de réglementer les affaires étrangères, la guerre et le service postal et de nommer des officiers militaires, de contrôler les affaires indiennes, d'emprunter de l'argent, de déterminer la valeur des pièces de monnaie et d'émettre des lettres de crédit. En réalité, cependant, les articles ne donnaient au Congrès aucun pouvoir de faire respecter ses demandes d'argent ou de troupes aux États et, à la fin de 1786, l'efficacité du gouvernement était tombée en panne.

Néanmoins, de solides réalisations ont été accomplies : certaines revendications étatiques sur les terres de l'Ouest ont été réglées et l'ordonnance du Nord-Ouest de 1787 a établi le modèle fondamental de l'évolution du gouvernement dans les territoires au nord de la rivière Ohio. Tout aussi important, la Confédération a fourni à la nouvelle nation une expérience instructive en matière d'autonomie dans le cadre d'un document écrit. En révélant leurs propres faiblesses, les articles ont ouvert la voie à la Convention constitutionnelle de 1787 et à la forme actuelle du gouvernement américain.

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Adam Augustyn, rédacteur en chef, Reference Content.


Historique, veuillez vérifier

1. Quelle était une faiblesse des articles de la Confédération ? (1 point)
Le Congrès n'avait pas le pouvoir de créer une armée.
Le Congrès n'avait pas le pouvoir de taxer les États.***
Les États n'avaient aucun moyen de régler les différends entre d'autres États.
Les États ont dû renoncer à leur souveraineté.

2. Quelle entité a été habilitée par les articles de la Confédération ? (1 point)
Le président
une législature bicamérale
une législature monocamérale
aucune entité**

3. Pourquoi les pères fondateurs ont-ils jugé nécessaire de créer les articles de la Confédération ? (1 point)
établir une monarchie pour remplacer le roi britannique
établir treize gouvernements différents sans gouvernement central
faire la paix avec l'empire britannique
établir une base juridique pour un gouvernement permanent des nouveaux États-Unis****

Je suis d'accord avec vos réponses.

Je ne suis pas d'accord avec ta réponse au n°2. Un et trois sont corrects. (Désolé, Mme Sue)

Après avoir pris cela, je peux confirmer que 2 est faux. Pour tous ceux qui cherchent la réponse, c'est C. Une législature monocamérale.


De quelles manières Shays Rebellion a-t-elle révélé les faiblesses des articles de la Confédération ?

La rébellion de Shay a montré les faiblesses de la Articles de la Confédération. Lorsque le gouvernement central n'a pas pu écraser le rébellion, les premiers élans du fédéralisme commencent à se renforcer. Le gouvernement a donné la plupart des pouvoirs aux États, et le gouvernement central n'était composé que d'une législature.

Sachez également, quelles étaient les faiblesses des articles de la Confédération? La chute majeure de la Les articles de la Confédération étaient simplement la faiblesse. Le gouvernement fédéral, sous la Des articles, était trop faibles pour faire respecter leurs lois et n'avaient donc aucun pouvoir. Le Congrès continental avait emprunté de l'argent pour combattre la guerre révolutionnaire et ne pouvait pas rembourser ses dettes.

En outre, comment la rébellion de Shays a-t-elle affecté les opinions des gens sur les articles de la Confédération ?

La rébellion de Shay a affecté le point de vue des gens sur les articles de la Confédération parce qu'il montrait la nécessité d'un gouvernement fédéral et que le des articles ne ferait pas parce qu'ils fait ne pas permettre à la nation de construire une armée pour réprimer les rébellions telles que Shay's.

Que pensaient les gens de Shays Rebellion ?

Les agriculteurs ont été durement touchés par les impôts et n'avaient pas les moyens de les payer, ce qui les a conduits à se rebeller contre les dirigeants politiques de leurs États respectifs. La rébellion des Shays a montré aux dirigeants politiques des États que les articles n'étaient pas un système efficace et devaient être révisés. Alors, ils se sont réunis pour le réviser.


Articles de la Confédération, 1777-1781

Les articles de la Confédération ont servi de document écrit qui a établi les fonctions du gouvernement national des États-Unis après avoir déclaré son indépendance de la Grande-Bretagne. Il a établi un gouvernement central faible qui a principalement, mais pas entièrement, empêché les États individuels de mener leur propre diplomatie étrangère.

Le plan Albany, une tentative antérieure à l'indépendance pour joindre les colonies dans une union plus large, avait échoué en partie parce que les colonies individuelles craignaient de perdre le pouvoir au profit d'une autre institution centrale. Cependant, alors que la Révolution américaine prenait de l'ampleur, de nombreux dirigeants politiques virent les avantages d'un gouvernement centralisé capable de coordonner la guerre d'indépendance. En juin 1775, le Congrès provincial de New York envoya un plan d'union au Congrès continental qui, comme le Plan Albany, continua à reconnaître l'autorité de la Couronne britannique.

Certains délégués du Congrès continental avaient également discuté de manière informelle des plans pour une union plus permanente que le Congrès continental, dont le statut était temporaire. Benjamin Franklin avait élaboré un plan pour les « articles de la Confédération et de l'union perpétuelle ». Alors que certains délégués, tels que Thomas Jefferson, ont soutenu la proposition de Franklin, de nombreux autres s'y sont fortement opposés. Franklin a présenté son plan devant le Congrès le 21 juillet, mais a déclaré qu'il devrait être considéré comme un projet lorsque le Congrès était intéressé à parvenir à une proposition plus formelle. Le Congrès a déposé le plan.

Suite à la Déclaration d'Indépendance, les membres du Congrès Continental ont réalisé qu'il serait nécessaire de mettre en place un gouvernement national. Le Congrès a commencé à discuter de la forme que prendrait ce gouvernement le 22 juillet, en désaccord sur un certain nombre de questions, notamment si la représentation et le vote seraient proportionnels ou État par État. Les désaccords ont retardé les discussions finales de la confédération jusqu'en octobre 1777. À ce moment-là, la capture britannique de Philadelphie avait rendu la question plus urgente. Les délégués ont finalement formulé les articles de la Confédération, dans lesquels ils ont accepté le vote État par État et les charges fiscales proportionnelles de l'État en fonction de la valeur des terres, bien qu'ils aient laissé la question des revendications de l'État sur les terres occidentales en suspens. Le Congrès a envoyé les articles aux États pour ratification à la fin du mois de novembre. La plupart des délégués ont réalisé que les articles étaient un compromis imparfait, mais ont estimé que c'était mieux qu'une absence de gouvernement national formel.

Le 16 décembre 1777, la Virginie fut le premier État à ratifier. D'autres États ratifièrent au cours des premiers mois de 1778. Lorsque le Congrès se réunit à nouveau en juin 1778, les délégués apprirent que le Maryland, le Delaware et le New Jersey refusaient de ratifier les articles. Les articles nécessitaient l'approbation unanime des États. Ces petits États voulaient que d'autres États renoncent à leurs revendications territoriales occidentales avant de ratifier les articles. Le New Jersey et le Delaware ont finalement accepté les conditions des articles, le New Jersey les ratifiant le 20 novembre 1778 et le Delaware le 1er février 1779. Cela laissait le Maryland comme le dernier obstacle restant.

Irrité par la réticence du Maryland, plusieurs autres gouvernements d'État ont adopté des résolutions approuvant la formation d'un gouvernement national sans l'État du Maryland, mais d'autres politiciens tels que le membre du Congrès Thomas Burke de Caroline du Nord ont persuadé leurs gouvernements de s'abstenir de le faire, arguant que sans l'approbation unanime de la nouvelle Confédération, le nouveau pays resterait faible, divisé et ouvert à de futures interventions et manipulations étrangères.

Pendant ce temps, en 1780, les forces britanniques ont commencé à mener des raids sur les communautés du Maryland dans la baie de Chesapeake. Alarmé, le gouvernement de l'État a écrit au ministre français Anne-César De la Luzerne pour demander l'aide de la marine française. Luzerne a répondu, exhortant le gouvernement du Maryland à ratifier les articles de la Confédération. Les Marylanders ont été incités davantage à ratifier lorsque la Virginie a accepté de renoncer à ses revendications territoriales occidentales, et ainsi la législature du Maryland a ratifié les articles de la Confédération le 1er mars 1781.

Le Congrès continental a voté le 10 janvier 1781 pour établir un ministère des Affaires étrangères le 10 août de la même année, il a élu Robert R. Livingston comme secrétaire des Affaires étrangères. Les fonctions du secrétaire consistaient à correspondre avec les représentants des États-Unis à l'étranger et avec les ministres des puissances étrangères. Le secrétaire était également chargé de transmettre les instructions du Congrès aux agents américains à l'étranger et était autorisé à assister aux sessions du Congrès. Une autre loi du 22 février 1782 autorisa le secrétaire à poser des questions et à y répondre pendant les sessions du Congrès continental.

Les articles créaient un gouvernement national souverain et, en tant que tel, limitaient les droits des États à mener leur propre diplomatie et politique étrangère. Cependant, cela s'est avéré difficile à appliquer, car le gouvernement national ne pouvait pas empêcher l'État de Géorgie de poursuivre sa propre politique indépendante concernant la Floride espagnole, tentant d'occuper des territoires contestés et menaçant la guerre si les autorités espagnoles ne travaillaient pas pour freiner les attaques indiennes ou s'abstenir de hébergeant des esclaves en fuite. Le gouvernement de la Confédération ne pouvait pas non plus empêcher le débarquement de condamnés que le gouvernement britannique continuait d'exporter vers ses anciennes colonies. De plus, les articles n'accordaient pas au Congrès une autorité suffisante pour faire appliquer les dispositions du traité de Paris de 1783 qui autorisaient les créanciers britanniques à poursuivre les débiteurs pour des dettes pré-révolutionnaires, une clause impopulaire que de nombreux gouvernements d'États ont choisi d'ignorer. Par conséquent, les forces britanniques ont continué à occuper des forts dans la région des Grands Lacs. Ces problèmes, combinés à la réponse inefficace du gouvernement de la Confédération à la rébellion de Shays dans le Massachusetts, ont convaincu les dirigeants nationaux qu'un gouvernement central plus puissant était nécessaire. Cela a conduit à la Convention constitutionnelle qui a formulé la Constitution actuelle des États-Unis.


Efficacité des articles de la Confédération

Après l'indépendance de l'Amérique en 1783, les dirigeants de divers groupes ont formé un gouvernement central. Cependant, ce gouvernement nouvellement formé était extrêmement faible et n'avait aucun droit de regard direct sur les questions économiques ou politiques. Les articles de la Confédération limitaient considérablement le pouvoir du Congrès. Le gouvernement n'avait pas le droit d'adopter ou d'appliquer une législation qui a été adoptée.

Le gouvernement central n'avait pas le pouvoir de contrôler ou de prélever des impôts sur les États. Elle pouvait demander de l'argent aux États mais n'avait pas le pouvoir de les ordonner de payer. Cela a forcé la législature dans la pauvreté parce que la plupart des États ont tout simplement refusé et ignoré de payer des fonds. Le gouvernement national n'avait ni le pouvoir ni les ressources pour gérer ses affaires quotidiennes.

Le gouvernement central est resté impuissant lorsqu'il s'agissait de contrôler les taxes, les différends relatifs aux droits de navigation, le commerce et les échanges à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Les droits de réglementer la monnaie et la monnaie étaient partagés à parts égales entre les États et le gouvernement central.

Cet échec à avoir une forte autorité sur la nation a rendu les autres pays craintifs lorsqu'il s'agissait de négocier et d'acheter des actions avec l'Amérique. L'incapacité d'avoir une autorité puissante et forte sur une nation a paralysé l'économie américaine, forçant la valeur de la monnaie à plonger à un plus bas historique.

Les gens se sont endettés. Il leur était extrêmement difficile de rattraper et de stabiliser leur situation financière et leur économie. Prenant au sérieux l'état paralysant de l'économie américaine, chaque État a envoyé un représentant à Philadelphie pour aider l'Amérique à tracer la Constitution américaine en 1787. Cela a conduit à la formation d'un gouvernement central plus fort pour relancer l'économie américaine d'une catastrophe.

De nombreux présidents ont gouverné l'Amérique après l'indépendance en vertu des articles de la Confédération. Le président le plus célèbre semble cependant être George Washington, mais ce qui pourrait surprendre beaucoup, c'est qu'il n'était pas le premier président à gouverner l'Amérique. Il a été le premier président à gouverner l'Amérique en vertu d'une constitution définie qui est suivie jusqu'à ce jour. Suite..


Glissez-déposez chaque faiblesse des articles de la confédération dans le domaine de gouvernement dans lequel elle correspond le mieux économique administratif législatif 1personne pour faire appliquer les lois 2pas de système judiciaire national 3pas d'armée nationale 4un vote par État 5pas de pouvoir d'imposition 6difficile à modifier 7difficile à adopter des lois 8pas de pouvoir pour réguler le commerce 9trop de devises mettent chaque numéro dans l'un des 3 gouvernements

Les articles de la Confédération ont été la première forme écrite de gouvernement des États-Unis, après la Révolution américaine. En vertu des articles, les États détenaient la majeure partie du pouvoir et le gouvernement central était faible parce que les gens craignaient qu'un gouvernement central fort ne se transforme en tyrannie, il n'avait qu'une législature monocamérale au lieu des divisions du pouvoir en trois branches que la Constitution stipule.

Les articles de la Confédération donnaient au Congrès continental le pouvoir d'adopter des lois, mais comme il n'y avait pas de pouvoir exécutif, le gouvernement central n'avait pas le pouvoir de les faire respecter, il n'y avait pas de système judiciaire national, donc le gouvernement ne pouvait pas intervenir dans les différends entre les États, l'absence d'une armée nationale était aussi une grande faiblesse. Le gouvernement central n'avait pas le pouvoir de collecter des impôts ou de réglementer le commerce, donc il n'y avait personne en charge de payer la dette nationale ou de surveiller l'économie. Le consentement unanime était nécessaire pour la ratification, et il était difficile d'amender ou d'adopter des lois.

Économique - trop de devises, pas de pouvoir d'imposition, pas de pouvoir de réglementer le commerce

Administratif - pas d'armée nationale, pas de système judiciaire national, personne pour faire appliquer les lois

Législatif - des lois difficiles à adopter, difficiles à amender, un vote par État

Je vais énumérer quelques faiblesses dans l'explication ci-dessous, mais je pense que vous oubliez de télécharger les choix.

Il n'a pas donné au Congrès le pouvoir de collecter des impôts : pas de fonds pour rembourser les dettes ou soutenir la croissance de la nation, car la plupart des citoyens ont ignoré les demandes d'impôts des États. Milices d'État : plutôt que d'avoir une armée unifiée, chaque État avait une milice. Les soldats étaient tous entraînés différemment et ne recevaient pas les fournitures dont ils avaient besoin de la part du gouvernement fédéralAucun système judiciaire national : le gouvernement n'avait aucun moyen de faire appliquer les lois L'AOC lui-même était trop faible : le gouvernement fédéral n'avait pas autant de pouvoir et trop laissée aux gouvernements des États.

le congrès a également des pouvoirs implicites, qui découlent de la clause nécessaire et appropriée de la constitution et permettent au congrès « de faire toutes les lois qui seront nécessaires et appropriées pour mettre en œuvre les pouvoirs ci-dessus, et tous les autres pouvoirs conférés par cette constitution au gouvernement des États-Unis.


Cette rébellion dans l'ouest du Massachusetts a alarmé de nombreux Américains et a révélé la nécessité d'un gouvernement plus fort capable de réprimer l'insurrection interne. Les craintes d'un radicalisme d'État démocratique, incarné par Rhode Island, étaient également répandues. D'autres, cependant, étaient convaincus que les États eux-mêmes étaient capables de réprimer la violence interne, même dans le cas de la rébellion de Shays.

L'interdiction par l'Espagne de la navigation américaine sur le fleuve Mississippi a provoqué la colère des sudistes. Les efforts pour résoudre le problème ont illustré la faiblesse des États-Unis et les divisions sectorielles marquées du pays.


Contenu

Indépendance et autonomie Modifier

La guerre d'Indépendance américaine a éclaté contre la domination britannique en avril 1775 avec les batailles de Lexington et de Concord. [1] Le deuxième congrès continental s'est réuni en mai 1775 et a établi une armée financée par le congrès et sous la direction de George Washington, un Virginien qui avait combattu dans la guerre française et indienne. [2] Le 4 juillet 1776, pendant que la guerre continuait, le Congrès a adopté la Déclaration d'Indépendance. [3] Au même moment où le Congrès a déclaré l'indépendance, il a également créé un comité chargé d'élaborer une constitution pour la nouvelle nation. Bien que certains au Congrès espéraient un État centralisé fort, la plupart des Américains voulaient que le pouvoir législatif appartienne principalement aux États et considéraient le gouvernement central comme une simple nécessité en temps de guerre. La constitution qui en résulta, connue sous le nom d'articles de la Confédération, prévoyait un gouvernement national faible avec peu de pouvoir pour contraindre les gouvernements des États. [4] Le premier article de la nouvelle constitution a établi un nom pour la nouvelle confédération – les États-Unis d'Amérique. [5]

Le premier projet des articles de la Confédération, rédigé par John Dickinson, a été présenté au Congrès le 12 juillet 1776, mais le Congrès n'a envoyé le projet de constitution aux États qu'en novembre 1777. Trois questions constitutionnelles majeures ont divisé le Congrès : les frontières des États, y compris les revendications sur les terres à l'ouest des Appalaches, la représentation de l'État au nouveau Congrès et la question de savoir si les prélèvements fiscaux sur les États devraient prendre en compte les esclaves. En fin de compte, le Congrès a décidé que chaque État aurait une voix au Congrès et que les esclaves n'affecteraient pas les prélèvements de l'État. [6] En 1780, alors que la guerre continuait, tous les États sauf le Maryland avaient ratifié les articles. Le Maryland refusa de ratifier la constitution jusqu'à ce que tous les autres États abandonnent leurs revendications territoriales occidentales au Congrès. Le succès de la stratégie du Sud de la Grande-Bretagne, ainsi que la pression des alliés français de l'Amérique, ont convaincu la Virginie de céder ses revendications au nord de la rivière Ohio, et le Maryland a finalement ratifié les articles en janvier 1781. La nouvelle constitution est entrée en vigueur en mars 1781 et le Congrès de la La confédération a techniquement remplacé le deuxième congrès continental en tant que gouvernement national, mais dans la pratique, la structure et le personnel du nouveau congrès étaient assez similaires à ceux de l'ancien congrès. [7]

Fin de la Révolution américaine Modifier

Après la victoire américaine à la bataille de Yorktown en septembre 1781 et l'effondrement du ministère du premier ministre britannique North en mars 1782, les deux parties cherchèrent un accord de paix. [8] La guerre d'Indépendance américaine a pris fin avec la signature du traité de Paris de 1783. Le traité accorde l'indépendance des États-Unis, ainsi que le contrôle d'une vaste région au sud des Grands Lacs et s'étendant des Appalaches à l'ouest jusqu'au fleuve Mississippi. Bien que le Parlement britannique ait rattaché cette région trans-Appalaches au Québec en 1774 dans le cadre de l'Acte de Québec, plusieurs États avaient des revendications territoriales dans la région fondées sur des chartes et des proclamations royales qui définissaient leurs frontières comme s'étendant « d'un océan à l'autre ». [9] Certains Américains avaient espéré que le traité prévoirait l'acquisition de la Floride, mais ce territoire a été restitué à l'Espagne, qui avait rejoint les États-Unis et la France dans la guerre contre la Grande-Bretagne et a exigé son butin. [10] Les Britanniques se sont battus dur et avec succès pour garder le Canada, donc le traité a reconnu cela. [11]

Les observateurs de l'époque et les historiens depuis soulignent la générosité des concessions territoriales britanniques. Des historiens comme Alvord, Harlow et Ritcheson ont souligné que les conditions territoriales généreuses de la Grande-Bretagne étaient basées sur une vision d'homme d'État des liens économiques étroits entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. Le traité a été conçu pour faciliter la croissance de la population américaine et créer des marchés lucratifs pour les marchands britanniques, sans aucun coût militaire ou administratif pour la Grande-Bretagne. [9] Comme l'a dit plus tard le ministre français des Affaires étrangères Vergennes, "Les Anglais achètent la paix plutôt que de la faire". [12]

Le traité a également abordé plusieurs questions supplémentaires. Les États-Unis ont accepté d'honorer les dettes contractées avant 1775, tandis que les Britanniques ont accepté de retirer leurs soldats du sol américain. [10] Les privilèges que les Américains avaient reçus en raison de leur appartenance à l'Empire britannique ne s'appliquaient plus, notamment la protection contre les pirates en Méditerranée. Ni les Américains ni les Britanniques n'honoreraient systématiquement ces clauses supplémentaires. Les États individuels ont ignoré les obligations du traité en refusant de restituer les biens loyalistes confisqués, et beaucoup ont continué à confisquer les biens des loyalistes pour des « dettes impayées ». Certains États, notamment la Virginie, ont maintenu des lois contre le paiement des dettes aux créanciers britanniques. Les Britanniques ont souvent ignoré la disposition de l'article 7 concernant l'enlèvement des esclaves. [13]

Les articles de la Confédération ont créé une union lâche d'États. Le gouvernement central de la confédération se composait d'un Congrès monocaméral doté de fonctions législatives et exécutives, et était composé de délégués de chaque État de l'Union. Le Congrès n'a reçu que les pouvoirs que les États avaient précédemment reconnus comme appartenant au roi et au parlement. [15] Chaque État disposait d'une voix au Congrès, quelle que soit sa taille ou sa population, et tout acte du Congrès nécessitait les voix de neuf des 13 États pour adopter [16] toute décision de modifier les articles nécessitait le consentement unanime des États . La législature de chaque État a nommé plusieurs membres à sa délégation, permettant aux délégués de rentrer chez eux sans laisser leur État sans représentation. [17] En vertu des articles, il était interdit aux États de négocier avec d'autres nations ou de maintenir une armée sans le consentement du Congrès, mais presque tous les autres pouvoirs étaient réservés aux États. [18] Le Congrès n'avait pas le pouvoir d'augmenter les revenus et était incapable d'appliquer sa propre législation et ses propres instructions. En tant que tel, le Congrès dépendait fortement de la conformité et du soutien des États. [19]

Après la conclusion de la guerre d'indépendance, qui avait donné l'impulsion initiale aux articles, la capacité du Congrès à accomplir quoi que ce soit de conséquence matérielle a considérablement diminué. Rarement plus de la moitié des quelque soixante délégués ont assisté à une session du Congrès à un moment donné, ce qui a entraîné des difficultés à réunir le quorum. Bon nombre des dirigeants nationaux les plus éminents, tels que Washington, John Adams, John Hancock et Benjamin Franklin, se sont retirés de la vie publique, ont été délégués étrangers ou ont occupé des fonctions dans les gouvernements des États. [20] Un leader national qui a émergé au cours de cette période était James Madison, qui est devenu convaincu de la nécessité d'un gouvernement national plus fort après avoir siégé au Congrès de la Confédération de 1781 à 1783. Il continuerait à appeler à un gouvernement plus fort pour le reste des années 1780. [21] Le Congrès s'est réuni à Philadelphie de 1778 à juin 1783, date à laquelle il a déménagé à Princeton, New Jersey en raison de la mutinerie de Pennsylvanie de 1783. Le Congrès se réunirait également à Annapolis, Maryland et Trenton, New Jersey avant de s'installer à New York en 1785 [22] L'absence de dirigeants forts au Congrès, ainsi que l'impuissance et le caractère itinérant du corps, ont embarrassé et frustré de nombreux nationalistes américains, dont Washington. [23] La faiblesse du Congrès a également conduit à de fréquentes discussions sur la sécession, et beaucoup pensaient que les États-Unis se diviseraient en quatre confédérations, comprenant la Nouvelle-Angleterre, les États du Mid-Atlantic, les États du Sud et la région trans-Appalaches, respectivement. [24]

Le Congrès de la Confédération était le seul organe gouvernemental fédéral créé par les articles de la Confédération, mais le Congrès a créé d'autres organes pour exercer des fonctions exécutives et judiciaires. En 1780, le Congrès a créé la Cour d'appel en cas de capture, qui a agi comme le seul tribunal fédéral pendant la période de la Confédération. Au début de 1781, le Congrès a créé des départements exécutifs pour gérer les affaires étrangères, la guerre et les finances. Un quatrième département, le département des postes, existait depuis 1775 et continuait à fonctionner sous les statuts. Le Congrès a également autorisé la création d'un ministère de la Marine, mais a choisi de placer les forces navales sous le ministère des Finances après qu'Alexander McDougall a refusé de diriger le ministère de la Marine. Les quatre départements étaient chargés d'administrer la fonction publique fédérale, mais ils avaient peu de pouvoirs indépendamment du Congrès. [25] Le marchand de Pennsylvanie Robert Morris a été surintendant des finances de 1781 à 1784. Bien que Morris soit devenu quelque peu impopulaire pendant la guerre en raison de ses entreprises commerciales réussies, le Congrès espérait qu'il serait en mesure d'améliorer la situation financière ruineuse du pays. [26] Après que ses propositions aient été bloquées, Morris a démissionné dans la frustration en 1784 et a été remplacé par un Conseil du Trésor de trois personnes. [27] Benjamin Lincoln a été secrétaire à la Guerre de 1781 jusqu'à la fin de la guerre d'indépendance en 1783. Il a finalement été remplacé par Henry Knox, qui a occupé le poste de 1785 à 1789. Robert Livingston a été secrétaire des Affaires étrangères à partir de 1781. à 1783, et il a été suivi dans le bureau par John Jay, qui a servi de 1784 à 1789. Jay s'est avéré être un administrateur compétent, et il a pris le contrôle de la diplomatie de la nation pendant son mandat. [28] Ebenezer Hazard a été ministre des Postes des États-Unis de 1782 à 1789. [29]

Population par état au recensement de 1790 [30]
État Tot. pop. Pop asservie. Pop gratuit.
Connecticut 237,946 2,764 235,182
Delaware 59,096 8,887 50,209
Géorgie 82,548 29,264 53,284
Maryland 319,728 103,036 216,692
Massachusetts 378,787 0 378,787
New Hampshire 141,885 158 141,727
New Jersey 184,139 11,423 172,716
New York 340,120 21,324 318,796
Caroline du Nord 393,751 100,572 293,179
Pennsylvanie 434,373 3,737 430,636
Rhode Island 68,825 948 67,877
Caroline du Sud 249,073 107,094 141,979
Virginie 691,737 287,959 403,778
Total [31] 3,929,214 697,681 3,231,533

Après que les treize colonies ont déclaré leur indépendance et leur souveraineté en 1776, chacune a été confrontée à la tâche de remplacer l'autorité royale par des institutions basées sur le pouvoir populaire. À des degrés divers, les États ont embrassé l'égalitarisme pendant et après la guerre. Chaque État a rédigé une nouvelle constitution, qui a tous établi un exécutif élu, et dont beaucoup ont considérablement élargi le droit de vote. La Constitution de Pennsylvanie de 1776 était peut-être la plus démocratique de ces constitutions, car elle accordait le droit de vote à tous les citoyens de sexe masculin contribuables. Bon nombre des nouvelles constitutions comprenaient une déclaration des droits qui garantissait la liberté de la presse, la liberté d'expression, le procès par jury et d'autres libertés. [32] Des patriotes conservateurs tels qu'Oliver Wolcott, qui s'étaient battus pour l'indépendance de la Grande-Bretagne mais n'étaient pas favorables à des changements majeurs dans l'ordre social, regardaient avec inquiétude la nouvelle influence des classes inférieures et la montée des politiciens indépendants de la classe supérieure. [33]

Après la fin de la guerre d'indépendance, les États se sont lancés dans diverses réformes. Plusieurs États ont inscrit la liberté de religion dans leurs constitutions, et chaque État du Sud a mis fin au statut de l'Église anglicane en tant que religion d'État. Plusieurs États ont créé des universités d'État, tandis que les universités privées ont également prospéré. De nombreux États ont réformé leurs codes pénaux pour réduire le nombre de crimes passibles de la peine de mort. Les États du Nord ont investi dans des projets d'infrastructure, notamment des routes et des canaux permettant d'accéder aux colonies occidentales. [34] Les États ont également pris des mesures concernant l'esclavage, qui est apparu de plus en plus hypocrite à une génération qui s'était battue contre ce qu'ils considéraient comme une tyrannie. Pendant et après la Révolution, chaque État du Nord a adopté des lois prévoyant une émancipation progressive ou l'abolition immédiate de l'esclavage. Bien qu'aucun État du Sud n'ait prévu l'émancipation, ils ont adopté des lois restreignant la traite des esclaves. [35]

Les États ont continué à porter le fardeau des lourdes dettes acquises pendant la guerre d'Indépendance. À l'exception partielle de New York et de la Pennsylvanie, qui ont reçu des revenus des droits d'importation, la plupart des États se sont appuyés sur les impôts individuels et fonciers pour leurs revenus. Pour faire face aux dettes de guerre, plusieurs États ont été contraints d'augmenter les impôts à un niveau plusieurs fois supérieur à celui d'avant la guerre. Ces taxes ont suscité la colère de la population, en particulier dans les zones rurales, et dans le Massachusetts ont conduit à un soulèvement armé connu sous le nom de rébellion de Shays. Comme le Congrès et le gouvernement du Massachusetts se sont avérés incapables de réprimer la rébellion, l'ancien secrétaire à la Guerre Benjamin Lincoln a levé une armée privée qui a mis fin à l'insurrection. [36]

La Grande-Bretagne a renoncé à sa revendication sur le Vermont dans le traité de Paris, mais le Vermont n'a pas rejoint les États-Unis. Bien que la plupart des habitants du Vermont aient voulu devenir le quatorzième État, New York et le New Hampshire, qui revendiquaient tous deux des parties du Vermont, ont bloqué cette ambition. Tout au long des années 1780, le Vermont a agi comme un État indépendant, connu sous le nom de République du Vermont. [37]

Les États-Unis avaient contracté d'énormes dettes pendant la guerre d'indépendance, en partie à cause du manque de pouvoirs d'imposition du Congrès en vertu des articles, seuls les États pouvaient lever des impôts ou réglementer le commerce. [38] En 1779, le Congrès avait cédé la majeure partie de son pouvoir économique aux États, car il a cessé d'imprimer de la monnaie et a demandé que les États paient directement les soldats, mais les États ont également souffert de l'instabilité fiscale. [39] Robert Morris, nommé surintendant des finances en 1781, a obtenu l'adoption de grandes réformes centralisatrices telles que la prise en charge partielle de la dette de l'État, la suspension des paiements aux militaires et la création de la Banque de l'Amérique du Nord. Morris a émergé comme peut-être l'individu le plus puissant du gouvernement national, certains l'appelant "Le Financier" ou même "Le Dictateur". [40] En 1783, Morris, avec le soutien de membres du Congrès tels que Madison et Alexander Hamilton, a obtenu l'approbation du Congrès d'un prélèvement de cinq pour cent sur les importations, qui accorderait au gouvernement national une source de revenus cohérente et indépendante. Cependant, avec la signature du traité de Paris, les États sont devenus plus réticents à accorder le pouvoir au Congrès. Bien que tous les États sauf deux aient approuvé le prélèvement, il n'a jamais obtenu le soutien unanime des États et le Congrès a donc eu du mal à trouver des revenus tout au long des années 1780. [41]

À la fin de la guerre d'indépendance, les officiers et les hommes de troupe de l'armée continentale sont devenus de plus en plus mécontents de leur manque de salaire, le Congrès ayant suspendu les paiements en raison de la mauvaise situation financière du gouvernement national. Le Congrès avait promis aux officiers une pension à vie en 1780, mais peu d'officiers pensaient qu'ils recevraient cette prestation. En décembre 1782, plusieurs officiers, dirigés par Alexander McDougall, ont adressé une pétition au Congrès pour leurs avantages. Les officiers espéraient user de leur influence pour forcer les États à autoriser le gouvernement fédéral à percevoir un tarif, qui à son tour fournirait des revenus pour payer les soldats. [42] Des historiens tels que Robert Middlekauff ont soutenu que certains membres du gouvernement national, dont le membre du Congrès Alexander Hamilton et le surintendant des finances Robert Morris, ont tenté d'utiliser ce mécontentement croissant pour augmenter le pouvoir du Congrès. [43] Une lettre anonyme a circulé parmi les officiers le document a appelé au paiement de soldats et a menacé de mutinerie contre le général Washington et le Congrès. Lors d'un rassemblement d'officiers de l'armée en mars 1783, Washington a dénoncé la lettre, mais a promis de faire pression sur le Congrès pour obtenir un paiement. Le discours de Washington a désamorcé la conspiration de Newburgh, du nom de la ville de New York dans laquelle campait l'armée, mais le mécontentement des soldats est resté élevé. En mai 1783, craignant une mutinerie, Washington mit en congé la majeure partie de son armée. [42]

After Congress failed to pass an amendment granting the national government the power to levy an impost on imports, Morris paid the army with certificates that the soldiers labeled "Morris notes." The notes promised to pay the soldiers in six months, but few of the soldiers believed that they would ever actually receive payment, and most Morris notes were sold to speculators. [44] Many of the impoverished enlisted men were forced to beg for help on their journeys home. In June, the Pennsylvania Mutiny of 1783 broke out among angry soldiers who demanded payment, causing Congress to relocate the capital to Princeton. Upon re-convening, Congress reduced the size of the army from 11,000 to 2,000. [22] Though national security was a top priority of American leaders, [45] in the short term a smaller Continental Army would suffice because Americans had confidence that the Atlantic Ocean would provide protection from European powers. [46] On December 23, 1783, Washington resigned from the army, earning the admiration of many for his willingness to relinquish power. [22]

In August 1784, Congress established the First American Regiment, the nation's first peacetime regular army infantry unit, which served primarily on the American frontier. Even so, the size of the army continued to shrink, down to a mere 625 soldiers, while Congress effectively disbanded the Continental Navy in 1785 with the sale of the USS Alliance. The small, poorly equipped army would prove powerless to prevent squatters from moving onto Native American lands, further inflaming a tense situation on the frontier. [47]

Partly due to the restrictions imposed by the Royal Proclamation of 1763, only a handful of Americans had settled west of the Appalachian Mountains prior to the outbreak of the American Revolutionary War. The start of that war lifted the barrier to settlement, and by 1782 approximately 25,000 Americans had settled in Transappalachia. [48] After the war, American settlement in the region continued. Though life in these new lands proved hard for many, western settlement offered the prize of property, an unrealistic aspiration for some in the East. [22] Westward expansion stirred enthusiasm even in those who did not move west, and many leading Americans, including Washington, Benjamin Franklin, and John Jay, purchased lands in the west. [49] Land speculators founded groups like the Ohio Company, which acquired title to vast tracts of land in the west and often came into conflict with settlers. [50] Washington and others co-founded the Potomac Company to build a canal linking the Potomac River with Ohio River. Washington hoped that this canal would provide a cultural and economic link between the east and west, thus ensuring that the West would not ultimately secede. [51]

In 1784, Virginia formally ceded its claims north of the Ohio River, and Congress created a government for the region now known as the Old Northwest with the Land Ordinance of 1784 and the Land Ordinance of 1785. These laws established the principle that Old Northwest would be governed by a territorial government, under the aegis of Congress, until it reached a certain level of political and economic development. At that point, the former territories would enter the union as states, with rights equal to that of any other state. [52] The federal territory stretched across most of the area west of Pennsylvania and north of the Ohio River, though Connecticut retained a small part of its claim in the West in the form of the Connecticut Western Reserve, a strip of land south of Lake Erie. [53] In 1787, Congress passed the Northwest Ordinance, which granted Congress greater control of the region by establishing the Northwest Territory. Under the new arrangement, many of the formerly elected officials of the territory were instead appointed by Congress. [52] In order to attract Northern settlers, Congress outlawed slavery in the Northwest Territory, though it also passed a fugitive slave law to appease the Southern states. [54]

While the Old Northwest fell under the control of the federal government, Georgia, North Carolina, and Virginia retained control of the Old Southwest each state claimed to extend west to the Mississippi River. [55] In 1784, settlers in western North Carolina sought statehood as the State of Franklin, but their efforts were denied by Congress, which did not want to set a precedent regarding the secession of states. [56] By the 1790 Census, the populations of Tennessee and Kentucky had grown dramatically to 73,000 and 35,000, respectively. Kentucky, Tennessee, and Vermont would all gain statehood between 1791 and 1795. [57]

With the aid of Britain and Spain, Native Americans resisted western settlement. Though Southern leaders and many nationalists lent their political support to the settlers, most Northern leaders were more concerned with trade than with western settlement, and the weak national government lacked the power to compel concessions from foreign governments. The 1784 closure of the Mississippi River by Spain denied access to the sea for the exports of Western farmers, greatly impeding efforts to settle the West, and they provided arms to Native Americans. [58] The British had restricted settlement of the trans-Appalachian lands prior to 1776, and they continued to supply arms to Native Americans after the signing of the Treaty of Paris. Between 1783 and 1787, hundreds of settlers died in low-level conflicts with Native Americans, and these conflicts discouraged further settlement. [58] As Congress provided little military support against the Native Americans, most of the fighting was done by the settlers. [59] By the end of the decade, the frontier was engulfed in the Northwest Indian War against a confederation of Native American tribes. [60] These Native Americans sought the creation of an independent Indian barrier state with the support of the British, posing a major foreign policy challenge to the United States. [61]

A brief economic recession followed the war, but prosperity returned by 1786. [62] About 80,000 Loyalists left the U.S. for elsewhere in the British Empire, leaving the lands and properties behind. [34] [63] Some returned after the war, especially to more welcoming states like New York [64] and South Carolina. [65] Economically mid-Atlantic states recovered particularly quickly and began manufacturing and processing goods, while New England and the South experienced more uneven recoveries. [66] Trade with Britain resumed, and the volume of British imports after the war matched the volume from before the war, but exports fell precipitously. [34] Adams, serving as the ambassador to Britain, called for a retaliatory tariff in order to force the British to negotiate a commercial treaty, particularly regarding access to Caribbean markets. However, Congress lacked the power to regulate foreign commerce or compel the states to follow a unified trade policy, and Britain proved unwilling to negotiate. [67] While trade with the British did not fully recover, the U.S. expanded trade with France, the Netherlands, Portugal, and other European countries. Despite these good economic conditions, many traders complained of the high duties imposed by each state, which served to restrain interstate trade. Many creditors also suffered from the failure of domestic governments to repay debts incurred during the war. [34] Though the 1780s saw moderate economic growth, many experienced economic anxiety, and Congress received much of the blame for failing to foster a stronger economy. [68]

In the decade after the end of the Revolutionary War, the United States benefited from a long period of peace in Europe, as no country posed a direct threat and immediate threat to the United States. Nevertheless, the weakness of the central government, and the desire of localists to keep the national government from assuming powers held by the state governments, greatly hindered diplomacy. [69] In 1776, the Continental Congress had drafted the Model Treaty, which served as a guide for U.S. foreign policy during the 1780s. The treaty sought to abolish trade barriers such as tariffs, while avoiding political or military entanglements. [70] In this, it reflected the foreign policy priorities of many Americans, who sought to play a large role in the global trading community while avoiding war. Lacking a strong military, and divided by differing sectional priorities, the U.S. was often forced to accept unfavorable terms of trade during the 1780s. [71]

Grande-Bretagne Modifier

William Petty, 2nd Earl of Shelburne, served as Prime Minister during the negotiations that led to the Treaty of Paris. Shelburne favored peaceful relations and increased trade with the U.S., but his government fell in 1783, and his successors were less intent on amicable relations with the United States. [72] Many British leaders hoped that the U.S. would ultimately collapse due to its lack of cohesion, at which point Britain could re-establish hegemony over North America. [73] In western territories—chiefly in present-day Wisconsin and Michigan—the British retained control of several forts and continued to cultivate alliances with Native Americans. [73] These policies impeded U.S. settlement and allowed Britain to extract profits from the lucrative fur trade. [74] The British justified their continued occupation of the forts on the basis that the American had blocked the collection of pre-war debts owed to British citizens, which a subsequent investigation by Jay confirmed. As there was little the powerless Congress could do to coerce the states into action, the British retained their justification for the occupation of the forts until the matter was settled by the Jay Treaty in 1795. [75]

Jay emphasized the need for expanded international trade, specifically with Great Britain, which conducted by far the most international trade. [76] However, Britain continued to pursue mercantilist economic policies, excluded the U.S. from trading with its Caribbean colonies, and flooded the U.S. with manufactured goods. [77] U.S. merchants responded by opening up an entirely new market in China. Americans eagerly purchased tea, silks, spices, and chinaware, while the Chinese were eager for American ginseng and furs. [78]

Espagne Modifier

Spain fought the British as an ally of France during the Revolutionary War, but it distrusted the ideology of republicanism and was not officially an ally of the United States. [79] Spain controlled the territories of Florida and Louisiana, positioned to the south and west of the United States. Americans had long recognized the importance of navigation rights on the Mississippi River, as it was the only realistic outlet for many settlers in the trans-Appalachian lands to ship their products to other markets, including the Eastern Seaboard of the United States. [80]

Despite having fought a common enemy in the Revolutionary War, Spain saw U.S. expansionism as a threat to its empire. Seeking to stop the American settlement of the Old Southwest, Spain denied the U.S. navigation rights on the Mississippi River, provided arms to Native Americans, and recruited friendly American settlers to the sparsely populated territories of Florida and Louisiana. [81] Working with Alexander McGillivray, Spain signed treaties with Creeks, the Chickasaws, and the Choctaws to make peace among themselves and ally with Spain, but the pan-Indian coalition proved unstable. [82] [83] [84] Spain also bribed American General James Wilkinson in a plot to make much of the southwestern United States secede, but nothing came of it. [85]

Despite geopolitical tensions, Spanish merchants welcomed trade with the United States and encouraged the U.S. to set up consulates in Spain's New World colonies. [86] A new line of commerce emerged in which American merchants imported goods from Britain and then resold them to the Spanish colonies. [87] The U.S. and Spain reached the Jay–Gardoqui Treaty, which would have required the U.S. to renounce any right to access the Mississippi River for twenty-five years in return for a commercial treaty and the mutual recognition of borders. In 1786, Jay submitted the treaty to Congress, precipitating a divisive debate. [85] Southerners, led by James Monroe of Virginia, opposed the provision regarding the Mississippi and accused Jay of favoring Northeastern commercial interests over western growth. Ratification of treaties required nine votes under the Articles of Confederation, and all five Southern states voted against ratification, dooming the treaty. [88]

France Modifier

Under the leadership of Foreign Minister Vergennes, France had entered the Revolutionary War, in large part to damage the British. The French were an indispensable ally during the war, providing supplies, finances, and a powerful navy. [89] In 1778, France and the United States signed the Treaty of Alliance, establishing a "perpetual" military alliance, as well as the Treaty of Amity and Commerce, which established commercial ties. [90] In the Treaty of Paris, Britain consented to relatively favorable terms to the United States partly out of a desire to weaken U.S. dependency on France. After the war, the U.S. sought increased trade with France, but commerce between the two countries remained limited. [91] The U.S. also requested French aid in pressuring the British to evacuate their forts in U.S. territory, but the French were not willing to intervene in Anglo-American relations again. [92]

Other issues Edit

John Adams, as ambassador to the Netherlands, managed to convince the small country to break its alliance with Britain, join the war alongside France, and provide funding and formal recognition to the United States in 1782. The Netherlands, along with France, became the major American ally in Europe. [93]

The Barbary pirates, who operated out of the North African states of Morocco, Algiers, Tunis, and Tripoli, posed a threat to shipping in the Mediterranean Sea during the late 18th century. The major European powers paid the Barbary pirates tribute to avoid their raids, but the U.S. was not willing to meet the terms sought by the pirates, in part due to the national government's lack of money. As such, the pirates preyed on U.S. shipping during the 1780s. [94] [95]

Reform efforts Edit

The end of the war in 1783 temporarily ended any possibility of the states giving up power to a central government, but many in and out of Congress continued to favor a stronger national government. Soldiers and former soldiers formed a powerful bloc calling for a stronger national government, which they believed would have allowed for better war-time leadership. They were joined by merchants, who wanted a strong national government to provide order and sound economic policies, and many expansionists, who believed the national government could best protect American lands in the West. [96] Additionally, John Jay, Henry Knox, and others called for an independent executive who could govern more decisively than a large, legislative body like Congress. [97] Despite growing feelings of nationalism, particularly among younger Americans, the efforts of nationalists to grant Congress greater powers were defeated by those who preferred the continued supremacy of the states. [96] Most Americans saw the Revolutionary War as a struggle against a strong government, and few state leaders were willing to surrender their own state's sovereignty. [98] In 1786, Charles Cotesworth Pinckney of South Carolina led the creation of a grand congressional committee to consider constitutional amendments. The committee proposed seven amendments, and its proposals would have granted the central government the power to regulate commerce and fine states that failed to supply adequate funding to Congress. Congress failed to act on these proposals, and reformers began to take action outside of Congress. [99]

Calling the Philadelphia Convention Edit

In 1785, Washington hosted the Mount Vernon Conference, which established an agreement between Maryland and Virginia regarding several commercial issues. Encouraged by this example of interstate cooperation, Madison convinced the Virginia assembly to host another conference, the Annapolis Convention, with the goal of promoting interstate trade. [100] Only five state delegations attended the convention, but the delegates that did attend largely agreed on the need to reform the federal government. The delegates called for a second convention to take place in 1787 in Philadelphia to consider constitutional reform. In the months after the Annapolis Convention, reformers took steps to ensure better turnout at the next convention. They secured the blessing of Congress to consider constitutional reform and made sure to invite Washington, the most prominent national leader. The nationalist call for a constitutional convention was bolstered by the outbreak of Shays' Rebellion, which convinced many of the need for a national government powerful enough to help suppress uprisings. [101]

Though there was not a widespread feeling in the population that the Articles of Confederation needed major reform, the leaders of each state recognized the problems posed by the weak national government. When the Philadelphia Convention opened in May 1787, every state but Rhode Island sent a delegation. Three quarters of the delegates had served in Congress, and all recognized the difficulty, and importance, of amending the Articles. Though each delegate feared the loss of their own state's power, there was wide agreement among the delegates that the United States required a stronger federal government capable of effectively managing foreign relations and ensuring national security. Many also hoped to establish a uniform currency and national copyright and immigration laws. With the attendance of powerful and respected leaders like Washington and Franklin, who helped provide some measure of legitimacy to the convocation, the delegates agreed to pursue sweeping changes to the national government. [102]

Writing a new constitution Edit

Shortly after the convention began in September 1787, delegates elected Washington to preside over the convention and agreed that the meetings would not be open to the public. The latter decision allowed for the consideration of an entirely new constitution, as open consideration of a new constitution would likely have inspired great public outcry. Led by James Madison, Virginia's delegates introduced a set of reforms known as the Virginia Plan, which called for a stronger national government with three independent branches of government: executive, legislative, and judicial. The plan envisioned a strong federal government with the power to nullify state laws. Madison's plan was well-received and served as the basis for the convention's discussion, though several of its provisions were altered over the course of the convention. [103] During the convention, Madison and James Wilson of Pennsylvania emerged as two of the most important advocates of a new constitution based on the Virginia Plan, while prominent opponents to the final document would include Edmund Randolph, George Mason, and Elbridge Gerry. [104]

The balance of power between the federal government and the state governments emerged as the most debated topic of the convention, and the convention ultimately agreed to a framework in which the federal and state governments shared power. The federal government would regulate interstate and foreign commerce, coin money, and oversee foreign relations, but states would continue to exercise power in other areas. A second major issue was the allocation of congressional representatives. Delegates from large states wanted representation in Congress to be proportional to population, while delegates from smaller states preferred that each state receive equal representation. In the Connecticut Compromise, the delegates agreed to create a bicameral Congress in which each state received equal representation in the upper house (the Senate), while representation in the lower house (the House of Representatives) was apportioned by population. The issue of slavery also threatened to derail the convention, though national abolition was not a priority for Northern delegates. The delegates agreed to the Three-Fifths Compromise, which counted three-fifths of the slave population for the purposes of taxation and representation. Southerners also won inclusion of the Fugitive Slave Clause, which allowed owners to recover their escaped slaves from free states, as well as a clause that forbid Congress from banning the Atlantic slave trade until 1808. The delegates of the convention also sought to limit the democratic nature of the new constitution, with indirect elections established for the Senate and the office of the President of the United States, who would lead the executive branch. [105]

The proposed constitution contained several other important differences from the Articles of Confederation. States saw their economic power severely curtailed, and notably were barred from impairing contracts. While members of the Congress of the Confederation and most state legislators served one-year terms, members of the House would serve for two-year terms and members of the Senate would serve for six-year terms. Neither house of Congress would be subject to term limits. Though the states would elect members of the Senate, the House of Representatives would be elected directly by the people. The president would be elected independent of the legislature, and hold broad powers over foreign affairs, military policy, and appointments. The president also received the power to veto legislation. The judicial power of the United States would be vested in the Supreme Court of the United States and any inferior courts established by Congress, and these courts would have jurisdiction over federal issues. The amendment process would no longer require unanimous consent of the states, although it still required the approval of Congress and a majority of states. [106]

Struggle for ratification Edit

Constitutional ratification by state [107]
Date État Votes
Yea Nay
1 7 décembre 1787 Delaware 30 0
2 December 11, 1787 Pennsylvanie 46 23
3 18 décembre 1787 New Jersey 38 0
4 2 janvier 1788 Géorgie 26 0
5 9 janvier 1788 Connecticut 128 40
6 6 février 1788 Massachusetts 187 168
7 April 26, 1788 Maryland 63 11
8 23 mai 1788 Caroline du Sud 149 73
9 21 juin 1788 New Hampshire 57 47
10 25 juin 1788 Virginie 89 79
11 26 juillet 1788 New York 30 27
12 21 novembre 1789 Caroline du Nord 194 77
13 29 mai 1790 Rhode Island 34 32

Ratification of the Constitution written at the Philadelphia Convention was not assured, as opponents of a stronger federal government mobilized against ratification. Even by the end of the convention, sixteen of the fifty-five delegates had either left the convention or refused to sign the document. [108] Article Seven of the Constitution provided for submission of the document to state conventions, rather than Congress or the state legislatures, for ratification. Though Congress had not authorized consideration of a new Constitution, most members of Congress respected the stature of the leaders who had assembled in Philadelphia. [109] Roughly one-third of the members of Congress had been delegates at the Philadelphia Convention, and these former delegates proved to be powerful advocates for the new constitution. After debating for several days, Congress transmitted the Constitution to the states without recommendation, letting each state decide for itself whether or not to ratify the document. [110]

Ratification of the Constitution required the approval of nine states. The ratification debates in Massachusetts, New York, Pennsylvania, and Virginia were of particular importance, as they were the four largest and most powerful states in the nation. [109] Those who advocated ratification took the name Federalists. To sway the closely divided New York legislature, Hamilton, Madison, and Jay anonymously published Les papiers fédéralistes, which became seminal documents that affected the debate in New York and other states. [111] Opponents of the new constitution became known as Anti-Federalists. Though most Anti-Federalists acknowledged the need for changes to the Articles of Confederation, they feared the establishment of a powerful, and potentially tyrannical, central government. Members of both camps held wide ranges of views for example, some Anti-Federalists like Luther Martin wanted only minor changes to the Articles of Confederation, while others such as George Mason favored a less powerful version of the federal government proposed by the Constitution. [112] Federalists were strongest in eastern, urban counties, while Anti-Federalists tended to be stronger in rural areas. [113] Each faction engaged in a spirited public campaign to shape the ratification debate, though the Federalists tended to be better financed and organized. Over time, the Federalists were able to convince many in the skeptical public of the merits of the new Constitution. [114]

The Federalists won their first ratification victories in December 1787, when Delaware, Pennsylvania, and New Jersey all ratified the Constitution. [115] By the end of February 1788, six states, including Massachusetts, had ratified the Constitution. In Massachusetts, the Federalists won over skeptical delegates by promising that the first Congress of the new Constitution would consider amendments limiting the federal government's power. This promise to amend the Constitution after its ratification proved to be extremely important in other ratification debates, as it helped Federalists win the votes of those who saw the need for the Constitution but opposed some of its provisions. [116] In the following months, Maryland and South Carolina ratified the Constitution, but North Carolina voted against ratification, leaving the document just one state short of taking effect. In June 1788, New Hampshire and Virginia both ratified the document. In Virginia, as in Massachusetts, Federalists won support for the Constitution by promising ratification of several amendments. Though Anti-Federalism was strong in New York, its constitutional convention nonetheless ratified the document in July 1788 since failure to do so would leave the state outside of the union. Rhode Island, the lone state which had not sent a delegate to the Philadelphia Convention, was viewed as a lost cause by the Federalists due to its strong opposition to the proposed constitution, and it would not ratify the Constitution until 1790. [117]

1789 electoral vote totals
Nom Votes [118]
George Washington 69
John Adams 34
John Jay 9
Robert H. Harrison 6
John Rutledge 6
John Hancock 4
George Clinton 3
Samuel Huntington 2
John Milton 2
James Armstrong 1
Benjamin Lincoln 1
Edward Telfair 1

In September 1788, the Congress of the Confederation formally certified that the Constitution had been ratified. It also set the date for the presidential election and the first meeting of the new federal government. Additionally, Congress engaged in debate regarding where the incoming government would meet, with Baltimore briefly emerging as the favorite. To the displeasure of Southern and Western interests, Congress ultimately chose to retain New York City as the seat of government. [119] [120]

Though Washington desired to resume his retirement following the Constitutional Convention, the American public at large anticipated that he would be the nation's first president. Federalists such as Hamilton eventually coaxed him to accept the office. On February 4, 1789, the Electoral College, the mechanism established by the Constitution to conduct the indirect presidential elections, met for the first time, with each state's presidential electors gathering in their state's capital. Under the rules then in place, each elector could vote for two persons (but the two people chosen by the elector could not both inhabit the same state as that elector), with the candidate who won the most votes becoming president and the candidate with the second-most becoming vice president. Each elector cast one vote for Washington, while John Adams won the most votes of all other candidates, and thus won election as vice president. Electors from 10 of the 13 states cast votes. There were no votes from New York, because the New York legislature failed to appoint its allotted electors in time North Carolina and Rhode Island did not participate as they had not yet ratified the Constitution. [121] [122]

The Federalists performed well in the concurrent House and Senate elections, ensuring that the both chambers of United States Congress would be dominated by proponents of the federal government established by the Constitution. [123] This in turn ensured that there would not be a constitutional convention to propose amendments, which many Federalists had feared would critically weaken the national government. [124]

The new federal government commenced operations with the seating of the 1st Congress in March 1789 and the inauguration of Washington the following month. In September 1789, Congress approved the United States Bill of Rights, a group of Constitutional amendments designed to protect individual liberties against federal interference, and the states ratified these amendments in 1791. After Congress voted for the Bill of Rights, North Carolina and Rhode Island ratified the Constitution in 1790 and 1791, respectively. [123] [124]

The period of American history between the end of the American Revolutionary War and the ratification of the Constitution has also been referred to as the "critical period" of American history. During the 1780s, many thought that the country was experiencing a crisis of leadership, as reflected by John Quincy Adams's statement in 1787 that the country was in the midst of a "critical period". [125] In his 1857 book, The Diplomatic History of the Administrations of Washington and Adams, William Henry Trescot became the first historians to apply the phrase "America's Critical Period" to the era in American history between 1783 and 1789. The phrase was popularized by John Fiske's 1888 book, The Critical Period of American History. Fiske's use of the term "critical period" refers to the importance of the era in determining whether the United States would establish a stronger national government or break up into multiple sovereign states. The term "critical period" thus implicitly accepts the Federalist critique of the Articles of Confederation. Other historians have used an alternative term, the "Confederation Period", to describe U.S. history between 1781 and 1789. [126]

Historians such as Forrest McDonald have argued that the 1780s were a time of economic and political chaos. However, other historians, including Merrill Jensen, have argued that the 1780s were actually a relatively stable, prosperous time. [127] Gordon Wood suggests that it was the idea of the Revolution and the thought that it would bring a utopian society to the new country that made it possible for people to believe they had fallen instead into a time of crisis. [128] Historian John Ferling argues that, in 1787, only the nationalists, a relatively small share of the population, viewed the era as a "Critical Period". [129] Michael Klarman argues that the decade marked a high point of democracy and egalitarianism, and views the ratification of the Constitution in 1789 as a conservative counter-revolution. [130]


America’s First Failure at Government

Arthur Szyk, The Arthur Szyk Society, Burlingame, CA Washington and His Times, The Struggle on Concord Bridge (1930), Paris.

After the outbreak of the Revolutionary War, the thirteen American colonies needed a government to replace the British system they were attempting to overthrow. The Founding Fathers’ first attempt at such governance was formed around the Articles of Confederation. The Articles of Confederation were first proposed at the Second Continental Congress in 1777 in Philadelphia. They were fully ratified and put into effect in 1781. The reign of the Articles of Confederation was brief. Why did the articles of confederation fail? What were the flaws of the Articles of Confederation and how did it distribute power? Read more to discover why by 1789 the former colonies were under the law of a new governing document—the Constitution of the United States of America. 1

Power in the States’ Hands

The inherent weakness of the Articles of Confederation stemmed from the fact that it called for a confederacy—which placed sovereign power in the hands of the states. This is most explicitly stated in Article II, which reads: “Each state retains its sovereignty, freedom, and independence, and every power, jurisdiction, and right, which is not by this Confederation expressly delegated to the United States, in Congress assembled.” 2

Wary of Strong National Government

This distribution of power was chosen by the Founding Fathers because American colonists were wary of strong national governments. Having dealt with the British Crown for so many years, the American colonies did not want to create yet another out-of-touch, national government. Moreover, Americans identified most strongly with their individual colony, so it seemed natural to construct an American government based on powerful state governments.

That said, during its short lifespan, the Articles of Confederation became increasingly ineffective at governing the continually growing American states. The main cause of this ineffectiveness stemmed from a lack of a strong, central government. From the absence of a powerful, national government emerged a series of limitations that rendered the Articles of Confederation futile.

Specifically, the lack of a strong national government in the Articles of Confederation led to three broad limitations.

  1. Economic disorganization
  2. Lack of central leadership
  3. Legislative inefficiencies

Voir la vidéo: The Articles of Confederation - Becoming the United States - Extra History - #1


Commentaires:

  1. Fenrigore

    Quelle bonne question

  2. Nera

    le message pertinent :), ça vaut le coup de savoir ...

  3. Kegal

    Une demande de réponse - pas un problème.

  4. Guramar

    Je veux dire, vous autorisez l'erreur. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi en MP, on s'en occupe.

  5. Aralkis

    Je suis désolé, mais je pense que vous faites une erreur. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.



Écrire un message